Ot­ta­wa doit re­voir sa po­si­tion sur les géants du nu­mé­rique

Le Devoir - - IDEES - LUC FOR­TIN Mi­nistre de la Culture et des Com­mu­ni­ca­tions

J’ai pris connais­sance de la po­si­tion du gou­ver­ne­ment Tru­deau en ce qui a trait aux nou­velles réa­li­tés nu­mé­riques, et je par­tage l’in­quié­tude de nom­breux in­ter­ve­nants du mi­lieu cultu­rel qué­bé­cois. D’im­por­tantes me­sures doivent être prises pour as­su­rer l’équi­té entre les dif­fu­seurs, et l’ave­nir de notre in­dus­trie cultu­relle.

Lorsque le gou­ver­ne­ment du Qué­bec s’est lan­cé dans le vaste chan­tier de re­nou­vel­le­ment de la po­li­tique cultu­relle, j’ai eu la chance d’être au coeur d’un pro­ces­sus de consul­ta­tion qui al­lait me me­ner dans toutes les ré­gions du Qué­bec. Ra­pi­de­ment, nous avons dé­ga­gé des pré­cieux té­moi­gnages cer­tains consen­sus, no­tam­ment en ce qui a trait à l’im­por­tance de main­te­nir, voire de ren­for­cer, le rôle que jouent le Conseil des arts et des lettres du Qué­bec (CALQ) et la So­cié­té de dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises cultu­relles (SODEC), des or­ga­nismes créés dans le but d’ap­por­ter un sou­tien ac­cru à nos créa­teurs et à nos en­tre­pre­neurs cultu­rels. Il m’est aus­si ap­pa­ru évident qu’il fal­lait bâ­tir sur la po­li­tique cultu­relle de 1992; c’est ce que nous avons pro­po­sé avec le pro­jet de Po­li­tique qué­bé­coise de la culture que j’ai ren­du pu­blic au dé­but de l’été et qui se­ra bo­ni­fié à la suite du fo­rum te­nu à Mon­tréal la semaine der­nière.

Ces consul­ta­tions sont dé­jà un grand suc­cès, car la po­li­tique qui en dé­cou­le­ra per­met­tra de faire rayon­ner notre culture dans toutes les ré­gions du Qué­bec, au plus près des ci­toyens; qu’elle met­tra la langue fran­çaise au centre de la pro­mo­tion et de la dif­fu­sion de notre culture et qu’elle per­met­tra, à terme, une col­la­bo­ra­tion ren­for­cée entre la culture et l’édu­ca­tion. Elle se­ra le pro­jet d’une gé­né­ra­tion au bé­né­fice des Qué­bé­coises et des Qué­bé­cois, des ar­tistes pro­fes­sion­nels, sans ou­blier les tra­vailleurs cultu­rels.

Pour une équi­té fis­cale et ré­gle­men­taire

Un consen­sus s’est aus­si ra­pi­de­ment dé­ga­gé des consul­ta­tions: l’im­por­tance, pour le Qué­bec et pour le Ca­na­da, d’im­po­ser aux grandes pla­te­formes étran­gères de dif­fu­sion de conte­nu nu­mé­rique la per­cep­tion des taxes dé­jà exis­tantes — la TPS et la TVQ —, dans un sou­ci d’équi­té avec les ser­vices si­mi­laires de por­tée qué­bé­coise. J’af­firme au­jourd’hui toute la dé­ter­mi­na­tion du gou­ver­ne­ment du Qué­bec dans ce dossier. Ce que cer­tains ont ap­pe­lé la «taxe Net­flix», mais qui concerne aus­si Spo­ti­fy, iTunes et Ama­zon — pour ne nom­mer que ceux-là — n’est pas une nou­velle taxe pour les consom­ma­teurs, et de­vrait être per­çue comme un trai­te­ment équi­table pour toutes les en­tre­prises, qu’elles soient ca­na­diennes ou étran­gères.

Évi­dem­ment, ce se­rait le dé­but d’un long pro­ces­sus, qui ne se fe­ra pas sans dif­fi­cul­tés et qui doit pas­ser par une concer­ta­tion de tous les pays du G20. Tous les pays in­dus­tria­li­sés font face à cet en­jeu.

Des as­so­cia­tions na­tio­nales telles l’As­so­cia­tion qué­bé­coise de la pro­duc­tion mé­dia­tique (AQPM), l’As­so­cia­tion qué­bé­coise de l’in­dus­trie du disque, du spec­tacle et de la vi­déo (ADISQ) ou la So­cié­té ca­na­dienne des au­teurs, com­po­si­teurs et édi­teurs de mu­sique (SOCAN) ont sou­le­vé, à maintes re­prises, la né­ces­si­té d’en ar­ri­ver à un che­val de ba­taille com­mun avec le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral, pour l’équi­té et la jus­tice en ma­tière de dif­fu­sion nu­mé­rique. Cette ques­tion est in­ti­me­ment liée aux dif­fi­cul­tés que le nu­mé­rique en­traîne dans l’ap­pli­ca­tion de la Loi sur le droit d’au­teur et, no­tam­ment, aux ré­per­cus­sions qui en dé­coulent sur la juste ré­mu­né­ra­tion des créa­teurs.

En ce sens, les pre­mières orien­ta­tions de la po­li­tique cultu­relle ca­na­dienne an­non­cées par la mi­nistre du Pa­tri­moine ca­na­dien, Mé­la­nie Jo­ly, nous pa­raissent in­quié­tantes. C’est tout un sec­teur de l’éco­no­mie qué­bé­coise, ce­lui de la culture, que je re­pré­sente fiè­re­ment, qui at­tend de connaître l’orien­ta­tion choi­sie par le fé­dé­ral. Les pre­miers signes in­diquent que le gou­ver­ne­ment ca­na­dien choi­si­ra de ne pas ap­pli­quer ces taxes. Il est im­por­tant non seu­le­ment pour moi, mais aus­si pour des mil­liers de tra­vailleurs cultu­rels, qu’Ot­ta­wa re­voie sa po­si­tion.

Dans le cas contraire, ce se­rait un bien mau­vais si­gnal à en­voyer aux ar­ti­sans de notre culture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.