Des gens in­toxi­qués par un fro­mage pro­duit à la ferme

La Terre de chez nous - - INNOCUITÉ - MAR­TIN MÉ­NARD

Le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture, des Pê­che­ries et de l’Ali­men­ta­tion du Qué­bec (MAPAQ) a avi­sé la po­pu­la­tion que du fro­mage en grains et en meules pro­ve­nant d’une ferme si­tuée dans la ré­gion de Cham­plain, en Mau­ri­cie, est la cause de plu­sieurs cas d’in­toxi­ca­tion ali­men­taire.

Le fro­mage en ques­tion au­rait été ven­du dans des éta­blis­se­ments de Saint-Nar­cisse et des en­vi­rons. Il ne pré­sente pas de signe d’al­té­ra­tion ni d’odeur sus­pecte, mais ren­fer­me­rait pos­si­ble­ment des bac­té­ries sus­cep­tibles de cau­ser des toxi-in­fec­tions ali­men­taires, no­tam­ment Cam­py­lo­bac­ter je­ju­ni, E. co­li et des sal­mo­nelles.

Sans per­mis

Le MAPAQ pré­cise que le fro­mage au­rait été pré­pa­ré dans un éta­blis­se­ment n’ayant pas de per­mis pour la trans­for­ma­tion de pro­duits lai­tiers. La vente de ce type de pro­duit est stric­te­ment in­ter­dite, rap­pelle le mi­nis­tère.

De plus, ce fro­mage en grains offert en sacs de plas­tique d’en­vi­ron 300 g ne com­por­tait au­cune éti­quette. Or, tout fro­mage ven­du pré­em­bal­lé doit en por­ter une où l’on peut voir le nom et l’adresse du pré­pa­ra­teur ou du ven­deur, ou en­core le nu­mé­ro de l’usine du pré­pa­ra­teur.

Jus­qu’à 45 000 $ d’amende

Les gens in­toxi­qués ont été quittes pour une bonne gas­troen­té­rite, in­dique Da­nielle Ram­say, co­or­don­na­trice pro­vin­ciale aux toxi-in­fec­tions ali­men­taires au MAPAQ. Elle si­gnale aux agri­cul­teurs qui pro­duisent leur propre fro­mage à la ferme que le lait cru peut conte­nir des agents pa­tho­gènes et que ce type de pro­duc­tion doit être en­ca­dré par des règles d’hy­giène et de sa­lu­bri­té. Sans ou­blier l’obli­ga­tion de dé­te­nir un per­mis de trans­for­ma­tion pour ceux qui dé­si­rent le vendre.

Au mo­ment de mettre sous presse, l’agri­cul­teur de la Mau­ri­cie à l’ori­gine de l’in­toxi­ca­tion n’avait pas été ac­cu­sé, puis­qu’il n’y au­rait pas eu de preuve de vente dans ce dos­sier, se­lon Mme Ram­say. Si l’on réus­sit à éta­blir la preuve, le pro­duc­teur pour­rait être pas­sible d’une amende de 2 000 $ à 15 000 $, ou de 6 000 $ à 45 000 $ dans le cas d’une ré­ci­dive, et ce, pour avoir ven­du ses pro­duits sans dé­te­nir de per­mis de trans­for­ma­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.