Une an­née re­mar­quable

La Terre de chez nous - - LA UNE - MY­RIAM LAPLANTE EL HAÏLI mla­plante@ la­terre.ca

Noël 2017 se­ra une bonne cu­vée pour les pro­duc­teurs de sa­pins du Qué­bec. Une di­mi­nu­tion des stocks d’arbres de Noël amé­ri­cains ju­me­lée à un re­tour en force de la ten­dance aux sa­pins na­tu­rels font ac­tuel­le­ment fondre les stocks du Qué­bec. Un « heu­reux pro­blème » pour les pro­duc­teurs de la pro­vince, qui peinent à suf­fire à la de­mande gran­dis­sante de nos voi­sins du Sud.

Pé­nu­rie

Chaque fa­mille québécoise en au­ra un cette an­née – rien n’est à craindre de ce cô­té-là –, mais les gros­sistes qui cherchent à com­bler la de­mande amé­ri­caine en voient dé­jà de toutes les cou­leurs. L’im­pact se fait même sen­tir de notre cô­té de la fron­tière. La pro­duc­trice de sa­pins de L’Île-Per­rot Ste­pha­nie Quinn a ten­té à trois re­prises de s’ap­pro­vi­sion­ner chez des pro­duc­teurs des Can­tons-de-l’Est, sans suc­cès. « On a ap­pe­lé trois fermes sans avoir une seule ré­ponse. J’ai donc as­su­mé qu’ils étaient très oc­cu­pés ou qu’ils avaient tout ven­du », rap­porte-t-elle.

En Es­trie, le pro­duc­teur Sté­phane Per­reault re­fuse des com­mandes de­puis un mois dé­jà. « On n’a pas as­sez de sa­pins; c’est du ja­mais vu en 25 ans », af­firme ce der­nier. Le pro­duc­teur Lar­ry Dow­ney, qui siège au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’As­so­cia­tion des pro­duc­teurs d’arbres de Noël du Qué­bec, af­firme avoir dé­jà ven­du 10 % plus d’arbres qu’à son ha­bi­tude. « J’au­rais pu en vendre 10 % de plus, mais je vou­lais en gar­der pour l’an pro­chain », in­dique-t-il. Ré­sul­tat : les pro­duc­teurs qué­bé­cois ont pu aug­men­ter le prix des arbres d’un ou deux dol­lars cette an­née. « On peut jouer un peu avec le prix, mais il faut com­pé­ti­tion­ner le prix amé­ri­cain. On ne peut pas le dé­pas­ser, mais il ne faut pas être trop bas pour ne pas être ac­cu­sé de dum­ping », in­dique le pro­duc­teur Da­niel Va­nasse. Le phé­no­mène pro­vient prin­ci­pa­le­ment des États-Unis. Se­lon M. Va­nasse, il manque d'arbres de Noël « dans l’Ouest, dans le Mid­west et dans l’Est [amé­ri­cains]. » Les pro­duc­teurs de sa­pins amé­ri­cains ont plan­té énor­mé­ment d’arbres il y a 15 ans et de­puis l’an­née der­nière, les stocks pro­ve­nant de ces plan­ta­tions ont gran­de­ment di­mi­nué, ce qui ac­cen­tue la de­mande pour les arbres de Noël qué­bé­cois. D’au­tant plus que la ten­dance aux sa­pins « na­tu­rels » re­fait sur­face, fruit des grandes cam­pagnes pu­bli­ci­taires amé­ri­caines et ca­na­diennes qui sont me­nées de­puis deux ans. Si les ex­por­ta­tions du Ca­na­da ont aug­men­té de 13 % entre 2015 et 2016, Lar­ry Dow­ney pré­voit une crois­sance de 15 % de 2016 à 2017. « Ça de­vrait res­ter comme ça pen­dant 10 ou 12 ans », pré­dit M. Dow­ney. Il rap­pelle ce­pen­dant que la pro­duc­tion de sa­pins est cy­clique, comme celle du porc ou du boeuf.

En at­ten­dant, le pro­duc­teur Sté­phane Per­reault a dé­jà com­men­cé, un mois avant Noël, à rem­plir son car­net de com­mandes de 2018.

La Ferme Quinn a ten­té de s’ap­pro­vi­sion­ner au­près d’autres pro­duc­teurs de sa­pins qué­bé­cois, sans suc­cès.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.