Deuxième école à Saint-Jean : Ho­ly Cross?

Dé­pla­cer les élèves de la 7e à la 12e an­née dans les bâ­ti­ments de l’école Ho­ly Cross dès sep­tembre 2017? La solution pro­po­sée par Dale Kir­by pour ré­soudre le manque d’es­pace à l’École des Grands-Vents de Saint-Jean sus­cite des ques­tions pour les pa­rents.

Le Gaboteur - - LA UNE - Ni­ko­la Le­Bel Saint-Jean

Mar­di 11 avril, lors d'une réunion spé­ciale des pa­rents de l'École des Grands-Vents de Saint-Jean, le Con­seil sco­laire fran­co­phone pro­vin­cial de Terre-Neuve et du La­bra­dor (CSFP) a pré­sen­té les plus ré­cents dé­ve­lop­pe­ments de ses né­go­cia­tions avec le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial. En gros, une nou­velle école, ça de­vra at­tendre cinq ans, mi­ni­mum.

Face à cette réa­li­té, le CSFP a pré­sen­té une solution pro­po­sée au dé­part par Dale Kir­by, mi­nistre de l'Édu­ca­tion et du Dé­ve­lop­pe­ment de la Pe­tite En­fance : em­mé­na­ger les élèves de la 7e à la 12e an­née dans l'école in­ter­mé­diaire Ho­ly Cross du New­found­land and La­bra­dor En­glish School District (NLESD). Les élèves qui la fré­quen­taient étu­dient main­te­nant à Bro­ther Rice Ju­nior High.

Se­lon le CSFP, cette grande école, vieille de cin­quante ans mais en­core en état d'usage, pour­rait ai­der à re­mé­dier aux pro­blèmes criants de manque d'es­paces à l'École des Grand­sVents. Quelque 175 élèves et les membres du per­son­nel sont de­puis quelques an­nées en­tas­sés dans des lo­caux sco­laires du Centre des Grands-Vents, conçus au dé­part pour ac­cueillir au­tour de 85 élèves.

Le CSFP a sou­li­gné que cette solution ne se­rait que tem­po­raire, puisque leur but ul­time est de construire une nou­velle école dans l'ouest de la ville, afin de re­joindre plus de fa­milles fran­co­phones et d'aug­men­ter le nombre d'élèves que peut ac­com­mo­der le CSFP dans la ré­gion de Saint-Jean. Leur prin­ci­pal ou­til pour at­teindre ce but est l'Ar­ticle 23 de la Charte ca­na­dienne des droits et li­ber­tés, qui ga­ran­tit le droit à l'ins­truc­tion dans la langue de la mi­no­ri­té.

Ce­la étant dit, im­pos­sible de sa­voir à l'heure ac­tuelle si ce pro­jet de nou­velle école abou­ti­rait en une autre école pour les ni­veaux pri­maire et élé­men­taire, pour les ni­veaux in­ter­mé­diaire et se­con­daire et toute autre com­bi­nai­son de ni­veaux.

Mul­tiples op­tions?

Après la pré­sen­ta­tion du CSFP, pa­role fut don­née aux pa­rents pré­sents dans la salle. Des in­quié­tudes, il y en avait de toutes sortes. Cer­tains pa­rents, fai­sant va­loir l'im­men­si­té de cette école qui, se­lon les dires, peut ac­cueillir plus de 350 élèves, ont de­man­dé s'il se­rait pos­sible, voire pré­fé­rable, de dé­mé­na­ger tous les élèves des Grands-Vents à Ho­ly Cross. Les élèves du pri­maire et de l'in­ter­mé­diaire, soit de la ma­ter­nelle à la 6e an­née, sont en ma­jo­ri­té après tout, et pour­quoi ne gar­der toute la « fa­mille » en­semble? Le CSFP a ré­pon­du que Ho­ly Cross a été conçue comme école in­ter­mé­diaire et se­con­daire, soit de la 7e à la 12e an­née, et que la cours de ré­créa­tion, entre autres, n'est pas adé­quate pour les plus jeunes et leurs jeux.

Cer­tains pa­rents ont de­man­dé pour­quoi les élèves et leurs en­sei­gnants ne pour­raient pas sim­ple­ment em­mé­na­ger au deuxième étage du Centre des Grands-vents. La ré­ponse fut sem­blable : le Centre a été conçu comme es­pace com­mu­nau­taire in­té­grant une école pri­maire. L'aménagement des élèves de la 7e à la 12e dans les bu­reaux des or­ga­nismes fran­co­phones n'of­fri­rait ni un plus grand gym­nase, ni une plus grande ca­fé­té­ria, ni un la­bo­ra­toire scien­ti­fique, ni des toi­lettes sup­plé­men­taires, ce dont les jeunes du se­con­daire ont be­soin.

Des per­sonnes pré­sentes dans la salle se sont alors écriées que cer­tains des or­ga­nismes ne des­servent pas Saint-Jean et de­vraient donc al­ler ailleurs, ne se­rait-ce que pour agran­dir les es­paces des­ti­nés aux élèves de la ma­ter­nelle à la 6e an­née.

D'autres ont sou­li­gné que l'en­jeu prin­ci­pal reste de vrai­ment ré­pondre aux be­soins des en­fants pour as­su­rer leur réus­site sco­laire et leur épa­nouis­se­ment. Dans cette veine, un pa­rent s'est ex­cla­mé : « Le sport et l'édu­ca­tion vont de pair. Il y a des en­fants du degré in­ter­mé­diaire qui jouent dans une ligue de 6e an­née! Qu'est-ce qui se pas­se­ra avec 2 écoles ?». « Est-ce que ma fille va res­ter ici? Non, elle ira dans l'école où il y a un gym­nase, un la­bo­ra­toire de sciences et tout le reste », a ajou­té un autre.

La ré­pu­ta­tion du quar­tier

Mal­gré les be­soins pres­sants en in­fra­struc­ture, des pa­rents se sont dit ré­ti­cents et ont te­nu à dis­cu­ter de l'em­pla­ce­ment de Ho­ly Cross, qui se trouve près de Bu­ck­mas­ter's Circle. Ho­ly Cross avait une bonne ré­pu­ta­tion lors­qu'elle était oc­cu­pée par des élèves; le quar­tier, lui, a une des pires ré­pu­ta­tions de la ville, ont avan­cé des par­ti­ci­pants.

Ces pa­rents ont af­fir­mé re­fu­ser d'y en­voyer leurs en­fants, car ils consi­dèrent que le voi­si­nage de l'école n'est pas sé­cu­ri­taire. D'autres, di­sant y avoir gran­di ou ha­bi­té, ont dé­non­cé cette ré­ti­cence, cette peur qui ne se­rait qu'un symp­tôme de la stig­ma­ti­sa­tion du quar­tier. Ils ont ex­pli­qué que les temps ont chan­gé, que le quar­tier n'est plus ce qu'il était et que les pro­blèmes qu'on y re­trouve sont les mêmes que dans tout autre quar­tier, mais ça n'a pas été suf­fi­sant pour cal­mer les craintes des plai­gnants.

Dé­lais ser­rés

Quelques per­sonnes pré­sentes à la réunion ont ques­tion­né la fai­sa­bi­li­té du plan Ho­ly Cross. Est-ce que le CSFP au­ra l'ar­gent et le temps né­ces­saire pour ra­fis­to­ler l'im­meuble et em­bau­cher du per­son­nel en­sei­gnant spé­cia­li­sé et qua­li­fié (en sciences, en ma­thé­ma­tiques avan­cées, en mu­sique, en arts plas­tiques, en édu­ca­tion phy­sique, etc.) avant sep­tembre?

« Comment pou­vez-vous ga­ran­tir qu'une école se­ra fonc­tion­nelle en sep­tembre alors qu'une classe por­ta­tive qu'on nous a pro­mise pour sep­tembre-oc­tobre [pas­sé] n'est pas en­core fonc­tion­nelle? » a de­man­dé l'une. D'autres l'ont sou­te­nue en di­sant qu'ils pour­raient sim­ple­ment en­voyer leurs en­fants dans une école plus proche de chez eux dans un pro­gramme d'im­mer­sion où ils au­raient ac­cès aux mêmes res­sources que les en­fants an­glo­phones, ce qui as­su­re­rait leur suc­cès et évi­te­rait le long tra­jet jus­qu'aux Grand­sVents ou jus­qu'à Ho­ly Cross. Ils ont aus­si ques­tion­né le plan de construc­tion d'une éven­tuelle nou­velle école, dou­tant des sta­tis­tiques spé­cu­la­tives qu'uti­lise le CSFP pour jus­ti­fier une telle construc­tion.

L’avis des en­fants

Et les en­fants dans tout ça? Dif­fi­cile à dire, mais ils ne par­tagent pro­ba­ble­ment pas les in­quié­tudes de leurs pa­rents. Une élève de 8e an­née au­rait son­dé ses amis, a ra­con­té sa mère, leur de­man­dant s'ils ai­me­raient dé­mé­na­ger d'école et la ma­jo­ri­té au­rait ré­pon­du fa­vo­ra­ble­ment. Une plus grande école avec plus de place, plus de res­sources, leurs en­sei­gnants ac­tuels et tous leurs amis? Ça ne leur fe­rait cer­tai­ne­ment pas de tort.

Néan­moins, à plu­sieurs re­prises du­rant la réunion, des pa­rents ont de­man­dé et re­de­man­dé si Ho­ly Cross était vrai­ment la seule op­tion dis­po­nible pour le dé­mé­na­ge­ment des élèves de la 7e à la 12e an­née. Les membres du CSFP ont ex­pli­qué qu'Ho­ly Cross est la seule école vide qui pour­rait ac­cueillir conve­na­ble­ment des élèves, leur four­nis­sant l'in­fra­struc­ture dont ils ont be­soin à leur âge pour réus­sir dans leurs études.

« Il n'y a rien d'autre à SaintJean. Rien. C'est vrai­ment notre unique op­tion. Si nous n'al­lons pas là, ou d'autre pou­vons-nous al­ler ? » Cette ré­ponse n'étant vi­si­ble­ment pas suf­fi­sante pour cer­tains, des pa­rents ont lan­cé l'idée de for­mer leur propre con­seil avec pour ob­jec­tif la trouvaille d'op­tions al­ter­na­tives.

Les di­vi­sions sont en­core fortes et la liste de ques­tions sans ré­ponses claires est en­core longue, mais le temps s'écoule. Sans en­tente si­gnée très bien­tôt avec le mi­nis­tère de l'Édu­ca­tion et du Dé­ve­lop­pe­ment de la Pe­tite En­fance, se­ra-t-il pos­sible d'em­mé­na­ger dans une « nou­velle » école en sep­tembre? Le CSFP au­ra peut-être une dé­ci­sion exé­cu­tive à prendre.

À suivre.

Photo : Google Earth

L’école Ho­ly Cross est si­tuée au 7 Ri­cketts Road, à quelques jets de pierre de l’hô­pi­tal St. Clare Mer­cy.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.