SANG-FROID

(Drive) (4)

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Grâce à son men­tor Shannon, pro­prié­taire d’un pe­tit ga­rage à Los An­geles, un cas­ca­deur ob­tient de lu­cra­tifs contrats dans des films hol­ly­woo­diens le jour et de gros ca­chets en tant que chauf­feur des mal­frats de la ville le soir. Grâce à ses dons ex­cep­tion­nels, il at­tire l’at­ten­tion d’un riche in­ves­tis­seur, l’ex-pro­duc­teur Ber­nie Rose qui, sur l’in­sis­tance de Shannon, ac­cepte d’en faire la fu­ture ve­dette des cir­cuits de « sto­ck­car ». Ré­glée au quart de tour, l’exis­tence du la­co­nique as du vo­lant est bou­le­ver­sée le jour où il s’éprend de sa nou­velle voi­sine Irene, une jeune ser­veuse qui s’oc­cupe seule de son ga­min en l’ab­sence de son ma­ri qui est der­rière les bar­reaux. Or, ce der­nier est libéré pré­ma­tu­ré­ment pour bonne conduite, mais en traî­nant avec lui une forte dette contrac­tée en pri­son. En ac­cep­tant de l’ai­der, le chauf­feur met le doigt dans un en­gre­nage in­fer­nal, im­pli­quant no­tam­ment Ber­nie et l’as­so­cié ma­fieux de ce der­nier.

L’AVIS DE ME­DIA­FILM.CA

Pour ses dé­buts amé­ri­cains, le Da­nois Ni­co­las Win­ding Refn (la tri­lo­gie Pu­sher, Bron

son, Le guer­rier si­len­cieux) signe une adap­ta­tion fas­ci­nante du court ro­man de James Sal­lis, dont le style vi­suel et le rythme très étu­diés rap­pellent la ma­nière de Mi­chael Mann et Wong Kar-wai. Pas éton­nant que le ju­ry du Fes­ti­val de Cannes ait dé­cer­né le prix de la mise en scène à ce po­lar at­mo­sphé­rique pre­nant qui, par ailleurs, ne cache pas sa dette à The Dri­ver, Bul­litt, To

Live and Die in L.A. et Taxi Dri­ver. Reste qu’il s’agit d’un exer­cice de style plu­tôt mince, su­per­fi­ciel et pas tou­jours ori­gi­nal dans sa fa­çon de trai­ter des thèmes de la ré­demp­tion, de la tra­hi­son et du sen­ti­ment amou­reux. Quoi qu’il en soit, le film doit beau- coup à la per­for­mance puis­sante de Ryan Gos­ling ( Blue Va­len­tine, Les marches du

pou­voir), le­quel rend de fa­çon sai­sis­sante le ca­rac­tère à la fois fleg­ma­tique et ra­geu­se­ment violent de son per­son­nage. Uti­li­sé à contre-em­ploi, le co­mique Albert Brooks est lui aus­si d’une fou­droyante ef­fi­ca­ci­té en homme d’af­faires re­tors qui n’en­tend vrai­ment pas à rire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.