Des us­ten­siles de BBQ plus que pra­tiques !

Cui­si­ner un re­pas sur le bar­be­cue en toute sé­cu­ri­té et avec style, c’est pos­sible lors­qu’on choi­sit ju­di­cieu­se­ment son équi­pe­ment.

Le Journal de Montreal - CASA - - ZESTE - AMÉ­LIE DES­CHÊNES Col­la­bo­ra­tion spéciale

Bien gan­té

Faits de fibres d’ara­mide ré­sis­tantes au feu et à une cha­leur de 250 °C, ces gants pro­po­sés par Tru­deau pro­té­ge­ront vos mains lors de la cuis­son sur le bar­be­cue, sans com­pro­mettre votre dex­té­ri­té.

La pré­sence de si­li­cone pro­cure une poi­gnée an­ti­dé­ra­pante et la cou­leur rouge sti­mule l’ap­pé­tit. tru­deau.com > 39,99 $ l’en­semble de deux

Mi­taine d’été

La main pla­cée le plus près de la grille du bar­be­cue, celle qui tient le manche d’une poêle en fonte par exemple ou qui dé­place des bro­chettes et des pa­pillotes, de­vrait tou­jours por­ter une mi­taine comme cel­le­ci sug­gé­rée par Ri­car­do. L’ex­té­rieur an­ti­dé­ra­pant en si­li­cone ré­siste à une cha­leur de 240 °C et l’in­té­rieur en co­ton offre un écrin confor­table.

ri­car­do­cui­sine.com > 24,99 $ l’uni­té

Longs us­ten­siles

Cet en­semble de trois us­ten­siles Na­po­léon, fa­bri­qué en acier in­oxy­dable mou­lé et do­té d’un long manche puis d’une poi­gnée er­go­no­mique, as­sure une dis­tance rai­son­nable entre le cui­si­nier et le bar­be­cue. La spa­tule avec sa pointe tran­chante et son bord den­te­lé est par­faite pour les steaks et les ali­ments de grande taille. La pince ver­rouillable per­met de ma­ni­pu­ler les grillades ai­sé­ment tan­dis que le pin­ceau en si­li­cone ajoute de la sa­veur à votre re­pas. na­po­leon.com > 64,99 $

Bri­quet sans flamme

Voi­ci un bri­quet élec­trique qui ne re­quiert au­cun com­bus­tible et se re­charge grâce à un fil USB. Il s’agit de l’Élec­troMax de BBQ Qué­bec. Peu im­porte les in­tem­pé­ries et le vent, il ne s’éteint pas et sa tige flexible fa­vo­rise un al­lu­mage fa­cile en toute sé­cu­ri­té. bb­q­que­bec.com > 17,99 $

In­con­tour­nable ta­blier

Évi­tez de sa­lir vos vê­te­ments tout en pré­ser­vant votre style, en por­tant fiè­re­ment le ta­blier uni­sexe PATRIZIO de Mai­son Mi­lan. Fait à la main au Ca­na­da, ce ta­blier com­po­sé d’un tis­su an­ti-feu et de ganses vé­ganes la­vables, pos­sède un col­lier ajus­table avec des pinces amo­vibles, une po­chette pour y pla­cer un iP­hone et un crayon ain­si que deux longues poches avant pour gar­der des us­ten­siles et un car­net de re­cettes à la por­tée de la main.

Des cou­leurs pour tous les goûts sont dis­po­nibles! na­po­leon.com > 64,99 $

L’épi­ce­rie avait été faite pour 50 000 per­sonnes prêtes à pro­fi­ter des plai­sirs de la ca­bane à sucre. La salle à man­ger avait été agran­die, deux gros fours avaient été ins­tal­lés et le lave-vais­selle rem­pla­cé. Mais c’est la CO­VID-19 qui s’est in­vi­tée.

Si la plus ré­cente ré­colte de si­rop a été bonne à l’éra­blière Au Pa­lais Su­cré, si­tuée à Mont-Saint-Gré­goire, le vo­let res­tau­rant « a été dé­sas­treux », confie Cyn­di Mal­tais, la ges­tion­naire des lieux.

« Une sai­son de ca­bane à sucre de­mande plu­sieurs mois de pré­pa­ra­tion ; on com­mence à l’au­tomne. Ici, on fait nos pains, nos cre­tons; le congé­la­teur était plein, on avait 50 000 pe­tits pains et 25000 pe­tites cups de cre­tons. C’est sans comp­ter tout ce qu’on stocke d’avance... »

SE DI­VER­SI­FIER

Après des ventes en ligne au ra­bais ayant per­mis d’écou­ler la nour­ri­ture pré­pa­rée pour 4000 vi­si­teurs au dé­but du confi­ne­ment, la fête de Pâques a gé­né­ré une grande af­fluence. Pas moins de 3000 re­pas de ca­bane à sucre à em­por­ter ont été ré­cu­pé­rés au cours d’un ser­vice à l’au­to im­pro­vi­sé.

Ces suc­cès ont ins­pi­ré la mise sur pied d’une bou­tique en ligne bo­ni­fiée (bou­tique.au­pa­lais­sucre.ca), agré­men­tée d’un me­nu éla­bo­ré conte­nant bien plus que des créa­tions à base de si­rop d’érable. Plu­sieurs mets se sont gref­fés à la tra­di­tion­nelle tarte au sucre ou en­core aux pe­tits pois.

« À la ca­bane à sucre, on avait dé­jà l’op­tion vé­gé sur notre me­nu. En plus, de­puis un an, mon conjoint et moi avons adop­té l’ali­men­ta­tion cé­to­gène. On a une belle va­rié­té », ex­plique Cyn­di Mal­tais.

D’ailleurs, les pro­duits ap­pe­lés « ke­to » sus­citent un vif en­goue­ment. Dès la fer­me­ture de la salle à man­ger d’Au Pa­lais Su­cré, les oreilles de crisse ont été un gros must et le sont res­tées. Dé­cli­nées en trois sa­veurs – nature, BBQ et red hot –, elles re­pré­sentent une « belle al­ter­na­tive aux sacs de chips ». La cote de po­pu­la­ri­té du gra­tin de cé­le­ri-rave est aus­si très bonne.

Un sys­tème de li­vrai­son par­tout au Qué­bec – avec des boîtes gla­cières – a été ins­tau­ré. « Mon conjoint et moi es­sayons d’en faire le plus pos­sible par nous-mêmes. Pour ce qui va dans des ré­gions plus éloi­gnées, on fait af­faire avec un ser­vice de mes­sa­ge­rie. » Un ser­vice qui est là pour res­ter.

Ayant dû fer­mer leur salle à man­ger à cause de la pan­dé­mie, les pro­prié­taires de l’éra­blière Au Pa­lais Su­cré ont développé un me­nu de re­pas à em­por­ter avec no­tam­ment des pro­duits liés à l’ali­men­ta­tion cé­to­gène.

La po­pu­la­ri­té de ce ser­vice est telle qu’il est là pour res­ter.

PHO­TOS COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.