Mis­sion : ai­der les gens Pli Fold Pli Fold Pli Fold

Le Carillon - - La Une - ELISE MERLIN elise.merlin@eap.on.ca

Ni­cole Pi­card et Yvan Nor­mand se consacrent depuis 11 ans à la Banque ali­men­taire de L’Ori­gnal.

Ce­la fait main­te­nant 11 ans que Ni­cole Pi­card et Yvan Nor­mand tra­vaillent à la Banque ali­men­taire de L’Ori­gnal. D’abord bé­né­voles, ils sont, depuis quelques an­nées, sa­la­riés de l’or­ga­nisme pour la­quelle ils tra­vaillent trois jours par se­maine. Mis­sion : ai­der les gens.

Femme franche et di­recte, Ni­cole Pi­card, 53 ans, ne mâche pas ses mots. Depuis 11 ans, elle est bé­né­vole, mais aus­si sa­la­riée de la Banque ali­men­taire de L’Ori­gnal, là où elle s’oc­cupe de la fri­pe­rie. C’est pour dé­fendre une « belle cause » qu’elle a dé­ci­dé, il y a plus d’une di­zaine d’an­nées, de joindre l’équipe de bé­né­voles. « J’avais en­ten­du dire que la Banque ali­men­taire re­cher­chait des bé­né­voles. J’ai contac­té la di­rec­trice et j’ai joint l’équipe en tant que bé­né­vole, ex­plique Mme Pi­card. J’avais le temps de faire du bé­né­vo­lat. Mes en­fants étaient ren­dus vieux. J’aime ai­der les gens. C’est pour ça que j’ai pris la job. Il faut que tu aies le coeur à la bonne place quand tu fais ce genre de bé­né­vo­lat ».

Plus dis­cret, Yvan Nor­mand qui est âgé de 65 ans, s’oc­cupe de la nour­ri­ture. Lui aus­si est de­ve­nu bé­né­vole il y a main­te­nant 11 ans. « J’avais ac­com­pa­gné un couple d’amis qui ve­nait cher­cher de la nour­ri­ture et j’ai de­man­dé s’ils avaient be­soin de bé­né­voles. J’ai en­suite com­men­cé (en tant que bé­né­vole) très vite. J’ap­pro­chais de la pen­sion. C’est un tra­vail que j’ai à coeur », ex­plique M. Nor­mand.

Ils ont cha­cun un lien très par­ti­cu­lier avec leurs clients. Très ap­pré­ciés, à l’écoute des autres, nos deux com­pères n’hé­sitent pas par­fois à jouer le rôle de confi­dent. « Les gens nous ra­content leur vie, in­dique Mme Pi­card. Ils nous ra­content ce qui ne va pas. Ils nous ra­content leur jour­née, leurs pro­blèmes. Nous sommes là pour ça. J’aime voir le sou­rire sur leurs vi­sages. Et ils nous gâtent beau­coup, nous re­ce­vons sou­vent des ca­deaux de nos clients. Ils savent à leur ma­nière nous re­mer­cier » ex­plique Mme Pi­card.

S’oc­cu­per de la nour­ri­ture com­prend plu­sieurs res­pon­sa­bi­li­tés. Il s’oc­cupe aus­si bien de la com­mande de la nour­ri­ture que les ré­serves qui doivent toujours être pleines. « Je m’oc­cupe des com­mandes ré­gu­lières, comme du lait, du pain. Je gère les stocks, le conge­lé », in­dique-t-il.

Quant à Ni­cole Pi­card, elle s’oc­cupe at­ten­ti­ve­ment des vê­te­ments de la fri­pe­rie. « On ef­fec­tue le tri. Ce qui est bon, on garde. Il faut que ça soit beau. Les pauvres ont aus­si be­soin de por­ter de belles choses » ex­plique Mme Pi­card.

Yvan Nor­mand vit entre L’Ori­gnal et Al­fred. Il se dé­crit comme un homme à tout faire. Il a plu­sieurs em­plois à son ac­tif. Avant de joindre la Banque ali­men­taire, il était sou­deur. Il a tou­ché à la mé­ca­nique du­rant quelques an­nées et son do­maine de pré­di­lec­tion a toujours été la construc­tion, do­maine dans le­quel il compte une tren­taine d’an­nées d’ex­pé­rience.

Ni­cole Pi­card ha­bite à L’Ori­gnal depuis toujours. Elle était femme au foyer pour s’oc­cu­per de ses deux fils, Pa­trick et Maxime. « Mon ma­ri ne vou­lait pas que je tra­vaille. Ce­la ne m’a pas man­qué de ne pas tra­vailler, j’avais 18 ans quand j’ai eu mon pre­mier en­fant, je vou­lais donc m’en oc­cu­per beau­coup », ex­plique-t-elle.

Mme Pi­card a eu une en­fance dif­fi­cile ce qui ex­plique son dé­sir d’ai­der les gens. « Mon père était al­coo­lique et il bat­tait ma mère. J’étais en­fant à l’époque. Quand je voyais ça, j’étais cho­qué. De là est ve­nu mon sou­hait d’être avec les gens et de les voir sou­rire », ex­plique Mme Pi­card.

Nos deux tra­vailleurs ont aus­si fait du bé­né­vo­lat dans dif­fé­rents en­droits autres que la Banque ali­men­taire de L’Ori­gnal. Yvan Nor­mand a tra­vaillé bé­né­vo­le­ment sur une ferme de 9000 porcs quand il était jeune. Ni­cole aime être bé­né­vole les soirs de sou­per et danse de coun­try. Elle y sert les in­vi­tés et s’oc­cupe des tâches mé­na­gères. Mais leur coup de coeur reste et res­te­ra la Banque ali­men­taire.

« Tant que nous au­rons la san­té et qu’ils vou­dront nous gar­der, nous res­te­rons avec énor­mé­ment de plai­sir », conclut Mme Pi­card.

—pho­tos Elise Merlin

Ni­cole Pi­card au tra­vail dans sa fri­pe­rie.

Yvan Nor­mand qui s’oc­cupe de la nour­ri­ture de la banque ali­men­taire

Yvan et Ni­cole tra­vaille à la banque ali­men­taire de L’Ori­gnal depuis 11 ans

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.