Sha­kes­peare (ré)in­ven­té

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Me­dia­film.ca

La sor­tie en DVD cette se­maine du film Ano­nyme de Ro­land Em­me­rich nous rap­pelle qu’en plus des mul­tiples adap­ta­tions des pièces de Sha­kes­peare, le sep­tième art a sou­vent fait la part belle à des films li­bre­ment ins­pi­rés des oeuvres de ce der­nier, ain­si que d’autres ré­in­ven­tant, de fa­çon romantique ou fan­tai­siste, la vie du cé­lèbre dra­ma­turge an­glais. En voi­ci quelques exemples.

WEST SIDE STO­RY (1961)

Dans ce chef-d’oeuvre co­réa­li­sé par Robert Wise ( La Mé­lo­die du bon­heur) et le cho­ré­graphe de Broad­way Je­rome Rob­bins, la soeur du chef d’une bande de jeunes New-yor­kais d’ori­gine por­to­ri­caine s’éprend du meilleur ami du lea­der d’un gang ri­val, d’as­cen­dance po­lo­naise. Il s’agit bien sûr d’une adap­ta­tion mo­derne de Ro­méo et Ju­liette sous forme de co­mé­die mu­si­cale, dont la trame so­nore a été com­po­sée par le grand Leo­nard Bern­stein. La re­gret­tée Na­ta­lie Wood est in­ou­bliable en Ju­liette de Man­hat­tan.

RAN (1985)

Au Moyen-âge, la dé­ci­sion d’un vieux chef de clan de par­ta­ger son fief entre ses fils pro­voque des guerres in­tes­tines. Avec des moyens consi­dé­rables, Aki­ra Ku­ro­sa­wa réa­lise une adap­ta­tion à la ja­po­naise du Roi Lear. Sa trans­po­si­tion est ma­gis­trale, se pré­sen­tant dans une mise en scène éner­gique et su­per­be­ment contrô­lée. L’in­ter­pré­ta­tion, in­tel­li­gem­ment sty­li­sée, est à la hau­teur de l’en­tre­prise.

MON IDA­HO (1991)

Cette fois, c’est la pièce Hen­ri IV du grand Will qui sert de co­lonne ver­té­brale à ce film fas­ci­nant et in­ven­tif de Gus Van Sant ( Élé­phant, Sans ré­pit). Kea­nu Reeves y in­carne le fils du maire de Port­land, qui fait les quatre cents coups avec un ami vau­rien avant de se ran­ger et d’in­té­grer son rang, imi­tant en ce­la le futur roi Hen­ri qui, dans sa jeu­nesse, fraya avec le tru­cu­lent, mais peu re­com­man­dable Fal­staff. Dans le rôle prin­ci­pal du pros­ti­tué nar­co­lep­tique en quête de ses ori­gines, Ri­ver Phoe­nix ( Compte sur moi), dis­pa­ru trop tôt, est tout sim­ple­ment brillant.

SHA­KES­PEARE ET JU­LIETTE (1998)

Bar­dé d’os­cars, ce somp­tueux film d’époque de John Mad­den ( L’af­faire Ra­chel Sin­ger) ré­écrit la jeu­nesse de Sha­kes­peare en lui fai­sant vivre une

aven­ture amou­reuse cu­rieu­se­ment si­mi­laire à celles qu’il a lui- même ima­gi­nées dans ses pièces. D’où un spec­tacle lu­dique et raf­fi­né, por­té par le jeu fé­brile de Jo­seph Fiennes ( Eli­za­beth) et la per­for­mance à la fois gra­cieuse et en­jouée de Gwy­neth Pal­trow, qui lui a va­lu la pré­cieuse sta­tuette cette an­née-là.

10 CHOSES QUE JE DÉ­TESTE DE TOI (1999)

Cette trans­po­si­tion de La Mé­gère ap­pri­voi­sée dans une école se­con­daire amé­ri- caine vaut sur­tout pour ses deux ve­dettes, le té­né­breux Heath Led­ger (le ter­ri­fiant Jo­ker du Chevalier noir de Ch­ris­to­pher Nolan), lui aus­si mort dans la fleur de l’âge, et la ren­fro­gnée Ju­lia Stiles ( La Com­pa­gnie des autres), qui s’amé­liore de film en film. Ce­la dit, la réa­li­sa­tion de Gil Jun­ger ( Le Chevalier noir, avec Mar­tin La­wrence) ne met guère en va­leur un ré­cit somme toute conven­tion­nel, qui a néan­moins tou­ché une corde sen­sible chez le pu­blic ado­les­cent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.