L’ab­sence de Ca­rey Price ne s’éter­ni­se­ra pas

Marc Ber­ge­vin ré­clame néan­moins Ant­ti Nie­mi au bal­lot­tage pour pa­rer à toute éven­tua­li­té

Le Devoir - - LES SPORTS - ALEXIS BÉLANGERCHAMPAGNE à Bros­sard

Le gar­dien du Ca­na­dien Ca­rey Price a re­con­nu que sa bles­sure au bas du corps pre­nait plus de temps que pré­vu à gué­rir, mais il s’at­tend à un re­tour au jeu dans un proche ave­nir.

En at­ten­dant, le Ca­na­dien a ré­cla­mé le gar­dien des Pan­thers de la Flo­ride Ant­ti Nie­mi au bal­lot­tage. Âgé de 34 ans, Nie­mi a com­men­cé la sai­son avec les Pen­guins de Pitts­burgh. Il avait été ré­cla­mé une pre­mière fois par les Pan­thers.

Price avait re­com­men­cé à s’en­traî­ner en so­li­taire mer­cre­di der­nier. Ce­pen­dant, il a dé­ci­dé mar­di qu’il était pré­fé­rable de prendre quelques jours de re­pos de plus pour per­mettre à la bles­sure de gué­rir.

«Ça prend un peu plus de temps qu’an­ti­ci­pé en rai­son de la na­ture de ma po­si­tion, a ex­pli­qué Price. Je veux être cer­tain d’être à 100% de mes ca­pa­ci­tés quand je se­rai de re­tour. Je vais prendre mon temps, mais ce ne se­ra pas long.

« Ça ne s’amé­lio­rait pas. C’était stag­nant. Je vais prendre deux jours de re­pos et nous al­lons ré­éva­luer ma si­tua­tion par la suite.

«On s’at­ten­dait à une ab­sence d’en­vi­ron deux se­maines, mais ce se­ra fi­na­le­ment un peu plus long.»

Le di­rec­teur gé­né­ral du Ca­na­dien, Marc Ber­ge­vin, a aus­si ren­con­tré les jour­na­listes et a ré­pé­té les pro­pos de son gar­dien. «Je n’en ai au­cune idée, mais ça ne de­vrait pas être long, a-t-il ré­pon­du quand il a été ques­tion­né sur le mo­ment du re­tour au jeu de Price. Tant qu’il n’au­ra pas re­joint l’équipe pour un en­traî­ne­ment, il n’y au­ra pas vrai­ment d’échéan­cier. Mais ça ne de­vrait pas être long.»

Âgé de 30 ans, Price a in­di­qué qu’il s’était bles­sé au bas du corps pen­dant l’échauf­fe­ment du match du 2 no­vembre face au Wild, au Min­ne­so­ta. Il a quand même par­ti­ci­pé à cette ren­contre, un re­vers de 6-3. L’équipe avait an­non­cé le len­de­main qu’il était bles­sé au bas du corps.

«Quand votre corps est ré­chauf­fé et que vous res­sen­tez cette pous­sée d’adré­na­line avant un match, vous ne vous sen­tez sou­vent pas bien avant le len­de­main, quand vous êtes à froid », a ex­pli­qué Price.

Price a éga­le­ment in­sis­té pour dire que la bles­sure ac­tuelle n’était pas liée à ses an­ciennes bles­sures.

Nie­mi à la place de Mon­toya

En ce qui concerne l’ac­qui­si­tion de Nie­mi, Ber­ge­vin a af­fir­mé que l’ob­jec­tif était plu­tôt de pal­lier l’ab­sence du gar­dien ré­ser­viste Al Mon­toya, qui souffre d’une com­mo­tion cé­ré­brale.

«En ce mo­ment, nous avions deux jeunes gar­diens en Char­lie et Zach [Fu­cale]. Dans le cas de Mon­toya, une com­mo­tion cé­ré­brale, ça peut prendre deux se­maines, deux mois, trois mois. Je n’en ai au­cune idée,a dit Ber­ge­vin. Nous avions la chance d’al­ler cher­cher un gar­dien d’ex­pé­rience. Si Char­lie se bles­sait, on tom­be­rait à Zach et [Mi­chael] McNi­ven.

«C’est sur­tout pour la si­tua­tion avec Al. Nous avions l’oc­ca­sion

de pro­té­ger la si­tua­tion de l’or­ga­ni­sa­tion de­vant le fi­let. »

Nie­mi s’est fait un nom dans la LNH avec les Black­hawks de Chi­ca­go, avec qui il a rem­por­té la Coupe Stan­ley en 2010. Ber­ge­vin et l’en­traî­neur des gar­diens Stéphane Waite fai­saient alors par­tie de l’or­ga­ni­sa­tion des Black­hawks.

Le Fin­lan­dais est de­puis tom­bé de son nuage. Son

contrat a été ra­che­té par les Stars de Dal­las à la fin de la der­nière cam­pagne. En cinq sor­ties cette sai­son avec les Pen­guins et les Pan­thers, il af­fiche un dos­sier de 0-4-0 avec une moyenne de 6,74 et un taux d’ef­fi­ca­ci­té de, 822.

« Il n’est plus le gar­dien qu’il était il y a sept ou huit ans, quand il a ga­gné la coupe à Chi­ca­go, a re­con­nu Ber­ge­vin.

Mais il est un gar­dien d’ex­pé­rience et il a af­fron­té cette an­née trois fois Tam­pa Bay et une fois Chi­ca­go, qui ont des of­fen­sives re­dou­tables. Stéphane le connaît bien de­puis le temps à Chi­ca­go. Il ajoute de la pro­fon­deur et de­vient une bouée de secours en rai­son de l’in­cer­ti­tude au­tour de Mon­toya.»

PAUL CHIASSON LA PRESSE CA­NA­DIENNE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.