Marches et veilles pour dé­non­cer la vio­lence faite aux femmes

Le 4 oc­tobre pro­chain, des veilles en mé­moire des femmes et des filles au­toch­tones as­sas­si­nées ou dis­pa­rues au­ront lieu dans plu­sieurs lo­ca­li­tés de Terre-Neuve-et-La­bra­dor. Ces ras­sem­ble­ments suc­cèdent de près aux marches « Take Back the Night » te­nues ég

Le Gaboteur - - NEWS - Émi­lie L. An­gers Ja­cinthe Trem­blay

Dans l'uni­vers fran­co­phones, les marches « Take Back the Night » sont connues sous le nom « La rue, la nuit, les femmes sans peur ». Elles visent tou­te­fois le même ob­jec­tif : dé­non­cer toutes les formes de vio­lence en­vers les femmes, in­cluant les viols et le har­cè­le­ment, et re­ven­di­quer le droit des femmes à l'ac­cès à l'es­pace pu­blic, la nuit comme le jour, sans crainte pour leur sé­cu­ri­té.

Cette marche sym­bo­lique est aus­si d'un mo­ment de ras­sem­ble­ment pour des femmes qui veulent bri­ser ce lourd si­lence. En­core au­jourd'hui beau­coup trop de femmes sont vic­times de vio­lence de la part de leur par­te­naire ou d'un proche; sont vic­times d'agres­sions phy­siques ou d'abus sexuels. Cette soi­rée per­met de crier haut et fort le mé­con­ten­te­ment en­vers ces actes de vio­lence et dé­non­cer ces gestes d'abus ou d'in­ti­mi­da­tion di­ri­gés à l'en­droit des femmes.

Hap­py Valley-Goose Bay

À Hap­py Valley-Goose Bay, le Mo­ka­mi Sta­tuts of Wo­men Coun­cil, l'or­ga­nisme res­pon­sable de cet évé­ne­ment et des ac­ti­vi­tés du Centre des femmes lo­cal, es­time que 70 per­sonnes étaient réunies pour té­moi­gner de leur sou­tien à ce mou­ve­ment. Cette forte par­ti­ci­pa­tion est le ré­sul­tat des ef­forts concer­tés de plu­sieurs autres groupes tels le Na­tive Friend­ship Centre, Li­bra House, le gou­ver­ne­ment du Nu­nast­sia­vut, La­bra­dor-Gren­fell Health, Vio­lence Pre­ven­tion La­bra­dor, le Men­no­nite Cen­tral Com­mit­tee, le conseil du Nu­na­tu­ka­vut ain­si que la Gen­dar­me­rie royale du Ca­na­da (GRC). De nom­breux bé­né­voles ont éga­le­ment contri­bué à ce suc­cès.

Le dé­part de la marche de Hap­py Valley-Goose Bay a eu lieu au Centre des femmes. Pre­mière des­ti­na­tion : la Cour pro­vin­ciale, où des hommes at­ten­daient pour prendre part à ce mou­ve­ment col­lec­tif me­né de front par les femmes. Cette an­née, ins­pi­ré de la marche in­ter­na­tio­nale Walk a Mile in Her Shoes, le Conseil du sta­tut de la femme Mo­ka­mi a mis au dé­fi les hommes de mar­cher quelques mètres en ta­lons hauts.

La marche a pris fin de­vant l'hô­tel de ville où Cla­ra Win­ters, une Inuit na­tive de Ho­pe­dale vic­time d'une bru­tale agres­sion il y a plus de 20 ans, a par­ta­gé pour la toute pre­mière fois de­vant un large pu­blic son ex­pé­rience per­son­nelle. Son tou­chant et vi­brant té­moi­gnage a ébran­lé et a sen­si­bi­li­sé toutes les per­sonnes pré­sentes sur cette triste réa­li­té sur la­quelle on ferme trop sou­vent les yeux. Ras­sem­blant tout son cou­rage, cette re­mar­quable femme nous té­moi­gna des ef­fets dé­vas­ta­teurs à court et à long termes d'une bru­tale agres­sion sur ses vic­times.

Des marches « Take Back the Night » se sont éga­le­ment dé­rou­lées ailleurs au La­bra­dor, no­tam­ment à Nain et à La­bra­dor Ci­ty. À St.John's, l'évé­ne­ment a réuni plus de 250 per­sonnes.

Pho­to : Cour­toi­sie du Mo­ka­mi Centre

À Hap­py Valley-Goose Bay, la marche « Take Back the Night » a pris le dé­part de­vant le Centre des femmes Mo­ka­mi.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.