Vers une hausse du prix à l’épi­ce­rie

La Terre de chez nous - - LA UNE - PIERRE-YVON BÉGIN py­be­gin@ la­terre.ca @Pier­reY­vonB­gin

Ge­lé de­puis deux ans, le prix du litre de lait à l’épi­ce­rie pour­rait su­bir une hausse l’an pro­chain. Les lai­te­ries de­mandent que l’aug­men­ta­tion de leurs coûts de 3,48 % soit prise en compte, au même titre que la lé­gère baisse du prix aux pro­duc­teurs. Ces deux com­po­santes in­fluencent à peu près éga­le­ment le prix du litre de lait aux consom­ma­teurs.

La Ré­gie des mar­chés agri­coles et ali­men­taires du Qué­bec a en­ten­du cette se­maine la re­quête dé­po­sée conjoin­te­ment par le Conseil des in­dus­triels lai­tiers du Qué­bec (CILQ), qui re­pré­sente les lai­te­ries, et la co­opé­ra­tive Agro­pur.

De son cô­té, l’As­so­cia­tion des dé­taillants en ali­men­ta­tion du Qué­bec presse aus­si la Ré­gie d’as­su­rer un pro­fit mi­ni­mum aux épi­ce­ries et aux dé­pan­neurs. Les consom­ma­teurs, ha­bi­tuel­le­ment re­pré­sen­tés par l’As­so­cia­tion co­opé­ra­tive d’éco­no­mie fa­mi­liale de Qué­bec, étaient ab­sents de l’au­dience pour s’op­po­ser à une aug­men­ta­tion de prix.

Rap­pe­lons que la Ré­gie est un tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif qui a la res­pon­sa­bi­li­té de dé­ter­mi­ner un prix mi­ni­mum et un prix maxi­mum pour la vente au dé­tail du lait de for­mat ré­gu­lier, sans va­leur ajou­tée. La Ré­gie rend ha­bi­tuel­le­ment sa dé­ci­sion pour ap­pli­ca­tion à par­tir du 1er fé­vrier sui­vant.

Pour 2017, la Ré­gie avait main­te­nu le sta­tu quo des prix au ni­veau de 2016. Elle re­met­tait en ques­tion la for­mule d’in­dexa­tion des coûts uti­li­sée pour dé­ter­mi­ner les aug­men­ta­tions. Dé­si­reuse de connaître les coûts réels de la fi­lière, la Ré­gie a de­man­dé aux in­dus­triels de re­faire leurs de­voirs.

En col­la­bo­ra­tion avec le Conseil ca­na­dien du com­merce de dé­tail, le CILQ a ef­fec­tué une étude qui a confir­mé la va­leur de la for­mule d’in­dexa­tion. Les coûts de l’in­dus­trie, a dé­mon­tré l’étude, ont été bien cap­tés par la grille de prix de 2015.

« On est bien heu­reux de ça et on de­mande jus­te­ment que les prix du lait au dé­tail re­flètent les coûts réels », a com­men­té le pré­sident des Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec, Bru­no Le­tendre, au su­jet de la for­mule d’in­dexa­tion du prix de dé­tail.

Si les consom­ma­teurs de­vaient payer leur lait plus cher en 2018, les pro­duc­teurs doivent par contre s’at­tendre à une lé­gère baisse de prix. La Com­mis­sion ca­na­dienne du lait a sta­tué que la for­mule d’ajus­te­ment du prix du lait pour toutes les classes jus­ti­fiait une di­mi­nu­tion de 0,348 %.

Ins­tau­rée en 2016 par les si­gna­taires des en­tentes sur la mise en com­mun du lait, cette for­mule tient compte des coûts de pro­duc­tion et de l’in­fla­tion au Ca­na­da. Si celle-ci est en hausse, les coûts de pro­duc­tion sont en forte baisse compte te­nu de l’aug­men­ta­tion du vo­lume de pro­duc­tion.

La Ré­gie doit at­tendre l’ap­pro­ba­tion fi­nale des prix payés aux pro­duc­teurs de lait avant de rendre sa dé­ci­sion.

Le prix du lait de for­mat ré­gu­lier, sans va­leur ajou­tée, pour­rait aug­men­ter l’an pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.