LE CONTE DE FÉES D’ANNE ÉMOND

Ac­cla­mée sur le cir­cuit des fes­ti­vals et as­pi­rante à quelques tro­phées Jutra, la ci­néaste Anne Émond vit un conte de fées à la hau­teur du pa­ri ris­qué qu'elle a pris en met­tant en scène un tor­ride et trou­blant huis clos dans son pre­mier long mé­trage, Nuit

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Cédric Bé­lan­ger Agence QMI

Ce film d’au­teur au­da­cieux, qui s’ap­puie sur des mo­no­logues pro­fonds et une scène de sexe sans pu­deur, jouis­sait dé­jà d’un fort suc­cès d’es­time.

Mais voi­là qu’après avoir ré­cem­ment rem­por­té deux mises en no­mi­na­tions au ga­la des prix Gé­nie — meilleure ac­trice pour Ca­the­rine de Léan et meilleur scé­na­rio pour Anne Émond —, Nuit #1 se re­trouve en lice pour trois des prin­ci­paux prix de la soi­rée des Jutra : meilleur film, meilleure réa­li­sa­tion et meilleure ac­trice.

Jointe par Fa­ce­book en Suède, où elle pre­nait part ces jours der­niers au Fes­ti­val de Gö­te­borg, la ci­néaste de 29 ans n’a pas ca­ché sa joie de­vant cette re­con­nais­sance du mi­lieu du sep­tième art.

TOU­CHÉE

« Ces no­mi­na­tions nous touchent énor­mé­ment, moi et toute l’équipe, d’au­tant plus que c’est une grande an­née de ci­né­ma qué- bé­cois. Plu­sieurs très bons films se sont illus­trés en 2011 », a dit Anne Émond, qui af­firme avoir été sur­prise d’avoir été ci­tée dans les ca­té­go­ries du meilleur film et de la meilleure réa­li­sa­tion. « Je ne m’at­ten­dais pas à ces no­mi­na­tions. Nous es­pé­rions la meilleure ac­trice et je tou­chais du bois pour le meilleur film, mais sans trop y croire.

« Je suis très contente pour Ca­the­rine de Léan, qui mé­rite to­ta­le­ment ses no­mi­na­tions aux Jutra et aux Gé­nie. »

Comme plu­sieurs ob­ser­va­teurs, Anne Émond n’a ce­pen­dant pas été sans re­mar­quer que quelques films, ac­cla­més par la cri­tique, brillent par leur ab­sence dans le pal­ma­rès des Jutra.

« Notre fier­té, dit-elle, est tein­tée d’une lé­gère dé­cep­tion en rai­son de l’ab­sence presque com­plète des films Ma­ré­cages (de Guy Édoin) et En ter­rains connus (de Stéphane La­fleur) dans toutes les ca­té­go­ries. »

NOU­VELLE VAGUE

C’est tout de même la preuve qu’une jeune gé­né­ra­tion de ci­néastes ta­len­tueux est en train de prendre sa place au Qué­bec. Avec Édoin, Xavier Do­lan, Sé­bas­tien Pi­lote ( Le ven­deur est ci­té dans la ca­té­go­rie du meilleur film) et com­bien d’autres, les mises en no­mi­na­tion aux Jutra n’ont pas fi­ni de sou­le­ver la contro­verse. « Je ne sais pas si je fais par­tie d’une nou­velle vague ni si nous par­ta­geons des thèmes, des fa­çons de faire, des pré­oc­cu­pa­tions ar­tis­tiques, so­ciales, créa­tives, po­li­tiques. Je crois qu’il est trop tôt pour le dire », af­firme Émond.

« Une chose est cer­taine, pré­cise-t-elle, je suis très contente de faire des films au Qué­bec, mal­gré mon jeune âge et bien qu’il s’agisse d’un ci­né­ma peut-être un peu plus poin­tu. Je sens que je peux faire des films sin­cè­re­ment et que ceux-ci peuvent être ap­pré­ciés. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.