Le su­per­a­li­ment

Le bleuet : une bombe an­ti­oxy­dante !

Gabrielle - - SOMMAIRE - RECHERCHE MA­RIE-PIER MARCEAU Ÿ TEXTE FERNANDA MACHADO GONÇALVES

Le Qué­bec cultive plus de quinze va­rié­tés de bleuets de juillet à sep­tembre. Abon­dant dans la ré­gion du Lac-saint-jean, ce pe­tit fruit com­po­sé à 85 % d’eau et riche en po­tas­sium se dé­guste tel quel, en cou­lis, en smoo­thie, en tarte ain­si qu’en ac­com­pa­gne­ment des viandes rouges, du gi­bier ou du sau­mon. À l’achat, on choi­sit des baies fermes, char­nues, lisses, de cou­leur bleu pourpre et à l’odeur su­crée.

Cham­pion des an­ti­oxy­dants

Man­ger au moins 125 ml (½ tasse) de bleuets par se­maine pour­rait ré­duire de 10 % le risque d’hy­per­ten­sion.

Com­pa­ra­ti­ve­ment à d’autres pe­tits fruits (can­ne­berge, mûre, fram­boise), le bleuet rem­porte la palme de l’ali­ment à forte te­neur en com­po­sés an­ti­oxy­dants. Les fla­vo­noïdes, dont les proan­tho­cya­ni­dines et les an­tho­cya­nines, sont les plus puis­sants. En plus d’ai­der à ré­duire la crois­sance de cer­taines cel­lules can­cé­reuses (es­to­mac, pros­tate, in­tes­tin, sein) ain­si que les risques d’athé­ro­sclé­rose à l’ori­gine de troubles car­dio­vas­cu­laires, ces agents an­ti-in­flam­ma­toires pré­vien­draient les ma­la­dies neu­ro­dé­gé­né­ra­tives (Alz­hei­mer, Par­kin­son). À no­ter que le bleuet sau­vage est plus riche en an­ti­oxy­dants que le bleuet culti­vé.

Al­lié d’un poids san­té

Peu ca­lo­rique, le bleuet est un bon al­lié pour qui sur­veille sa ligne. Riche en ca­té­chines (mo­lé­cules an­ti­oxy­dantes pré­sentes aus­si dans le thé vert) qui poussent le corps à brû­ler des ca­lo­ries et à conver­tir la graisse ab­do­mi­nale en éner­gie, il peut même ai­der à perdre du poids.

125 ml (½ tasse) de bleuets four­nissent en­vi­ron 45 ca­lo­ries.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.