Pé­nu­rie en vue, se­lon un grand pro­duc­teur

L’in­dus­trie vi­vra un chan­ge­ment de pa­ra­digme im­por­tant, croit Aphria

Le Devoir - - ÉCONOMIE - FRAN­ÇOIS DES­JAR­DINS

Les consom­ma­teurs de can­na­bis risquent de se heur­ter à des pé­nu­ries dans les pre­miers mois du mar­ché lé­gal, pré­vient un des gros pro­duc­teurs ca­na­diens à quelques jours de l’ou­ver­ture des com­merces et des pla­te­formes nu­mé­riques.

Se­lon le chef de la di­rec­tion d’Aphria, Vic Neu­feld, il n’est pas im­pos­sible que les au­to­ri­tés pro­vin­ciales soient in­sa­tis­faites de­vant l’in­ca­pa­ci­té des en­tre­prises à ré­pondre à la de­mande ini­tiale.

«Il y au­ra des pé­nu­ries de pro­duits dans les pre­mières phases de la consom­ma­tion, y com­pris chez Aphria, dans le contexte d’une in­dus­trie qui fran­chit un point d’in­flexion ma­jeur», a af­fir­mé M. Neu­feld ven­dre­di lors d’une confé­rence té­lé­pho­nique avec des ana­lystes fi­nan­ciers.

« Il n’y au­ra pas de sa­tis­fac­tion com­plète de la part des au­to­ri­tés ré­gle­men­taires pro­vin­ciales au jour 1. Le pi­pe­line ne se­ra pas plein », a ajou­té M. Neu­feld en évo­quant, pour Aphria, une pé­riode ca­ho­teuse qui pour­rait s’étendre sur deux ou trois mois.

D’abord orien­tés vers le mar­ché du can­na­bis à des fins mé­di­cales, les pro­duc­teurs ont in­ves­ti des cen­taines de mil­lions au cours des der­nières an­nées afin d’agran­dir les serres et d’aug­men­ter leur ca­pa­ci­té après que les li­bé­raux de Jus­tin Tru­deau ont pro­mis de lé­ga­li­ser sa consom­ma­tion ré­créa­tive.

Four­nis­seurs de la SQDC

Aphria est un des six grands pro­duc­teurs qui ont si­gné des contrats d’ap­pro­vi­sion­ne­ment avec la SAQ afin d’ali­men­ter le ré­seau de la So­cié­té qué­bé­coise du can­na­bis (SQDC), dont les pre­miers ma­ga­sins et le site In­ter­net ou­vri­ront le 17 oc­tobre.

Le prin­ci­pal four­nis­seur de la SQDC se­ra le pro­duc­teur ga­ti­nois Hexo (an­cien­ne­ment Hy­dro­po­thi­caire), avec une li­vrai­son pré­vue de 20 000 ki­los dans la pre­mière an­née. Suivent la so­cié­té on­ta­rienne Ca­no­py Growth avec 12 000 ki­los, MedRe­leaf et Aphria avec 8000 ki­los et Au­ro­ra et High Park avec 5000 ki­los.

La SQDC compte ou­vrir 12 suc­cur­sales le 17 oc­tobre et 8 autres sont en pré­pa­ra­tion. Le site In­ter­net se­ra fonc­tion­nel dès le pre­mier jour, a ré­cem­ment af­fir­mé son ar­chi­tecte, Alain Bru­net, qui pré­voit 4000 com­mandes par jour dont les li­vrai­sons se­ront as­su­rées par Postes Ca­na­da.

« La balle est vrai­ment dans le camp des pro­duc­teurs », a dit M. Bru­net, qui était jus­qu’en juin der­nier pré­sident de la SAQ, en en­tre­vue au 98,5 FM jeu­di après-mi­di. «Il faut qu’ils ar­rivent à bien se struc­tu­rer, parce que pour eux aus­si c’est tout nou­veau, pour ar­ri­ver à four­nir et avoir suf­fi­sam­ment de quan­ti­té en fonc­tion de la de­mande. » Une porte-pa­role de la SQDC a in­di­qué au De­voir que le scé­na­rio d’une pé­nu­rie pour cer­tains pro­duits est pos­sible «pen­dant un cer­tain temps», mais que cette réa­li­té se­ra la même par­tout au pays.

Même si Sta­tis­tique Ca­na­da a com-

D’abord orien­tés vers le mar­ché du can­na­bis à des fins mé­di­cales, les pro­duc­teurs ont in­ves­ti des cen­taines de mil­lions au cours des der­nières an­nées afin d’agran­dir les serres et d’aug­men­ter leur ca­pa­ci­té

men­cé à ré­col­ter des don­nées au su­jet de la fré­quence de consom­ma­tion et du prix payé, les ex­perts pré­viennent qu’il est ha­sar­deux de pré­dire l’am­pleur du trans­fert des consom­ma­teurs du mar­ché noir vers le mar­ché lé­gal. Se­lon le son­dage, en­vi­ron 15 % des Ca­na­diens âgés de 15 ans ou plus consomment du can­na­bis, c’est-à-dire 4,6 mil­lions de per­sonnes.

L’ins­ti­tut C.D. Howe a pu­blié jeu­di un rap­port dans le­quel il es­time qu’avec un prix de 9 $ le gramme, il se pour­rait que les pro­duc­teurs ne puissent cou­vrir que 38 % de la de­mande to­tale du mar­ché dans la pre­mière an­née.

M. Bru­net a in­di­qué au 98,5 FM que les pro­duits les moins chers se si­tue­raient au­tour de 6$ le gramme à la SQDC. Il a af­fir­mé au De­voir au dé­but du mois que la So­cié­té pour­rait al­ler prendre 30 % du mar­ché noir dans la pre­mière an­née.

Tou­te­fois, le dé­ve­lop­pe­ment du ré­seau se fe­ra de ma­nière « pru­dente », a-t-il pré­ve­nu à la ra­dio. Outre les pre­mières suc­cur­sales qui doivent ou­vrir le 17 oc­tobre, d’autres qui étaient en pré­pa­ra­tion ont dû sus­pendre les tra­vaux en at­ten­dant de voir les chan­ge­ments que la CAQ ap­por­te­ra à la ré­gle­men­ta­tion. C’est le cas no­tam­ment d’un lo­cal si­tué dans la rue Sainte-Ca­the­rine près de la rue Saint-Hu­bert, à deux pas de l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal. La CAQ a pro­mis d’em­pê­cher l’ou­ver­ture de suc­cur­sales à proxi­mi­té des éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment, une ca­té­go­rie dans la­quelle elle place aus­si les uni­ver­si­tés.

Sur trois ans, le plan de la SQDC pré­voit l’ou­ver­ture de 100 à 150 suc­cur­sales.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.