Une pro­cé­dure de tra­vail sé­cu­ri­taire au­rait per­mis d’évi­ter le pire

La Terre de chez nous - - PRÉVENTION À LA FERME - JULIE MERCIER

Une pro­cé­dure de tra­vail sé­cu­ri­taire en es­pace clos au­rait per­mis d’évi­ter le dé­cès d’Alain Beau­dry, de la Ferme Beau-Porc, et d’An­tho­ny La­lu­mière, tra­vailleur de l’en­tre­prise.

Le 27 sep­tembre der­nier, l’éle­veur de porcs es­ti­mé des gens de son mi­lieu et le jeune ou­vrier agri­cole de 18 ans de­vaient ef­fec­tuer des tra­vaux de ré­pa­ra­tion de la tuyau­te­rie si­tuée au fond de la pré­fosse à li­sier. Peu de temps après leur ar­ri­vée à la por­che­rie, ils ont été re­trou­vés in­cons­cients dans la pré­fosse. Les deux hommes ont alors été trans­por­tés d’urgence à l’hô­pi­tal, où leur dé­cès a été consta­té.

Six mois plus tard, la Com­mis­sion des normes, de l’équi­té, de la santé et de la sé­cu­ri­té du tra­vail (CNESST) vient de ré­vé­ler les ré­sul­tats de son en­quête sur le drame.

Elle conclut que les deux hommes ont été ex­po­sés aux gaz de li­sier alors qu’ils se trou­vaient dans la pré­fosse. Mal­heu­reu­se­ment, au­cune pro­cé­dure de tra­vail sé­cu­ri­taire en es­pace clos n’était en place et au­cune me­sure ap­pro­priée de pré­ven­tion n’avait été pré­vue.

Sour­nois

Mal­gré le dan­ger des gaz de li­sier, très peu d’agri­cul­teurs adoptent une pro­cé­dure de tra­vail en es­pace clos et pos­sèdent tout l’équi­pe­ment né­ces­saire. « Il ne faut pas gé­né­ra­li­ser, mais c’est as­sez rare », re­con­naît Claude La­pointe, 2e vice-pré­sident de la Fé­dé­ra­tion de l’UPA de la Mon­té­ré­gie. De l’avis du pro­duc­teur lai­tier, le plus grand risque consiste à mi­ni­mi­ser la me­nace des gaz de li­sier. « On est conscient des risques, mais quand on a dé­jà tra­vaillé dans la pré­fosse sans in­ci­dent, on fi­nit par éva­cuer le dan­ger », té­moigne-t-il.

Cock­tail mor­tel

Le dan­ger des gaz de li­sier re­pose sur un mé­lange de quatre sub­stances : l’am­mo­niac, le mé­thane, le di­oxyde de car­bone et le sul­fure d’hy­dro­gène. « Ce sont des gaz in­co­lores, très in­si­dieux et sour­nois », in­siste la Dre Élisabeth La­joie, de la Di­rec­tion de la santé pu­blique de la Mon­té­ré­gie. L’am­mo­niac s’avère très ir­ri­tant pour le sys­tème res­pi­ra­toire et les tis­sus. Ses ef­fets peuvent ap­pa­raître à re­tar­de­ment. Pour leur part, le mé­thane et le di­oxyde de car­bone prennent la place de l’oxy­gène dans l’air et peuvent me­ner à l’as­phyxie. Fi­na­le­ment, le sul­fure d’hy­dro­gène pré­sente une odeur d’oeufs pour­ris à faible concen­tra­tion. Au fur et à me­sure que son ni­veau aug­mente dans l’air, il cause une pa­ra­ly­sie ol­fac­tive, des ver­tiges, de la nau­sée, une perte de conscience et un ar­rêt res­pi­ra­toire en quelques mi­nutes, voire quelques se­condes, ex­plique le mé­de­cin.

Ces gaz sont li­bé­rés dans l’air lors d’un mouvement du li­sier. « C’est le même prin­cipe qu’une can­nette de bois­son ga­zeuse que l’on brasse », illustre Ma­rie-Claude Ma­heu, ins­pec­trice à la CNESST. « La va­ria­tion de la concen­tra­tion des gaz est im­pré­vi­sible et peut aug­men­ter de fa­çon très ra­pide en quelques se­condes. Quand la concen­tra­tion s’ac­croît, il n’y a au­cune marge de ma­noeuvre », pré­vient la Dre La­joie.

Pré­ven­tion

Se­lon la CNESST, la meilleure fa­çon de pré­ve­nir les in­toxi­ca­tions aux gaz de li­sier est d’évi­ter à tout prix d’en­trer dans la pré­fosse. « Lorsque c’est pos­sible, il faut sor­tir l’équi­pe­ment de la pré­fosse et faire les ré­pa­ra­tions à l’ex­té­rieur », in­siste Au­drey-Ann Lam­bert, ins­pec­trice à la Com­mis­sion. S’il faut se ris­quer à en­trer dans cet es­pace clos, il est pri- mor­dial d’avoir tout le ma­té­riel né­ces­saire, no­tam­ment un dé­tec­teur de gaz, un ap­pa­reil de pro­tec­tion res­pi­ra­toire et l’équi­pe­ment de sau­ve­tage, tel qu’un har­nais. Tout cet équi­pe­ment coûte de 15 à 20 000 $. « Ce n’est pas tout d’avoir le ma­té­riel; il faut sa­voir l’uti­li­ser », fait re­mar­quer Claude La­pointe. Son or­ga­ni­sa­tion s’af­faire à of­frir aux agri­cul­teurs de la ré­gion les ser­vices d’une per­son­ne­res­source spé­cia­li­sée dans le sau­ve­tage et le tra­vail en es­pace clos. De son cô­té, la CNESST a pro­duit une vi­déo sur les dan­gers que pré­sentent les pré­fosses à li­sier. Elle peut être consul­tée au www. cnesst.gouv.qc.ca. « Ce sont des dé­cès qui peuvent être pré­ve­nus, conclut la Dre Élisabeth La­joie. Chaque dé­cès est un dé­cès de trop. »

Alain Beau­dry (en mé­daillon), de la Ferme Beau-Porc, et An­tho­ny La­lu­mière, ou­vrier agri­cole, sont dé­cé­dés après avoir été ex­po­sés aux gaz de li­sier pré­sents dans la pré­fosse.

Ma­rie-Claude Ma­heu et Au­drey-Ann Lam­bert, ins­pec­trices à la CNESST.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.