Un ro­man thé­ra­peu­tique pour Lu­cie Hotte

Le Carillon - - News - KRIS­TI­NA SER­VANT kris­ti­na.ser­vant@eap.on.ca

vers les sciences in­fir­mières alors qu’elle était en âge de pour­suivre ses études. « J’ai fait ma for­ma­tion d’in­fir­mière à Hull et en­suite, je suis al­lée m’ins­tal­ler à Mon­tréal », a men­tion­né Mme Hotte. Dès son ar­ri­vée à Mon­tréal, elle s’est spé­cia­li­sée en psy­chia­trie pour de­ve­nir in­fir­mière psy­chia­trique. Cette spé­cia­li­sa­tion l’a ame­né à tra­vailler à l’Hô­pi­tal Louis-H. Lafontaine ou en­core au pa­villon Al­bert-Pré­vost de l’Hô­pi­tal du Sa­cré-Coeur de Mon­tréal.

Suite à la mort de son conjoint et à une petite dé­pres­sion, Mme Hotte s’est mise à se ques­tion­ner sur sa vie. Elle tra­vaillait à cette époque au dé­par­te­ment des soins in­ten­sifs, en pra­tique pri­vée, au­près d’une jeune femme dé­but ving­taine. La jeune femme était là en pré­ven­tion, pour neuf mois, le temps que ses pa­rents re­viennent d’un voyage en Flo­ride. Is­sue d’une fa­mille ai­sée, elle était la seule en­fant en­core vi­vante de la fa­mille : ses deux frères s’étaient sui­ci­dés. Mal­heu­reu­se­ment, lors d’une sor­tie avec ses pa­rents, elle s’est en­le­vé la vie. Une si­tua­tion en­core éprou­vante pour l’in­fir­mière, dont les yeux s’em­brouillent d’eau en ra­con­tant l’his­toire de sa jeune pa­tiente.

C’est cet évè­ne­ment qui a ame­né Lu­cie Hotte à se ques­tion­ner sur les autres mé­thodes de soins. « Je vou­lais faire une thérapie pour moi-même, mais je ne vou­lais pas une thérapie tra­di­tion­nelle puisque je les connais­sais », a ra­con­té la nou­velle au­teure. Sa quête l’a conduite vers des choses aus­si simples que du yo­ga ou du tai-chi. Elle a par la suite sui­vi une for­ma­tion en psy­cho­thé­ra­pie sur la ré­gres­sion : « J’amène les gens vers l’en­fance, dans leur pas­sé, pour sa­voir pour­quoi ils se sont créé une ma­la­die. » Elle a éga­le­ment pra­ti­qué de nom­breuses mé­de­cines douces comme le Rei­ki, le tou­cher thé­ra­peu­tique et la po­la­ri­té.

Le ro­man est un ro­man fic­tif, mais qui est ba­sé sur des faits réels que Lu­cie Hotte a connu lors de ses dif­fé­rentes pra­tiques en psy­cho­thé­ra­pie. L’his­toire ra­conte celle de deux per­son­nages at­teints d’un can­cer, qui sui­vront une thérapie in­té­rieure pour prendre conscience de soi et se choi­sir eux-mêmes.

Comme le livre est ba­sé sur des faits réels et pose un re­gard thé­ra­peu­tique in­té­rieur, comme une thérapie, le livre peut chan­ger la vie d’un lec­teur. Mis­sion ac­com­plie pour Lu­cie Hotte qui a écrit ce livre afin d’ai­der les lec­teurs qui pour­raient en avoir be­soin.

« J’ai com­men­cé à écrire ce livre parce que je vou­lais don­ner une chance à quel­qu’un de faire un re­gard in­té­rieur sans al­ler né­ces­sai­re­ment en thérapie, don­ner une chance à ceux qui ne sont pas ca­pable d’al­ler en psy­cho­thé­ra­pie et qui en ont be­soin, mais qui ont peur. Le livre per­met de mieux com­prendre la thérapie », a confié Lu­cie Hotte.

L’au­teure a éga­le­ment ajou­té que « le livre est écrit comme un ro­man qui se lit très vite. Il est éga­le­ment écrit de ma­nière à ai­der psy­cho­lo­gi­que­ment le lec­teur. C’est beau­coup plus fa­cile de lire un ro­man que de lire des livres de psy­cho­lo­gie ».

est dis­po­nible en ligne dans la bou­tique des Édi­tions Première Chance ou au­près de l’au­teure.

—pho­to Kris­ti­na Ser­vant

In­fir­mière psy­chia­trique de for­ma­tion, Lu­cie Hotte vient de pu­blier son pre­mier ro­man qui pose un re­gard thé­ra­peu­tique in­té­rieur aux lec­teurs, de ma­nière ro­man­cée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.