Les Ber­thiaume, de Saint-El­zéar

Grâce à leur tra­vail et à leur dé­ter­mi­na­tion, Nor­mand Ber­thiaume et Thé­rèse Tur­mel ont éta­bli les fon­da­tions d’un vé­ri­table em­pire agricole. Au­jourd’hui, leur clan a été ré­com­pen­sé par le titre de Fa­mille agricole de l’an­née au con­grès de l'UPA.

La Terre de chez nous - - LA UNE - JU­LIE MER­CIER ju­mer­cier@ la­terre.ca @ju­mer­cierTCN

SAINT-EL­ZÉAR — Le 24 mars 1955, la jour­née de son 21e an­ni­ver­saire, Nor­mand Ber­thiaume est de­ve­nu of­fi­ciel­le­ment pro­prié­taire de sa propre en­tre­prise. Il a ain­si dé­mar­ré en agri­cul­ture de fa­çon non ap­pa­ren­tée, une ra­re­té à l’époque. Grâce à un prêt agricole de 3 000 $ et à ses éco­no­mies du­re­ment ga­gnées sur les chan­tiers, le jeune homme a ac­quis des « bâ­ti­ments secs », sans ani­maux. « On au­rait pu s’ache­ter une té­lé­vi­sion, mais on s’est dit : “On va s’ache­ter des vaches qui vont pro­duire de l’ar­gent, et là, on pour­ra s’ache­ter une té­lé” », ra­conte M. Ber­thiaume.

Son épouse Thé­rèse et lui ont com­men­cé leur éle­vage avec cinq vaches à cornes, quelques co­chons, des poules de même qu’un che­val bap­ti­sé Pa­dé. La bête est morte du­rant le pre­mier hi­ver, au grand déses­poir du jeune pro­duc­teur. Ce der­nier ne s’est pas lais­sé dé­mo­ra­li­ser. C’est cette dé­ter­mi­na­tion qui a ca­rac­té­ri­sé le par­cours de l’agri­cul­teur, au­jourd’hui âgé de 83 ans. « Je chan­tais à lon­gueur de jour­née et quand ça al­lait mal, je chan­tais plus fort », ra­conte M. Ber­thiaume. « Pa­pa nous a trans­mis ça. On a le droit de tom­ber, mais il faut sa­voir se re­le­ver », confie sa fille Car­men.

Les en­fants ont ap­pris tôt à ai­mer l’agri­cul­ture. « J’avais des ra­mas­seux de roches! » plai­sante M. Ber­thiaume. Les en­fants étaient ré­com­pen­sés à la fin de la se­maine avec une bonne crème gla­cée. « On en a man­gé, de la crème gla­cée, s’es­claffe Car­men. Pa­pa ne nous a ja­mais cri­ti­qués. Nous avions droit à l’er­reur. Pa­pa et ma­man for­maient une très belle équipe. » « Ils étaient en mode so­lu­tion. Ils re­gar­daient tou­jours en avant », af­firme Cé­ci­lien, l’aî­né de la fa­mille. Il y a tout de même eu des mo­ments dif­fi­ciles. En 1978, alors que l’en­tre­prise n’avait plus de dettes, M. Ber­thiaume a dé­ci­dé d’in­ves­tir mas­si­ve­ment en pro­duc­tion porcine. « Le prix du lard a di­mi­nué de moi­tié et les taux d’in­té­rêt sont mon­tés à 22 %. Là, je me suis dit : “On saute!” », se rap­pelle-t-il. Toute la fa­mille s’est aus­si ser­ré les coudes lors du dé­cès de Thé­rèse en 2004. Au­jourd’hui, M. Ber­thiaume est re­ma­rié avec De­nise Le­houx-Bé­lan­ger, une fille d’agri­cul­teur. « J’ai été bien chan­ceux de trou­ver une autre bonne per­sonne », dit-il avec gra­ti­tude. Pour ses en­fants et pe­tits-en­fants, le pa­triarche est un homme de coeur, un ras­sem­bleur. « Grand-pa­pa nous a trans­mis des va­leurs fortes », té­moigne sa pe­tite-fille, Lo­ri-Anne. En plus de gé­rer une en­tre­prise agricole flo­ris­sante, M. Ber­thiaume a tou­jours trou­vé le temps de s’im­pli­quer dans son mi­lieu, une tra­di­tion que per­pé­tuent ses en­fants et pe­tits-en­fants.

Grâce à un prêt agricole de 3 000 $ et à ses éco­no­mies du­re­ment ga­gnées sur les chan­tiers, Nor­mand Ber­thiaume a ac­quis en 1955 des « bâ­ti­ments secs », sans ani­maux.

Chez les Ber­thiaume, toutes les oc­ca­sions sont bonnes pour se réunir en fa­mille.

Nor­mand et Thé­rèse ont trans­mis leur amour de la terre à leurs en­fants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.