POP PORN

Fugues - - Entrevue - PA­TRICK BRUNETTE SOCALLED’S PORN POP «THE HOUSESITTER» en avant-pre­mière, le 27 sep­tembre 2018, au au Ci­né­ma L’Amour. Billets sur pop­mon­treal.com Bande an­nonce: www.youtube.com/watch?v=wNw1Z_QHebY&fea­ture=you­tu.be

Il n’a pas fi­ni de nous sur­prendre! Après un mu­si­cal met­tant en ve­dettes des ma­rion­nettes, des al­bums mê­lant hip hop et in­fluences yid­dish, Socalled, le plus in­so­lite des ar­tistes mont­réa­lais, plonge… dans la por­no gaie!

C’est par­te­ment, son chien en plein Poop­sie coeur (une du Mile des End. stars Je de des­cends son film) quelques qui m’ac­cueille marches dans pour son en­trer ap­dans son lo­ge­ment sur­char­gé. Ce de­mi sous-sol a des airs de gre­nier, voire d’une ca­verne d’Ali Ba­ba. Je me fau­file à tra­vers des co­lonnes de films VHS, des piles de vi­nyles, son cla­vier, ses bi­be­lots de toutes sortes. Poop­sie, elle, s’ins­talle sur le re­bord de la fe­nêtre. De­vant moi, le lap­top de Socalled est ou­vert. Jo­shua (c’est son vrai nom) est tout fier de me mon­trer des ex­traits de son tout pre­mier film éro­tique, TheHou­se­sit­ter, qui se­ra pré­sen­té dans le cadre du fes­ti­val Pop Montréal, au Ci­né­ma l’Amour, le 27 sep­tembre pro­chain. Pen­dant que je re­garde à l’écran une des ve­dettes du film en train de se mas­tur­ber lan­gou­reu­se­ment, Poop­sie dort tran­quille­ment sur le bord de la fe­nêtre, pen­dant que de­hors, cir­culent des pas­sants, dont quelques juifs has­si­diques, qui n’ont au­cune idée de ce qui se trame ici.

D’où te vient cette idée de faire un film por­no qui se­ra­pré­sen­té à Pop Montréal?

Il y a dix ans, en 2008, j’avais fait un spec­tacle dans le cadre du même fes­ti­val. Au Ci­né­ma l’Amour, j’avais pro­je­té un film por­no gai du réa­li­sa­teur amé­ri­cain To­by Ross, un ci­néaste qui a fait de nom­breux films dans les an­nées 70 à San Fran­cis­co. Et, pen­dant la pro­jec­tion du film, avec d’autres mu­si­ciens gais, on jouait live la trame mu­si­cale.

Et dix ans plus tard, c’est à ton tour d de pré­sen­ter ton pre­mier film XXX! Es Es-tu tu u un grand consom­ma­teur de por­no? Je ne suis pas vrai­ment in­té­res­sé par la por­no! J’aime mieux pas­ser à l’acte que de re­gar­der des vi­déos XXX!

Qu’est-ce qui t’a ame­né à faire ce film TheHou­se­sit­ter?

L’an der­nier, j’ai ren­con­tré sur Grin­dr un gars qui ha­bite Ot­ta­wa. On a com­men­cé à ja­ser en­semble. On s’est par­lé pen­dant des mois. Ses pho­tos étaient fu­cking su­per sexy. J’avais vrai­ment en­vie de le ren­con­trer.

Comme ce ac­teur qu’il por­no fai­sait il voya­geait sous dans le la beau­coup, nom vie. Il Ri­ver m’a je avoué Wil­son. lui ai de­man­dé qu’il On était s’est ren­con­trés par la suite… mais il ne s’est rien passé entre nous. Comme je réa­li­sais qu’on ne se­rait que des amis, mais que j’avais quand même en­vie de le voir nu (rires), je lui ai pro­po­sé de faire des pho­tos et il a ac­cep­té. Je fais de la pho­to de­puis plus de 30 ans, mais c’est la pre­mière fois que j’avais un ac­teur por­no comme mo­dèle. Quand j’ai vu les ré­sul­tats que ça a don­nés, j’ai trou­vé ça ama­zing ! Et pen­dant la séance pho­tos, je lui ai dit qu’on pour­rait même faire un film. Et il a été d’ac­cord.

Et com­ment as-tu trou­vé ton deuxième ac­teur?

J’ai Braun, Il Quel Je J’aime des Comme a ne ac­cep­té de­man­dé an­nées suis genre le un je sexe, pas Al­le­mand fais de 70. de un à de l’éro­tisme. jouer Ri­ver C’est film fan la pho­to des dans qui de Wil­son vou­lais-tu vi­déos ça fait J’aime ce de­puis que de de film por­nos la me je l’am­biance que très faire? por­no me pro­po­ser long­temps, je suis in­dus­trielles. co­pro­duis mais ins­pi­ré qui quel­qu’un. aus­si se j’avais dé­gage avec pour des Ça manque Ri­ver trucs de fil­mer Il a des très ap­pro­ché Wil­son. plus films TheHou­se­sit­ter. bonnes de hors coeur, por­nos Va­len­tine normes. len­tilles. d’âme. gais Je et Com­ment le me ré­sul­tat suis ache­té s’est est gé­nial! dé­rou­lé une nou­velle le tour­nage? ca­mé­ra sur la­quelle j’ai pu mettre mes len­tilles J’ai Tu as réuni tour­né les deux le film ac­teurs chez pen­dant tes pa­rents? quatre jours… Vrai­ment? chez mes pa­rents, en Ou­taouais! Oui! Mes pa­rents Comme sont la mai­son fu­cking­cool! fait par­tie de l’his­toire, je leur ai dit après le tour­nage. Avais-tu un scé­na­rio avant le tour­nage? Oui, je sa­vais ce que je vou­lais faire. Je vou­lais ra­con­ter cette his­toire d’un gars qui garde une mai­son et du voi­sin qui passe par là. C’est leur ren­contre avec une par­tie fan­tas­mée. Je sa­vais que je vou­lais une scène de mas­tur­ba­tion et aus­si des scènes de baises où, à tour de rôle, il y en a un qui do­mine l’autre. Le but d’un film comme ce­lui-là, c’est de re­gar­der des gens bai­ser. Trou­ver un équi­libre entre l’his­toire et les scènes de baises, ça a été ça le défi.

On voit même Poop­sie, ton chien, dans le film! Oui! C’est elle la vraie star du film! (rires) Blague à part, tourner des scènes éro­tiques, ça ne doit pas être tou­jours évident… Je n’étais pas ban­dé du tout pen­dant le tour­nage! J’étais trop concen­tré à fil­mer! Et avoir été ban­dé pen­dant quatre jours, j’en au­rais per­du connais­sance! (rires). Mais je peux te dire que quand le tour­nage a été ter­mi­né et qu’ils sont par­tis, je me suis mas­tur­bé… cinq fois! Tu peux l’écrire dans ton ar­ticle! (rires) Quand tu pré­sen­te­ras ton film au Ci­né­ma l’Amour le 27 sep­tembre pro­chain, tu vas jouer la mu­sique live ? Oui, je se­rai au pia­no. Pas de cla­vier, ni d’ordinateur cette fois-ci. Et je se­rai ac­com­pa­gné par de belles voix: Ka­tie Moore, Rich Ly ( StarA­ca­dé­mie) et El­lise Bar­ba­ra. Les am­biances mu­si­cales vont de Cho­pin à James Brown en pas­sant par des airs yid­dish. As-tu l’in­ten­tion de faire d’autres films comme ce­lui-ci? Oui, on veut en faire d’autres! J’ai trop en­vie de re­tra­vailler à créer des films avec une sen­sua­li­té qui manque dans la por­no actuelle. On pour­rait croire que c’est ar­ran­gé avec le gars des vues, mais vers la fin de l’en­tre­vue, le chien de Jo­shua, Poop­sie, se réveille, se trouve un cous­sin par terre… et com­mence à zi­gner des­sus!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.