Mccart­ney EN VERSION JAZ­ZÉE ET FEU­TRÉE

Paul Mccart­ney a choi­si des am­biances jazz, douces et feu­trées, pour son disque Kisses on the Bot­tom lan­cé cette se­maine.

Le Journal de Montreal - Weekend - - NOUVELLES - Yves Leclerc Agence QMI

Sir Paul pro­pose 14 chan­sons sur son 16e disque so­lo, réa­li­sé par Tom­my Li­Pu­ma, qui a tra­vaillé, entre autres, avec Bar­bra Strei­sand, Miles Da­vis, Na­ta­lie Cole et Dia­na Krall.

Douze d’entre elles sont des sou­ve­nirs de jeu­nesse ou des chan­sons que son père, Mi­chael, jouait au pia­no. La plu­part de ces chan­sons ont été écrites dans les an­nées 1930 et elles ont été in­ter­pré­tées par Frank Si­na­tra, Dean Mar­tin, Bing Cros­by, Nat King Cole, Louis Arm­strong, Ben­ny Good­man et autres. Le disque a été en­re­gis­tré au Ca­pi­tol Stu­dios, à Los An­geles.

Les so­no­ri­tés de Kisses on the Bot­tom sont feu­trées et lounge. Le pia­no, la contre­basse et les ba­lais qui va­cillent sur les caisses de la bat­te­rie sont mis en évi­dence. On pense tout de suite au son de Dia­na Krall, pré­sente sur ce disque avec ses mu­si­ciens, mais avec la voix unique de l’ex-membre des Beatles.

On pense aus­si aux at­mo­sphères lounge de 5 à 7 de cer­tains luxueux bars d’hô­tel ou aux am­biances tar­dives de fin de soi­rée après le tu­multe et avec un der­nier verre de­vant soi.

My Va­len­tine et On­ly our Hearts sont des com­po­si­tions de Mccart­ney. Eric Clap­ton est à la gui­tare sur la pre­mière, où on re­trouve de beaux ef­fets de voix de Mac­ca, et Ste­vie Won­der souffle dans l’har­mo­ni­ca sur la deuxième.

À LA GUI­TARE

Mccart­ney fait sa propre re­lec­ture de Bye Bye Black­bird, écrite en 1926 et qui n’a rien à voir avec le Black­bird que l’on re­trouve sur le cé­lèbre al­bum blanc du Fab Four. Rin­go Starr avait fait une version de cette chan­son po­pu­la­ri­sée par Bing Cros­by et Joe Co­cker sur son disque so­lo Sen­ti­men­tal Jour­ney, en 1970.

Sir Paul chante sur toutes les pièces de l’al­bum et on le re­trouve à la gui­tare acous­tique sur Get Your­self Ano­ther Fool et The Inch Worm. Cette chan­son pour en­fants, écrite en 1952, a été re­prise par Charles Az­na­vour, Anne Mur­ray, Doris Day, Ken­ny Log­gins et même par les ma­rion­nettes des Mup­pets et de Se­same Street.

Quelques pièces de Kisses on the Bot­tom sortent un peu de l’en­ro­bage feu­tré qui ca­rac­té­rise le disque, avec Ac-cent-tchuAte The Po­si­tive, My Ve­ry Good Friend the Milk­man, The Inch Worm et son choeur d’en­fants et le jeu de gui­tare « blue­sé » de Mccart­ney sur Get Your­self Ano­ther Fool.

Les cri­tiques pu­bliées jus­qu’à main­te­nant sont loin d’être una­nimes. Le site Me­ta­cri­tic.com, qui pré­sente un re­cen­se­ment des cri­tiques pu­bliées dans les mé­dias et sites spé­cia­li­sés don­nait, en mi­lieu de se­maine, une note de 62% à Kisses on the Bot­tom.

Le New York Times a ac­cor­dé une note de 80 % et le Bos­ton Globe, une de 60%. L’heb­do­ma­daire bri­tan­nique The In­de­pen­dant on Sun­day a été par­ti­cu­liè­re­ment sé­vère avec Mac­ca, avec un triste 20%.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.