Des cen­taines de membres du groupe État is­la­mique « éva­cués » de Ra­q­qa

La BBC ré­vèle com­ment le groupe EI a pas­sé un ac­cord avec les Forces dé­mo­cra­tiques sy­riennes afin d’ex­fil­trer de la ville des cen­taines de dji­ha­distes étran­gers.

Le Devoir - - LE MONDE - HALA KODMANI

On le sa­vait: la prise de Ra­q­qa s’est conclue par un mar­ché avec le groupe État is­la­mique (EI) pour l’éva­cua­tion de ses der­niers com­bat­tants re­tran­chés au coeur de la ville. Les Forces dé­mo­cra­tiques sy­riennes (FDS), qui ont me­né la ba­taille de Ra­q­qa, ont conclu un ac­cord avec EI, tan­dis que la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale a fer­mé les yeux. Mais les in­for­ma­tions sur les termes de l’ac­cord et sur­tout le nombre et l’iden­ti­té des dji­ha­distes concer­nés res­taient in­con­nues. Une en­quête stu­pé­fiante de la BBC ré­vèle l’am­pleur d’un ar­ran­ge­ment qui a per­mis de lais­ser par­tir des cen­taines de com­bat­tants étran­gers avec leurs fa­milles et leurs armes, y com­pris des chefs de la for­ma­tion ter­ro­riste. Le 12 oc­tobre, 4000 per­sonnes au to­tal au­raient été trans­por­tées dans un

convoi de plu­sieurs di­zaines de bus à tra­vers le dé­sert en di­rec­tion de la fron­tière entre la Syrie et l’Irak.

Un té­moin clé ren­con­tré par le re­por­ter de la BBC Quentin Som­mer­ville a per­mis de dé­cou­vrir «le sale se­cret de Ra­q­qa», titre choi­si pour l’en­quête. Re­trou­vé à Tab­qa, près de Ra­q­qa, Abou Faw­zi, chauf­feur d’un ca­mion de 18 roues, a pris la tête d’un convoi de 50 ca­mions et 13 bus, au­quel s’est ajou­tée une cen­taine de voi­tures pri­vées des hommes du groupe EI, char­gées d’ar­me­ments lourds. «On était ter­ro­ri­sés dès qu’on est en­trés dans Ra­q­qa», ra­conte Abou Faw­zi, qui in­dique que le point de ras­sem­ble­ment était à l’hô­pi­tal cen­tral de la ville. «On a aus­si­tôt vu les com­bat­tants d’EI por­tant leurs armes et des cein­tures ex­plo­sives. Ils ont pié­gé nos ca­mions. Au cas où l’ac­cord dé­raillait, ils étaient prêts à faire ex­plo­ser tout le convoi. Même leurs femmes et leurs en­fants por­taient des cein­tures ex­plo­sives», sou­ligne le chauf­feur, qui a ac­cep­té la mis­sion pour la ré­mu­né­ra­tion ju­teuse qui lui était pro­mise. N’ayant fi­na­le­ment pas été payé par les FDS, l’homme dé­voile tout. «Il y avait un très grand nombre d’étran­gers. Fran­çais, Turcs, Azé­ris, Pa­kis­ta­nais, Yé­mé­nites, Saou­diens, Chi­nois, Tu­ni­siens… » énu­mère-t-il.

Le convoi qui s’éti­rait sur une lon­gueur de 5 à 6 ki­lo­mètres a rou­lé pen­dant trois jours, quit­tant sou­vent la route pour des pistes à tra­vers le dé­sert, sur­vo­lé par des avions de la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale. «Vers la fin de la tra­ver­sée, un chas­seur amé­ri­cain a vo­lé très bas en éclai­rant le ciel la nuit. Les com­bat­tants d’EI trem­blaient dans leur froc.»

Li­mi­ter les pertes hu­maines

Si la ma­jo­ri­té des dji­ha­distes se sont re­pliés dans les zones en­core contrô­lées par le groupe EI à la fron­tière sy­ro-ira­kienne ou par l’op­po­si­tion sy­rienne dans la ré­gion d’Id­lib, des di­zaines d’entre eux au­raient réus­si à fran­chir la fron­tière turque. Un chef de ré­seau de pas­seurs per­for­mants ren­con­tré par la BBC in­dique avoir in­tro­duit une ving­taine de fa­milles en Tur­quie. « On uti­lise tan­tôt des échelles, tan­tôt des barques pour tra­ver­ser les cours d’eau», ex­plique l’homme pour jus­ti­fier ses ta­rifs d’en­vi­ron 500eu­ros (750$CAN) par per­sonne ou 1500 (2200$CAN) par fa­mille.

Pour­quoi cette en­tente, qui a as­su­ré la sur­vie de cen­taines de dji­ha­distes après quatre mois de ba­taille à Ra­q­qa? Les té­moins de la BBC pensent que les FDS ont cher­ché à li­mi­ter les pertes hu­maines. Les hommes d’EI étaient bien re­tran­chés dans l’hô­pi­tal et le stade de Ra­q­qa, et au­raient pu se battre fé­ro­ce­ment. Il faut aus­si si­gna­ler que trois jours après l’an­nonce de la chute de la ville sy­rienne, les hommes du groupe EI se re­ti­raient des deux champs pé­tro­liers les plus im­por­tants de Syrie qu’ils contrô­laient, les lais­sant aux FDS.

BULENT KILIC AGENCE FRANCE-PRESSE

Des com­bat­tants des Forces dé­mo­cra­tiques sy­riennes (FDS) à Ra­q­qa, huit jours après le dé­part du convoi ayant per­mis de lais­ser par­tir 4000 com­bat­tants étran­gers et leurs fa­milles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.