Pour­quoi ap­prendre le fran­çais? Pas­sion et prag­ma­tisme chez les adultes an­glo­phones de Saint-Jean

Le nombre de per­sonnes qui suivent des cours de fran­çais ici à Saint-Jean aug­mente d’an­née en an­née. Qu’est-ce qui pousse les gens à suivre des cours de fran­çais dans une ville comme Saint-Jean, où l’IM­MENSE ma­jo­ri­té de la po­pu­la­tion est an­glo­phone? Le tr

Le Gaboteur - - COMMUNAUTAIRE - Ni­ko­la Le­bel Saint-Jean

Je me suis ren­du au Centre des Grands-Vents pour as­sis­ter à un des cours de fran­çais qui y sont don­nés par l'As­so­cia­tion com­mu­nau­taire fran­co­phone de Saint-Jean (ACFSJ). On m'a mis en con­tact avec Ga­ry Young, qui en­seigne le cours de conver­sa­tion et de gram­maire avan­cées. Mon­sieur Young, un an­glo­phone de nais­sance ma­rié à une Saint-Pier­raise, s'ex­prime dans un fran­çais ab­so­lu­ment im­pec­cable. En me re­la­tant son ex­pé­rience d'en­sei­gnant, il m'a ex­pli­qué que le choix d'ap­prendre une langue est ex­trê­me­ment per­son­nel. Ce­pen­dant, il est d'avis qu'on peut consta­ter deux grandes ca­té­go­ries de gens qui ap­prennent le fran­çais. L'une, c'est la ca­té­go­rie des pas­sion­nés, celle des gens qui savent peu ou pas pour­quoi ils ap­prennent la langue, outre peut-être un in­té­rêt cultu­rel. Ces gens, gé­né­ra­le­ment, ne sont pas in­quiets de leur usage fu­tur du fran­çais après leurs cours.

L'autre ca­té­go­rie est celle des prag­ma­tiques, celle des gens qui dé­cident d'ap­prendre la langue pour l'uti­li­ser au tra­vail, pour voya­ger, ou pour at­teindre un but plus ou moins dé­fi­ni. Ces gens ne sont pas né­ces­sai­re­ment in­té­res­sés par la langue et ne l'ap­prennent pas né­ces­sai­re­ment avec plai­sir. Se­lon Mon­sieur Young, c'est un équi­libre des deux ca­té­go­ries qui per­met le meilleur ap­pren­tis­sage et la meilleure ré­ten­tion d'une langue.

Une chose sem­blait unir toutes les per­sonnes réunies dans la classe : ils avaient sui­vi des cours de fran­çais à l'école ou bien ils avaient été ins­crits dans un pro­gramme d'im­mer­sion. Par contre, s'ils étaient dans cette classe pour suivre le cours de l'ACFSJ, c'est qu'ils avaient tous fait le choix per­son­nel de se ré­ap­pro­prier leur fran­çais, pour toutes sortes de rai­sons.

Nos conver­sa­tions furent fort in­tel­li­gentes pour un cours de langue, et per­sonne n'a per­du le fil; du prag­ma­tisme pas­sion­né à l'oeuvre.

Les té­moi­gnages des étu­diants dans sa classe en sont un bel exemple.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.