Le Ch­rist-Roi pousse son der­nier sou­pir

Plus de 80 ans d’his­toire dis­pa­raî­tront en pous­sière dans quelques jours alors que l’an­cienne école Ch­rist-Roi de Haw­kes­bu­ry s’ap­prête à tom­ber sous le pic des dé­mo­lis­seurs.

Le Carillon - - La Une - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI fre­de­ric.hountondji@eap.on.ca

Après plus de 80 ans d’exis­tence, l’an­cienne école Ch­rist-Roi de Haw­kes­bu­ry, condam­née à la dé­mo­li­tion par la Ville, at­tend l’assaut fi­nal du bull­do­zer et pousse pré­sen­te­ment son tout der­nier sou­pir.

En pre­nant la dé­ci­sion, en oc­tobre, de la ra­ser au plus tard fin dé­cembre, le conseil mu­ni­ci­pal met­tait fin à un sus­pense qui n’a que trop du­ré. L’éta­blis­se­ment sco­laire avait fer­mé ses portes en 1978 à cause de son état dé­fec­tueux et de la baisse du taux de fré­quen­ta­tion de ses élèves.

Il y a plus de 10 ans que le sort de ce bâ­ti­ment, si­tué au bord de la Ri­vière des Ou­taouais sur la rue Prin­ci­pale à Haw­kes­bu­ry, est bal­lot­té entre vente, li­qui­da­tion à un dol­lar, lo­ca­tion et des­truc­tion. Plu­sieurs ini­tia­tives ont été en­vi­sa­gées afin de conser­ver l’édi­fice, dont la si­tua­tion géo­gra­phique pro­cu­rait bien des avan­tages. Il est bâ­ti en plein coeur de la ville avec une vue im­pre­nable sur la ri­vière.

D’autres ont même sug­gé­ré d’y trans­fé­rer l’Hô­tel de ville. Entre 2004 et 2005, la Banque ali­men­taire, l’Âge d’or, le Mu­sée des Sciences na­tu­relles de Pres­cott et Rus­sell, la troupe de théâtre Le Cercle Gas­con II et bien d’autres or­ga­nismes à but non lu­cra­tif s’y étaient ins­tal­lés. Seule­ment voi­là, un an plus tard, ils ont tous dé­ser­té les lieux.

« Ils avaient in­ves­ti un mon­tant im­por­tant, ils ont for­mé une co­opé­ra­tive et ce­la n’a pas fonc­tion­né. Et le conseil a dé­ci­dé de fer­mer. Quand je suis ar­ri­vée en 2006, à titre de mai­resse, ils ve­naient juste de la fer­mer. Ça fait alors de­puis 2006 que l’école est vide », a re­le­vé Jeanne Char­le­bois, mai­resse de Haw­kes­bu­ry.

Dan­ger pu­blic

Elle ex­plique que le bâ­ti­ment est de­ve­nu une vé­ri­table source d’in­sé­cu­ri­té, un re­fuge pour les ani­maux et pré­sente des risques pour la san­té des ci­toyens. « Là, c’est de­ve­nu un dan­ger pour la po­pu­la­tion, on a es­sayé de le vendre et ça n’a pas fonc­tion­né. Cet été, on a trou­vé des jeunes qui jouaient là-de­dans, c’est dan­ge­reux et c’est de là que le conseil a pris la dé­ci­sion de le dé­truire. Ça a pris trois conseils pour le faire et là c’est fi­ni », a-t-elle tran­ché. La pre­mière ma­gis­trate de Haw­kes­bu­ry ap­pelle alors la dé­mo­li­tion de tous ses voeux. « Pour moi, ça va être une bonne chose quand la dé­mo­li­tion va être fi­nie. Ce se­ra une in­quié­tude de moins, sur­tout pour la po­pu­la­tion », a ajou­té en sou­pi­rant Mme Char­le­bois.

Sur la rue Prin­ci­pale, où l’école avait été éri­gée en 1939, le sou­la­ge­ment de la mai­resse est lar­ge­ment par­ta­gé par les ri­ve­rains. Voi­sin de l’école de­puis 21 ans, Ri­chard Le­duc, pro­prié­taire du res­tau­rant Le­duc Snack bar est in­dif­fé­rent au sort de l’édi­fice. « Je ne suis pas du tout dé­çu de sa dé­mo­li­tion, ça ren­dra le dé­cor plus jo­li. Ça fait une di­zaine d’an­nées, si­non 15 ans qu’il n’y a plus rien là », s’est-il sou­ve­nu.

« J’ai eu des ren­contres là, mais ça fait des an­nées que c’est vide. Il n’y a pas eu grand chose qui a été pla­ni­fié pour la rou­vrir, c’est nor­mal qu’on la dé­mo­lisse », a es­ti­mé Pas­cal Thi­bo­deau, qui comme d’autres ci­toyens ren­con­trés, est loin de ver­ser des larmes sur les fu­turs dé­combres du Ch­rist-Roi.

—photo Fré­dé­ric Hountondji

L’an­cienne école Ch­rist-Roi dans ses der­niers ins­tants

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.