La lente re­lève mu­ni­ci­pale

Le Devoir - - EN CAMPAGNE - JEANNE CORRIVEAU

Quand elle pré­side le con­seil des maires ou qu’elle siège à la Table des pré­fets de la Gas­pé­sie, Na­dia Mi­nas­sian est tou­jours la plus jeune du groupe.

La pré­fète de la MRC du Ro­cher-Per­cé a beau ob­ser­ver un ra­jeu­nis­se­ment de la classe po­li­tique mu­ni­ci­pale, les chan­ge­ments s’opèrent len­te­ment.

« Le fait qu’on me consi­dère comme une jeune en po­li­tique à 39 ans, c’est dé­cou­ra­geant. Jeune, pour moi, c’est 23, 24 ou même

30 ans », ex­plique-t-elle au bout du fil. Na­tive de Mon­tréal, Mme Mi­nas­sian s’est ins­tal­lée en Gas­pé­sie il y a 15 ans, dans la ré­gion d’ori­gine de sa mère. Elle y a ou­vert un com­merce et oc­cu­pé la pré­si­dence de la Chambre de com­merce de Ro­cher-Per­cé.

Elle a ce­pen­dant quit­té ce poste lorsque son che­min a croi­sé la po­li­tique.

Na­dia Mi­nas­sian fait par­tie de la di­zaine de pré­fets au Qué­bec qui sont élus par les ci­toyens et non choi­sis par les maires de leur MRC. «Je ne suis pas une po­li­ti­cienne, je suis une re­pré­sen­tante des ci­toyens », tient à pré­ci­ser M. Mi­nas­sian. Être préfet est un em­ploi à temps plein, dit-elle, et il lui faut jon­gler avec un ho­raire ser­ré.

«J’ai des en­fants et un com­merce, mais je pense que c’est im­por­tant de m’im­pli­quer. Je le fais pour mes en­fants.

«Quand je par­ti­cipe à une réunion le soir et que je ne suis pas avec eux, je le fais pour l’avan­ce­ment de ma MRC parce que j’es­père que mes en­fants vont re­ve­nir vivre dans la ré­gion. » Mais ce type de sa­cri­fice n’est pas ex­clu­sif aux élus, tient-elle à rap­pe­ler. « C’est comme pour n’im­porte quel em­ploi. Il faut conci­lier tra­vail et fa­mille. C’est la réa­li­té d’au­jourd’hui. »

Na­dia Mi­nas­sian re­con­naît que la po­li­tique mu­ni­ci­pale, un uni­vers ma­jo­ri­tai­re­ment mas­cu­lin, peine à at­ti­rer des femmes.

«Je crois que la po­li­tique a très mau­vaise ré­pu­ta­tion. Ce qu’on voit ces temps-ci, ça n’aide pas. On a be­soin des hommes en po­li­tique, mais aus­si des femmes. Je pense qu’on ap­porte une nou­velle ap­proche.» Mme Mi­nas­sian compte sol­li­ci­ter un se­cond man­dat. «Je vais en faire tant que je sens que j’ap­porte un chan­ge­ment in­té­res­sant pour ma com­mu­nau­té. »

MRC DU RO­CHER-PER­CÉ

Na­dia Mi­nas­sian, pré­fète de la MRC du Ro­cher-Per­cé

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.