SOU­LI­GNER LES 25 ANS DE LA CMCE

CENTRES DE MÉ­DE­CINE ET CHI­RUR­GIE ES­THÉ­TIQUE DU DR PIERRE COURCHHESNE

Fugues - - Esthétique - DE­NIS-DA­NIEL BOULLÉ

C’est dans sa ré­si­dence de Lon­gueuil qu’il re­çoit Fugues, une jour­née de re­pos pour l’homme qui au­jourd’hui est in­vi­té à de nom­breux congrès, pour don­ner ou as­sis­ter à des confé­rences sur les tech­niques qu’il uti­lise et qui sont au­jourd’hui re­prises par nombre de ses confrères. Dr Cour-chesne s’étonne de ces re­con­nais­sances. Comme un en­fant qui n’en re­vient tou­jours pas d’avoir si bien réus­si, et qui sa­voure chaque ins­tant de cette vie, re­mer­ciant sou­vent tous ceux qui l’ont ai­dé sur son che­min à être ce qu’il est au­jourd’hui.

Is­su d’une fa­mille mo­deste de 14 en­fants (il en est le 10e), il choi­si d’étu­dier la mé­de­cine. Si ses pa­rents ne s’y op­posent pas, ils n’ont pas les moyens de lui payer ses études. Qu’à ce­la ne tienne, Pierre Cour­chesne tra­vaille­ra pour s’of­frir les cours. En 1981, tout frais di­plô­mé, il com­mence à l’ur­gence. Et c’est au cours de ce pas­sage qu’il constate qu’il a un don. « Je sais que ce­la peut pa­raître un peu dur, mais j’ai­mais re­coudre des plaies, et me suis ren­du compte que j’ex­cel­lais dans la pra­tique, j’avais de l’or au bout des doigts sans le sa­voir ».

Quelques an­nées plus tard, il se spé­cia­lise en mé­de­cine et chi­rur­gie es­thé­tique et ouvre le Centre de mé­de­cine et chi­rur­gie es­thé­tique qui fête cette an­née ses 25 ans d’exis­tence. Il porte sur sa réus­site le même re­gard éton­né qu’un en­fant qui ne cesse de s’émer­veiller sur les ca­deaux qu’il re­çoit. Ca­deaux, en­ten­dons-nous, mais qui sont pré­cé­dés par énor­mé­ment de tra­vail que Dr Cour­chesne a ac­com­pli pour res­ter à la fine pointe de sa pra­tique et même pour in­no­ver dans son do­maine. Le ta­lent sans le tra­vail, est un ta­lent per­du.

Au­jourd’hui, ce sont les cel­lules souches qui le pas­sionnent et du rôle qu’elles peuvent jouer pour ra­jeu­nir et raf­fer­mir la peau. « On dé­couvre à peine le rôle que les cel­lules souches peuvent jouer dans le do­maine mé­di­cal, aus­si bien dans la gué­ri­son de cer­taines ma­la­dies ou comme ici, dans le do­maine de l’es­thé­tique, ex­plique le Dr Cour­chesne. Si bien in­jec­té aux bons en­droits, on ob­tient de très bons ré­sul­tats. Sans ou­blier aus­si l’acide hya­lu­ro­nique qui dé­clenche la pro­duc­tion de col­la­gène et d’élas­tine dans la peau. On ne cesse de pro­gres­ser dans ce do­maine». Ce dé­sir d’al­ler de l’avant, de faire pro­gres­ser son art, le Dr Cour­chesne l’a vu ré­com­pen­sé cette an­née en re­ce­vant de The In­ter­na­tio­nal As­so­cia­tion of Heal­thCare Pro­fes­sion­nels, le re­con­nais­sant cette an­née par­mi les Lea­dings Phy­si­cians of the World dans la ca­té­go­rie : Top Cos­mec­tic Me­di­cine and Sur­ge­ry spe­cia­list in Qué­bec, Ca­na­da. Une re­con­nais­sance de la part de ses pairs qui lui va droit au coeur.

Mais la re­con­nais­sance qui le touche le plus, c’est celle de ses pa­tients aux­quels il voue une pas­sion. « Ce sont eux qui ont aus­si fait ce que je suis. Car, chaque pa­tient est une ren­contre, une his­toire dif­fé­rente, une re­la­tion de confiance qui se dé­ve­loppe et qui est très en­ri­chis­sante pour l’âme, confie-t-il. C’est pour ce­la que je ne ren­contre ja­mais un homme, une femme, un gai, ou un trans­genre, mais avant tout un être hu­main avec qui se dé­ve­loppe une re­la­tion in­dis­pen­sable pour qu’en­semble, on puisse réa­li­ser ce que la per­sonne sou­haite ». Bien sûr, la psy­cho­lo­gie est né­ces­saire pour cer­ner les at­tentes réelles des pa­tients, mais avant tout l’amour qu’il porte aux per­sonnes qu’il re­çoit en consul­ta­tion. « Je dis­cute beau­coup avec la per­sonne pour cer­ner ses at­tentes, et je dé­piste très vite celle qui vient ache­ter un pa­nier de bon­heur. Je ne vends pas des pa­niers de bon­heur. Si la per­sonne n’est pas bien à l’in­té­rieur d’elle-même, au­cune pro­cé­dure es­thé­tique ne pour­ra lui don­ner une paix in­té­rieure ». In­siste-t-il.

Est-ce cet amour des gens et son sou­ci de leur bien-être, que le Dr Cour­chesne sou­haite au­jourd’hui re­don­ner à la com­mu­nau­té ? Sur­ement. À l’oc­ca­sion de ce 25e an­ni­ver­saire de ces Centres de Me­de­cine & Chi­rur­gie Es­the­tique, Dr Cour­chesne lan­ce­ra la Fon­da­tion du Centre de me­de­cine & chi­rur­gie es­the­tique, le 4 no­vembre pro­chain au Centre des congrès de l’hô­tel Mor­tagne à Bou­cher­ville, à la conquête de fonds pour ve­nir en aide au Centre de can­cé­ro­lo­gie de l’hô­pi­tal Charles Le­moyne ain­si qu’à La mai­son de soins pal­lia­tifs et de fin de vie Vic­tor Gad­bois. «Je veux ai­der des centres de soins pal­lia­tifs, et pour en connaître plu­sieurs, il y a des Anges qui tra­vaillent au­près de ces pa­tients. Et comme je connais beau­coup de per­sonnes, j’ai dé­ci­dé d’or­ga­ni­ser des spec­tacles dont les pro­fits, et quand je dis les pro­fits, ce sont tous les pro­fits, iront à deux centres, pour com­men­cer». Une soi­rée qui ac­cueille­ra, outre les trois porte-pa­roles et am­bas­sa­drices de la Fon­da­tion du CMCE du Dr Cour­chesne, de nom­breuses per­son­na­li­tés et non des moindres de toute la co­lo­nie ar­tis­tique, po­li­tique qué­bé­coise et ca­na­dienne, ain­si que des col­lègues à l’in­ter­na­tio­nal.

Il y a 25 ans, le Dr Pierre Cour­chesne créait le Centre de mé­de­cine et chi­rur­gie es­thé­tique «CMCE». Au­jourd’hui, l’homme est re­con­nu comme une star dans sa spé­cia­li­sa­tion et a re­çu nombre de dis­tinc­tions de la part du monde mé­di­cal et de ses pairs. Un par­cours hors du com­mun pour un homme que rien ne pré­des­ti­nait à ce des­tin sin­gu­lier et re­mar­quable.

Dr Cour­chesne veut fê­ter de fa­çon re­mar­quable les 25 ans du CMCE, mais sur­tout don­ner à cet évé­ne­ment un élan pour ve­nir en aide aux per­sonnes en fin de vie. L’homme a peut-être beau­coup re­çu, mais bien avant la créa­tion de la Fon­da­tion, il a aus­si beau­coup don­né. Une phi­lo­so­phie qui l’ha­bite de­puis sa jeu­nesse et qui ne l’a ja­mais quit­tée de­puis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.