For­ma­tion agri­cole, oui, à Al­fred, peut-être…

Le Carillon - - ACTUALITÉ - CHAN­TAL QUI­RION chan­tal.qui­rion@eap.on.ca

Le gou­ver­ne­ment de l’On­ta­rio a confié la ges­tion du Cam­pus d’Al­fred à La Ci­té pour l’an­née sco­laire 2015-2016. L’an­nonce en a été faite le 5 mars. Du même souffle, on a ré­ité­ré aux étu­diants que les trois pro­grammes of­ferts s’y pour­sui­vront l’an pro­chain comme pré­vu.

D’une fa­çon plus large, La Ci­té a hé­ri­té de la res­pon­sa­bi­li­té de la for­ma­tion en agri­cul­ture et en agroa­li­men­taire dans l’Est on­ta­rien et a dé­jà an­non­cé son in­ten­tion de mettre en place un am­bi­tieux plan d’ac­tion. Ce der­nier per­met­trait de bo­ni­fier et de di­ver­si­fier l’offre de pro­grammes d’études et la re­cherche, no­tam­ment, et in­clu­rait la créa­tion de l’Ins­ti­tut de for­ma­tion et de re­cherche ru­rale et agroa­li­men­taire.

Bien qu’il soit clai­re­ment éta­bli que l’ins­ti­tut au­rait pi­gnon sur rue dans l’Est on­ta­rien, il n’est pas dit pour au­tant que le Cam­pus d’Al­fred en se­rait l’hôte. «Il est trop tôt pour le dire», a ré­pon­du Luc Four­nier, ges­tion­naire des com­mu­ni­ca­tions et des re­la­tions pu­bliques à La Ci­té, en de­meu­rant af­fir­ma­tif tou­te­fois pour l’Est on­ta­rien.

Pour l’ins­ti­tut, La Ci­té de­vra aus­si re­ce­voir l’as­su­rance que les fonds se­ront au ren­dez-vous mais la pré­si­dente Lise Bour­geois semble op­ti­miste. La Ci­té est heu­reuse de s’en­ga­ger dans l’offre et la li­vrai­son de la for­ma­tion et de la re­cherche ru­rale et agroa­li­men­taire, avec les par­te­naires du mi­lieu et les mi­nis­tères concer­nés, com­pre­nant que des res­sources suf­fi­santes se­ront ac­cor­dées par le gou­ver­ne­ment de l’On­ta­rio , a-t-elle in­di­qué par voie de com­mu­ni­qué.

S’ins­pi­rant du mo­dèle de ses écoles, par exemple l’École des mé­dias, arts et com­mu­ni­ca­tions, La Ci­té compte vendre l’idée au gou­ver­ne­ment d’ap­pli­quer le concept au sec­teur de l’agroa­li­men­taire. Le pro­jet en est un de longue ha­leine.

«La pré­si­dente (Mme Bour­geois) a af­fir­mé que pour La Ci­té, c’est un en­ga­ge­ment à long terme. Ce que nous al­lons pro­po­ser au gou­ver­ne­ment, c’est un mo­dèle qui existe dé­jà et qu’on va ap­pli­quer à un nou­veau cré­neau avec l’agroa­li­men­taire. On est à l’étape de s’as­seoir avec le gou­ver­ne­ment de l’On­ta­rio », a pour­sui­vi M. Four­nier.

Les prin­ci­paux in­ter­lo­cu­teurs dans ce dos­sier sont le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, de l’Ali­men­ta­tion et des Af­faires ru­rales, Jeff Leal, le mi­nistre de la For­ma­tion et des Col­lèges et Uni­ver­si­tés, Re­za Mo­ri­di, et la mi­nistre dé­lé­guée aux Af­faires fran­co­phones, Ma­de­leine Meilleur.

Avec cette an­nonce, La Ci­té prend les res­pon­sa­bi­li­tés qui in­com­baient au­tre­fois à l’Uni­ver­si­té de Guelph, dont l’ad­mi­nis­tra­tion du Cam­pus d’Al­fred in­cluant la li­vrai­son des pro­grammes de for­ma­tion et les ser­vices aux étu­diants, no­tam­ment.

« Notre gou­ver­ne­ment de­meure dé­ter­mi­né à as­su­rer l’ave­nir de la for­ma­tion de qua­li­té en agri­cul­ture en langue fran­çaise dans l’est de l’On­ta­rio. La Ci­té est un éta­blis­se­ment fran­co-on­ta­rien qui com­prend fort bien la com­mu­nau­té fran­co­phone et est bien équi­pé pour of­frir une for­ma­tion de qua­li­té en agri­cul­ture. J’ai­me­rais aus­si re­mer­cier le Col­lège Bo­réal pour son tra­vail et son sou­tien es­sen­tiel pen­dant cette tran­si­tion », a fait va­loir Ma­de­leine Meilleur, mi­nistre dé­lé­guée aux Af­faires fran­co­phones.

Ré­ac­tions

La nou­velle est sor­tie alors que l’As­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de l’Union des culti­va­teurs fran­co­phones bat­tait son plein. Les ré­ac­tions ont été vives et joyeuses, a in­di­qué le di­rec­teur gé­né­ral de l’UCFO, Simon Durand.

« L’Union des culti­va­teurs fran­co-on­ta­riens (UCFO) est très heu­reuse de ce dé­noue­ment. Il est cer­tain que le dos­sier n’est pas clos et qu’il reste plu­sieurs dif­fi­cul­tés à sur­mon­ter, mais la pré­sence d’une or­ga­ni­sa­tion cré­dible et ex­pé­ri­men­tée en La Ci­té ras­sure les dif­fé­rents ac­teurs dans le dos­sier. Nous avons main­te­nant un gros élé­ment qui man­quait pour dé­fi­nir une piste de so­lu­tion, a dé­cla­ré M. Durand. Nous de­vons tou­jours as­su­rer la via­bi­li­té du Col­lège à long terme pour évi­ter qu’une autre si­tua­tion si­mi­laire se re­pro­duise, mais nous pou­vons main­te­nant dis­cu­ter, né­go­cier et bâ­tir avec quel­qu’un. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.