La « presque » plus belle ave­nue du monde

Long­temps sur­nom­més « la plus belle ave­nue du monde », les Champs-ély­sées semblent avoir per­du la cote. C’est du moins ce que dé­montrent les der­nières études.

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME - 1. et 2. Les Champs-ély­sées, l’ave­nue la plus cé­lèbre de Pa­ris. 3. Au bout des Champs se dresse l’arc de Triomphe. PHO­TOS JEAN- RI­CHARD GAU­THIER

Tra­ver­sant le 8e ar­ron­dis­se­ment sur près de deux ki­lo­mètres, elle re­lie la place de la Con­corde à l’arc de Triomphe. De­puis quelques an­nées, l’ave­nue des Champs-ély­sées, plus sim­ple­ment ap­pe­lée « les Champs », au­rait donc per­du de son pres­tige.

Se­lon l’agence Pré­sence, « la plus belle ave­nue du monde », Or­chard Road, se trouve dé­sor­mais à Sin­ga­pour. Les deux sui­vantes au clas­se­ment se trouvent en Eu­rope, mais pour les voir, il faut sor­tir de l’hexa­gone puisque la deuxième est l’ave­nue de la Li­ber­té au Luxem­bourg et la troi­sième marche du po­dium re­vient à la PC Hoof­straat à Amsterdam. Les Champs-ély­sées se trouvent re­lé­gués à la 16e po­si­tion.

Pour cette étude, quatre cri­tères ont été re­te­nus: l’at­mo­sphère de l’ave­nue, le contact avec les pas­sants, l’ap­pa­rence des points de vente et le der­nier, qui est le point faible des Champs-ély­sées,

l’ac­cueil par le per­son­nel.

UNE AVE­NUE ANI­MÉE

Mais peu im­porte le ré­sul­tat du clas­se­ment, les Champs-ély­sées restent in­con­tour­nables, no­tam­ment pour l’ani­ma­tion. Que ce soit à mi­di, le soir ou le week-end, les Champs-ély­sées ne désem­plissent pas, les tou­ristes y sont nom­breux et l’at­trait des Champs-ély­sées de­meure in­dis­cu­table. Les rai­sons d’y al­ler sont nom­breuses.

UNE AVE­NUE SÉ­DUI­SANTE

Signe de son at­trac­tion, les ta­rifs des loyers com­mer­ciaux de­meurent exor­bi­tants et sont tou­jours par­mi les plus éle­vés du monde. Y avoir pi­gnon sur rue est un pri­vi­lège, à condi­tion d’avoir les reins so­lides. On a d’ailleurs l’im­pres­sion qu’une par­tie des Champs-ély­sées est tou­jours en travaux, le prix des loyers chasse les uns, leur ré­pu­ta­tion at­tire les autres.

Un bel exemple, l’en­seigne an­glaise Marks and Spen­cer, qui avait quit­té la ca­pi­tale il y a 10 ans, a inau­gu­ré une bou­tique sur les Champs le 24 no­vembre der­nier. Un com­merce de 1400 m2 ré­par­ti sur trois étages, où l’on peut ache­ter des vê­te­ments et les spé­cia­li­tés cu­li­naires an­glaises.

LES GRANDES MARQUES

On trouve de tout sur les Champs-ély­sées, dit la chan­son. Du ma­ga­sin Walt Dis­ney aux par­fu­me­ries en pas­sant par les sho­wrooms au­to­mo­biles, les Champs ont gar­dé toute leur di­ver­si­té.

En rai­son du coût éle­vé des loyers (plus de 5 000 eu­ros le mètre car­ré), ne vous at­ten­dez pas à y trou­ver des pe­tits ar­ti­sans. Le vi­sage des Champs, c’est ce­lui des grandes en­seignes in­ter­na­tio­nales, dont plu­sieurs de prêt-à-por­ter, comme GAP, H&M ou en­core Ce­lio.

Bien sûr, le com­merce de luxe y est bien im­plan­té, no­tam­ment avec le cé­lèbre cro­co­dile fran­çais La­coste. Vuit­ton a éga­le­ment son es­pace de vente, tout comme Lan­cel, qui y vend ses sacs.

Les ama­teurs de sports pour­ront trou­ver leur bon­heur en se ren­dant à l’im­mense bou­tique Adi­das ou à celle du club de foot pa­ri­sien, PSG (Pa­ris Saint-ger­main).

RES­TAU­RA­TION ET DIVERTISSEMENT

Cô­té res­tau­ra­tion, on peut s’at­tendre à tout, l’offre est abon­dante et di­ver­si­fiée. Les in­con­di­tion­nels de la res­tau­ra­tion ra­pide se­ront ra­vis de pou­voir s’ar­rê­ter chez Mcdo­nald’s ou son équi­valent en France, Quick.

À l’in­ter­sec­tion de la rue Ma­ri­gnan, deux grandes piz­ze­rias, sou­vent bon­dées, pour­ront vous ras­sa­sier à un prix rai­son­nable pour l’en­droit. Il est éga­le­ment pos­sible de dé­gus­ter les sa­veurs de l’est de la France à L’al­sace.

Cô­té divertissement, on y trouve des cinémas, où vous pour­rez voir les der­nières nou­veau­tés. Les ama­teurs de spec­tacles de ca­ba­ret peuvent se rendre au 116 bis, c’est à cette adresse que se trouve le fa­meux Lido.

Certes, le charme des Champs s’est un peu étio­lé au cours des der­nières an­nées, mais il n’em­pêche que se pro­me­ner sur ses larges trot­toirs ar­bo­rés, par­se­més de bancs, reste un réel plai­sir. Il se­rait dom­mage de s’en pri­ver, plus belle ave­nue du monde ou pas…

1

3

2

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.