QUAND CIRQUE ET DANSE SE MÊLENT DE GRA­VI­TÉ AVEC VIR­TUO­SI­TÉ

Fugues - - Sortir -

De re­tour d’une tour­née in­ter­na­tio­nale d’en­ver­gure, le spec­tacle Trip­tyque, du col­lec­tif LES 7 DOIGTS, se­ra pré­sen­té à Mon­tréal à la Place des Arts du 23 au 25 no­vembre pro­chain. Ce spec­tacle, qui re­vi­site les codes entre danse et cirque, avait fait salle comble à la TO­HU il y a deux ans.

Acro­bate de cirque émé­rite, et co­di­rec­teur ar­tis­tique des 7 doigts de la main, Sa­muel Té­treault a fait ap­pel à des cho­ré­graphes de re­nom — Ma­rie Choui­nard, Vic­tor Qui­ja­da et Mar­cos Mo­rau — pour cha­cune des trois pièces de ce Trip­tyque.

Dans l’uni­vers de Ma­rie Choui­nard, un bal­let désar­ti­cu­lé d’une grande fi­nesse, fait de sen­sua­li­té et de poé­sie ges­tuelle, où danse et cirque perdent leurs re­pères pour se fondre. On y dé­couvre une jeune femme sus­pen­due dans sa chry­sa­lide que son double mas­cu­lin li­bère. En­semble, ils s’éveillent à la conscience du mou­ve­ment et de la pe­san­teur, fu­sionnent pour de­ve­nir un être hy­bride arach­nide. À cet étrange duo, se suc­cède un quin­tet d’équi­li­bristes épa­tants à la re­cherche du contrôle ab­so­lu de la gra­vi­té. Di­ri­gés par Vic­tor Qui­ja­da, ils se meuvent sur une sur­face per­cée de 75 an­crages des­ti­nés à re­ce­voir jus­qu'à 21 cannes d'équi­libre de dif­fé­rentes lon­gueurs. Ces cannes, ma­ni­pu­lées par les cir­cas­siens et po­si­tion­nées se­lon dif­fé­rentes confi­gu­ra­tions, ne cessent de mo­di­fier l’es­pace du pla­teau. Le re­gard du spec­ta­teur se sus­pend à ces huit jambes qui, comme des ro­seaux, se laissent flot­ter dans le vent prin­ta­nier dé­fiant la gra­vi­té avec l’ar­ro­gance de leur jeu­nesse. La pièce fi­nale, mise en scène par Mar­cos Mo­rau, Sa­muel Té­treault et Isa­belle Chas­sé, est une pe­tite mer­veille d’in­ven­ti­vi­té. Le rêve est au coeur de cette cho­ré­gra­phie où dif­fé­rentes dis­ci­plines de cirque sont pré­sentes : mo­no­cycle, jon­gle­rie, sangles aé­riennes, corde lisse, main à main. Au centre du pla­teau, un lit et du blanc tout au­tour. Un blanc en­ve­lop­pant, blanc co­ton, blanc dou­ceur et neige mais aus­si blanc mé­di­ca­li­sé, lin­ceul...

Dans ces trois ta­bleaux pèse la sen­sa­tion de la fra­gi­li­té de la vie, de sa pa­ra­doxale éner­gie pro­di­gieuse mais aus­si de son ca­rac­tère éphé­mère. C’est le propre des rêves, cet al­ler­re­tour cons­tant entre les pos­sibles dé­mul­ti­pliées de l’ima­gi­na­tion et la mé­lan­co­lie de la mort qui rôde et l’ab­sence. Averse de flo­cons, lit-ta­pis vo­lant, in­ter­prètes à la blan­cheur du mime, hommes-pois­sons-chi­mères qui s’in­vitent… un flo­ri­lège d’images su­perbes s’en­chaînent dans cette fugue noc­turne! In­dé­nia­ble­ment, les codes entre la danse et le cirque sont constam­ment re­mis en ques­tion dans Tryp­tique afin de pro­po­ser une créa­tion unique en son genre, qui sau­ra sur­prendre amou­reux de le danse et fi­dèles du cirque. SÉ­BAS­TIEN THIBERT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.