Une nou­velle tour­née pour Marie- Élaine Thi­bert

TOU­JOURS DANS LE COEUR DES QUÉ­BÉ­COIS

Le Journal de Montreal - Weekend - - NEWS - AGNES.GAU­DET@JOUR­NALMTL.COM Agnès Gau­det

Marie-élaine Thi­bert se pré­pare à mon­ter sur les grandes scènes, dont le Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts, pour y pré­sen­ter le qua­trième spec­tacle de sa car­rière. La fi­na­liste de Star Aca­dé­mie 2003 est tou­jours dans le coeur des Qué­bé­cois.

Évi­dem­ment, le grand tour­billon des an­nées qui ont sui­vi sa par­ti­ci­pa­tion au pre­mier Star Aca­dé­mie s’est apai­sé. À l’époque, lors de la sor­tie de son pre­mier al­bum so­lo qui avait été cou­ron­né double pla­tine, la chan­teuse, en­core toute ti­mide et in­dé­cise, avait fait 14 fois le Théâtre Saint-de­nis et une tour­née de 45 villes. De­puis, le calme est re­ve­nu, mais la pas­sion de­meure.

« Une car­rière com­porte ses hauts et ses bas, dé­clare sa­ge­ment Marie-élaine, et j’avoue que j’ai eu peur d’avoir des gros bas. Mais ça n’a pas été le cas. Je suis res­tée qui je suis, j’ai tra­vaillé très fort et les gens sont en­core au ren­dez­vous. »

TOU­CHER DU BOIS

Lors de sa pré­cé­dente tour­née, Ma­rieÉ­laine a don­né 20 re­pré­sen­ta­tions. Cette fois, dé­jà 35 dates sont au pro­gramme et d’autres s’ajoutent. Ses salles sont pleines et le pu­blic est en­thou­siaste.

« Je touche du bois, dit-elle. On va es- sayer que ça conti­nue comme ça. »

Plu­sieurs fans des pre­miers jours sont au ren­dez-vous. Marie-élaine les re­con­naît chaque fois.

« Il y a dé­jà neuf ans que je fais car­rière, dit-elle, et plu­sieurs de mes fans sont les mêmes qu’au dé­but. Après les spec­tacles, je vais les ren­con­trer. On fait des pho­tos, je signe des au­to­graphes.

« Mais il y a en aus­si beau­coup d’autres qui viennent me voir pour la pre­mière fois. Ils me sui­vaient à la té­lé et ils ont eu en­vie de me voir de plus près.

« À la fin des spec­tacles aus­si, les gens achètent mes al­bums sur place, d’ajou­ter la chan­teuse en­chan­tée. C’est le signe qu’ils ont ai­mé ce qu’ils ont en­ten­du. Ça me fait du bien. Je sais qu’ils sortent sa­tis­faits du spec­tacle. »

SUC­CÈS ET DÉ­COU­VERTES

Ce spec­tacle, Marie-élaine Thi­bert l’a vou­lu équi­li­bré. Elle y in­ter­prète presque toutes les chan­sons de son nou­vel al­bum, Je suis, lan­cé au prin­temps der­nier et sur le­quel elle in­ter­prète les chan­sons de grands au­teurs et com­po­si­teurs tels que Claude Gau­thier, JeanF­ran­çois Breau, Jean-pierre Fer­land, Étienne Dra­peau, Jean-paul Dréau, Fran­çoise Do­rin et Fré­dé­rik Ba­ro­net.

« Je veux faire dé­cou­vrir ces chan­sons aux gens, dit-elle, les ame­ner à les ai­mer, même s’ils ne les ont pas en­core en­ten­dues à la ra­dio. La pre­mière écoute est plus dif­fi­cile, je sais, mais ces chan­sons sont tel­le­ment belles. »

Évi­dem­ment, Marie-élaine offre aus­si ses grands suc­cès. Elle ne peut pas pas­ser à cô­té. Ses fans viennent aus­si l’en­tendre chan­ter Pa­pillon bleu et Pour cet amour.

La chan­teuse, qui fait car­rière de­puis bien­tôt 10 ans, a dé­sor­mais un vaste ré­per­toire et elle ne se ré­signe pas à sa­cri­fier des chan­sons. Elle vou­drait toutes les chan­ter sur scène, mais elle doit faire des choix.

« D’al­bum en al­bum, j’ai main­te­nant de plus en plus de chan­sons et j’es­saie de toutes les faire, ad­met-elle, mais c’est im­pos­sible. Donc, je fais trois med­leys qui me per­mettent d’en faire beau­coup. »

FI­NIR AVEC BREL

Par­mi ces med­leys, ce­lui des duos qu’elle a en­dis­qués avec les Boom Des­jar­dins et Ch­ris de Burgh, entre autres, ain­si qu’une sur­prise, le duo qu’elle a pré­sen­té avec Étienne Dra­peau au concours Eu­ro­vi­sion en Suisse, la chan­son bi­lingue You can ask me/de­man­de­moi. Marie-élaine les re­prend sur scène ac­com­pa­gnée de sa chef d’or­chestre Ju­lie La­mon­tagne et de ses « ex­tra­or­di­naires » mu­si­ciens qui, dit-elle, « font aus­si les back vo­cals et ont de très belles voix. »

Mais par-des­sus tout, Marie-élaine se doit de chan­ter un med­ley des chan­sons de Jacques Brel qu’elle a in­ter­pré­tées au fil des ans, La quête, no­tam­ment et Quand on a que l’amour avec cette voix su­blime et toute la sen­si­bi­li­té qu’on lui connaît.

« C’est avec ces chan­sons qu’on m’a connue, in­dique Marie-élaine. Ces chan­sons vont tou­jours me col­ler à la peau.

« Je les garde d’ailleurs pour la fin et la ré­ac­tion est su­per. À la fin du spec­tacle, je me penche pour sa­luer et quand je me re­lève, les gens sont de­bout. C’est vrai­ment tou­chant, un beau mo­ment de vie.

« Avec le temps, on fi­nit par connaître son pu­blic, conclut-elle, et on sait ce qui les fait ré­agir, quels mots touchent les gens ou les faits pleu­rer. J’es­saie de leur don­ner tout ce que j’ai. Je veux qu’ils re­partent à la mai­son por­tés par le rêve et l’émo­tion. »

En pleine tour­née, Marie-élaine Thi­bert re­trou­ve­ra son pu­blic à

la Place des Arts le 8 fé­vrier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.