UN GRAND CLAS­SIQUE QUI NE MANQUE PAS D’AIR

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

En 1997, le duo fran­çais Air nous pro­met­tait la lune avec son pre­mier disque Moon Sa­fa­ri. Quinze ans plus tard, il y re­tourne en si­gnant la bande so­nore du film Le voyage dans la lune de George Mé­liès, res­sus­ci­té 111 ans après sa sor­tie. C’est un beau voyage ré­tro-fu­tu­riste, et une réus­site ar­tis­tique sur plu­sieurs ni­veaux

Il est tou­jours in­té­res­sant de suivre les in­fluences des grands ar­tistes, sur­tout quand ceux-ci puisent dans d’autres dis­ci­plines pour évo­luer.

C’est le cas de Georges Mé­liès, qui s’était ins­pi­ré des bou­quins de Jules Verne et de H. G. Wells pour créer le dé­sor­mais cé­lèbre Le voyage dans la lune. Créé en 1902 - six ans après l’in­ven­tion du ci­né­ma-, Le voyage dans la lune est non seule­ment le pre­mier film de science-fic­tion, mais aus­si l’un des pre­miers à être ha­bi­tés par une dé­marche ar­tis­tique à pro­pre­ment par­ler : il est à la fois sa­ti­rique, co­mique, et très ima­gi­na­tif. À son tour, le film a nour­ri beau­coup d’oeuvres, en mu­sique comme dans d’autres dis­ci­plines (sou­ve­nez-vous du clip To­night To­night des Sma­shing Pumpkins), et est en­core consi­dé­ré comme un in­con­tour­nable his­to­rique.

En 2010, une fon­da­tion française a en­tre­pris la res­tau­ra­tion du film, et l’a pré­sen­té au der­nier Fes­ti­val de Cannes dans sa nou­velle version nu­mé­ri­sée et en cou­leur. Il était tou­jours muet, mais cet état de fait vient tout juste d’être cor­ri­gé, gra­cieu­se­té de Jean-be­noît Dun­ckel et Ni­co­las Go­din, du duo Air. L’al­bum, qui sort mar­di, est le com­pa­gnon idéal pour le film, mais c’est aus­si un al­bum ty­pique du duo fran­çais, et c’est une bonne nou­velle.

On se sou­vient qu’un autre grand clas­sique du ci­né­ma de science-fic­tion, Me­tro­po­lis de Fritz Lang, avait su­bi une cure de ra­jeu­nis­se­ment en 1984 aux mains du pro­duc­teur élec­tro de gé­nie Gior­gio Mo­ro­der, mais sa bande so­nore, sur la­quelle on re­trou­vait no­tam­ment Jon An­der­son, Pat Be­na­tar et Fred­die Mer­cu­ry, en avait cho­qué cer­tains qui trou­vaient la mu­sique trop dis­tante de l’oeuvre ori­gi­nale.

SUR­AN­NÉE ET PRÉ­CIEUSE

Ce n’est pas le cas ici : on en­tend du Air à son meilleur, et comme Air a tou­jours fait des bandes-son spa­tiales, le ma­riage est idéal. « On a vou­lu que ce soit ac­tuel, psy­ché­dé­lique, dé­bri­dé », ré­vèle Jean-be­noit dans Rock n Folk, tan­dis que son com­parse Ni­co­las Go­din se ré­jouit de la com­mande. « La no­tion de disque et d’al­bum étant en train de se perdre, un pro­jet de ce type per­met de rê­ver à nou­veau. Mé­liès nous a don­né une sorte de sur­sis, puisque bien­tôt les gens n’au­ront plus rien à foutre des disques ».

La mu­sique est à la fois sur­an­née et pré­cieuse. Les mé­lo­dies sont mé­mo­rables, les so­no­ri­tés ra­fraî­chis­santes, les ar­ran­ge­ments su­perbes. Air, qui a dé­jà si­gné la bande so­nore du film The Vir­gin Sui­cides, vient de re­joindre La­lo Schi­frin et En­nio Mor­ri­cone dans la ca­té­go­rie « ar­tiste-culte pour B.O. clas­siques ».

en.air­cheo­lo­gy.com/

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.