Le Som­met ac­cueille l’homme qui s’in­vente

Le Carillon - - Le parfum du BONHEUR - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI frederic.hountondji@eap.on.ca

M. King­sley a amor­cé son al­lo­cu­tion par une ci­ta­tion de l’écri­vain fran­co-amé­ri­cain Mar­tin Gray, qui au­rait com­plè­te­ment chan­gé sa vie : « L’être libre est ce­lui qui sait rê­ver et qui sait in­ven­ter sa propre vie. » Il a alors conseillé aux élèves d’être cu­rieux afin d’ac­qué­rir de nou­velles connais­sances et de croire en eux-mêmes en cher­chant conti­nuel­le­ment à in­ven­ter leur propre ave­nir.

Il leur a ap­pris avoir des par­te­naires dans les plus grands évé­ne­ments spor­tifs mon­diaux comme la Coupe du monde de soc­cer de la FIFA et la NBA. Mais avant, il avait ren­con­tré quelques dif­fi­cul­tés dans ses études à l’uni­ver­si­té. Il a dû com­men­cer à vendre des chaus­sures dans un ma­ga­sin.

Grâce à sa mère, sa vie prend une toute autre tour­nure. Celle-ci, voyant que son fils avait un ta­lent de conteur et qu’il écri­vait bien, lui a sug­gé­ré d’al­ler plu­tôt vers le jour­na­lisme.

« J’ai trou­vé que c’était une bonne idée et j’ai dé­cou­vert un deuxième ta­lent : la ca­pa­ci­té d’écou­ter les bonnes idées des autres. La chose la plus im­por­tante que j’ai faite, c’est que j’ai ap­pris à écrire dans les deux langues, en fran­çais et en an­glais, cor­rec­te­ment. Ça a chan­gé toute ma vie », a-t-il ré­vé­lé aux élèves.

Le confé­ren­cier a tra­vaillé à la Presse ca­na­dienne et a cou­vert plu­sieurs évé­ne­ments spor­tifs à tra­vers le monde pour les jour­naux ca­na­diens. Avec le temps, il avait en­vie de faire d’autres ac­ti­vi­tés. M. King­sley se dé­fi­nit comme un homme de 46 ans dont la qua­li­té est de ne pas sa­voir ce qu’il veut faire de son ave­nir : « Je suis constam­ment en train d’es­sayer d’in­ven­ter ce que je veux faire de ma vie. »

Ain­si, du jour­na­lisme, il a vi­ré d’abord vers les re­la­tions pu­bliques, en­suite les re­la­tions mé­dias, la ges­tion de crise, la san­té men­tale et la po­li­tique, en oc­cu­pant le poste d’at­ta­ché de presse du pre­mier mi­nistre Paul Mar­tin. Sa car­rière ne s’est pas ar­rê­tée là.

« Après, je suis al­lé en créa­tion. J’ai fait l’image de marque des Ca­na­diens de Mon­tréal. J’ai fait les Jeux olym­piques. J’ai dé­ve­lop­pé la marque de com­merce de Georges St-Pierre. J’ai écrit son livre,

J’ai écrit trois livres et tous mes livres parlent de l’in­ven­tion de soi. Je vous ra­conte tout ça parce que je suis l’homme qui a in­ven­té tout son par­cours, toute sa vie », a-t-il en­sei­gné aux élèves.

Jus­tin King­sley a éga­le­ment écrit une sé­rie do­cu­men­taire sur les Ca­na­diens de Mon­tréal, 24 CH. Il est au­teur de best-sel­lers dis­tin­gués par le Pour le Mar­ke­ting Ma­ga­zine, il fait par­tie des per­sonnes les plus créa­tives au Ca­na­da.

—pho­to Fré­dé­ric Hountondji

Jus­tin King­sley avec Re­bec­ca Gou­let, la mas­cotte de l’école Le Som­met Ma­ca­re­na Ri­co et la di­rec­trice de l’école Anne La­flamme.

—pho­to Fré­dé­ric Hountondji

Jus­tin King­sley lors de sa confé­rence à l’école Le Som­met.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.