Fraises : la sai­son est ar­ri­vée !

Le Carillon - - Pause Café - ÉLISE MER­LIN elise.mer­lin@eap.on.ca

lle est l’un des fruits les moins ca­lo­riques....

Elle est l’un des fruits les moins ca­lo­riques; il en existe plus de 600 es­pèces dif­fé­rentes au goût, aux formes et aux cou­leurs va­riées, à tra­vers le monde; elle pousse dans la ré­gion; elle est ai­mée des grands et des pe­tits. La fraise est de re­tour! Por­trait de ce fruit de sai­son à consom­mer sans mo­dé­ra­tion.

Avec sa robe rouge ou oran­gée et sa chair su­crée ou aci­du­lée, elle sym­bo­lise l’ar­ri­vée des beaux jours. Il en existe plus de 600 es­pèces dif­fé­rentes au goût, aux formes et aux cou­leurs va­riées, à tra­vers le monde. En On­ta­rio, il existe une ving­taine de va­rié­tés au ca­ta­logue des se­mences et chaque an­née, six mille tonnes de fraises sont culti­vées dans la pro­vince, ce qui re­pré­sente 10 fois la quan­ti­té de fram­boises pro­duites. Dans la ré­gion de Pres­cott et Rus­sell, deux types de fraises sont pro­duites chaque sai­son es­ti­vale : la fraise d’été tra­di­tion­nelle, mais aus­si la fraise à jours neutres, c’est-à -dire en pro­duc­tion conti­nue.

Les frai­siers à pro­duc­tion conti­nue sont dif­fé­rents des frai­siers tra­di­tion­nels. Ils pro­duisent leurs fruits en juin ou plus tard dans l›été, du fait qu›ils pro­duisent des fleurs et des fruits conti­nuel­le­ment. On at­tri­bue cette ca­rac­té­ris­tique à leur in­sen­si­bi­li­té à la lon­gueur du jour, la­quelle contrôle nor­ma­le­ment la flo­rai­son. Les frai­siers à pro­duc­tion conti­nue pro­duisent donc des bour­geons flo­raux, quelle que soit la lon­gueur du jour, et pour­suivent leur crois­sance tant que la tem­pé­ra­ture le per­met.

Ce fruit adore la cha­leur et l’eau, des élé­ments es­sen­tiels à sa pro­duc­tion. La pro­duc­tion de la fraise neutre va du 1er juin au 1er juillet pour notre ex­ploi­ta­tion, a ex­pli­qué Jacques La­mou­reux, un pro­duc­teur et spé­cia­liste des fraises. Après le 1er juillet, nous fai­sons une pause de trois se­maines, voire un mois, et nous re­com­men­çons la pro­duc­tion du 25 juillet jus­qu’au mois d’oc­tobre. » Quant à la fraise d’été, sa pro­duc­tion se fe­ra du 15 juin au 20 juillet, pour les pro­duc­teurs comme M. La­mou­reux. Cer­tains pro­duc­teurs de la ré­gion pro­posent de cueillir vous-même vos fraises dans leurs champs.

Ve­dette des éta­lages com­mer­ciaux

La plu­part des fraises consom­mées dans les su­per­mar­chés sont les fraises à jours neutres, grâce à leur grande ca­pa­ci­té de conser­va­tion. Les prix ont aug­men­té, d’an­née en an­née, due à la grande de­mande des ache­teurs.

« Ça dé­pend de l’offre des pro­duc­teurs et de la de­mande du consom­ma­teur, mais chaque an­née, les consom­ma­teurs sont de plus en plus nom­breux à consom­mer ce fruit, donc les prix aug­mentent, a in­di­qué M. La­mou­reux. Les coûts de pro­duc­tion ont dou­blé dans les der­niers 10 ans. »

Dé­li­cieuse, mais fra­gile, la fraise doit être, au mieux, consom­mée le jour de l’achat ou au plus tard le len­de­main. Si vous ne vou­lez pas être dé­çu, choi­sis­sez de pré­fé­rence les fraises de votre ré­gion. La fraise dé­teste les longs voyages en ca­mion fri­go­ri­fique. Il ne faut ja­mais se fier aux ap­pa­rences con­cer­nant le goût d’une fraise puisque la sen­teur et la gros­seur ne sont pas des signes de qua­li­té au cha­pitre de la Dé­gus­ta­tion.

<<Il ne faur pas se fier à sa gros­seur. Les fraises les plus fon­cées sont par­fois les meilleures, mais en­core là, il faut vrai­ment s’y connaître pour sa­voir si la fraise que l’on choi­sit va être bonne avant de la goú­ter. Il faut pri­vi­lé­gier les fruits de ré­gion, qui n’ont, par exemple, pas beau­coup voya­gé », a ex­pli­qué M. La­mou­reux.

Di­verses ri­chesses nu­tri­tion­nelles

C’est l’un des fruits les moins ca­lo­riques : 30 kcal pour 100g, en­vi­ron deux fois moins que la moyenne des fruits. Pour un même poids, elle est plus riche en vi­ta­mine C que l’orange. La fraise contient éga­le­ment beau­coup de vi­ta­mine B9, qui est in­dis­pen­sable aux femmes en­ceintes pour que la co­lonne ver­té­brale de leur fu­tur en­fant n’ait pas de mal­for­ma­tion.

Autre atout, sa cou­leur : qui dit rouge dit pig­ment, sy­no­nyme d’an­ti­oxy­dant. Les an­ti­oxy­dants per­mettent à nos cel­lules de vieillir moins vite. « C’est un fruit riche en an­ti­oxy­dant et sa­vou­reux. Les gens en consomment beau­coup; c’est frais, su­cré et plein de vi­ta­mines. C’est le fruit ve­dette de l’été », a conclu M. La­mou­reux

pho­to Elise Mer­lin

C’est la sai­son des fraises. Il en existe plu­sieurs sortes. Elles sont sa­vou­reuses aus­si bien en gâ­teaux que na­tures—

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.