UN PE­TIT COIN de pa­ra­dis

Cayo Guiller­mo, avec ses longues plages de sable blanc étincelant, ses pal­miers dé­li­cats et son eau cris­tal­line à la tem­pé­ra­ture réconfortante est un de ces rares en­droits qui donnent l’im­pres­sion d’avoir en­fin une idée de ce qu’est vé­ri­ta­ble­ment le parad

Le Journal de Montreal - Weekend - - TOURISME - Sa­rah Meublat Col­la­bo­ra­tion spéciale

Pour la pe­tite his­toire, Cayo Guiller­mo et son voi­sin, Cayo Co­co, sont deux pe­tits îlots ab­so­lu­ment ado­rables de l’ar­chi­pel des Jar­dines del Rey, bap­ti­sé ain­si, au 16e siècle, par le na­vi­ga­teur et ex­plo­ra­teur Die­go Ve­las­quez, en l’hon­neur du roi d’es­pagne. Si­tué sur la côte nord de Cu­ba, juste en face des Ba­ha­mas, l’ar­chi­pel est res­té un joyau dont le simple nom laisse rê­veur, aus­si épa­tant qu’au pre­mier jour. Il s’est quand même dé­ve­lop­pé de­puis, pour le plus grand bon­heur des tou­ristes à la re­cherche d’un havre de paix où re­laxer en toute tran­quilli­té et sé­cu­ri­té. Re­mar­qua­ble­ment fa­cile d’ac­cès, le pe­tit aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Cayo Co­co est des­ser­vi heb­do­ma­dai­re­ment aux dé­parts de Mon­tréal et Qué­bec, per­met­tant une ar­ri­vée en dou­ceur, au-des­sus de l’eau cris­tal­line et des îlots qui la par­sème. En quelques heures à peine, on quitte ain­si le froid et la neige pour l’at­mo­sphère en­ve­lop­pante de bien-être que sont l’été, la cha­leur et la dou­ceur de vivre. Avec une im­pres­sion in­ef­fa­çable d’avoir po­sé les pieds dans un monde en­chan­té, comme un avant-goût de pa­ra­dis. En un ins­tant, on se re­trouve plon­gés dans un uni­vers ber­cé de mu­sique cha­leu­reuse, en­tou­rés du sou­rire et de la bonne hu­meur lé­gen­daires des Cu­bains, un cock­tail co­lo­ré à la main. Les lau­réates du concours s’en sou­viennent en­core, des pé­pites dans les yeux.

POUR TOUS LES GOÛTS

Of­ferts par le voya­giste Va­cances Tran­sat en for­mule tout com­pris, les cinq hô­tels de la pres­ti­gieuse chaîne Me­lia, ré­par­tis entre Cayo Co­co et Cayo Guiller­mo, bé­né­fi­cient d’une va­rié­té qui per­met à tous les voya­geurs, qu’ils soient en fa­mille, en couple ou en groupe, de trou­ver leur bon­heur, se­lon leurs goûts et bud­get. Grâce au pro­gramme « day around », les cu­rieux peuvent même se pro­me­ner, pour la mo­dique somme de 5 CUC (soit au­tour de 5 $), entre les dif­fé­rents hô­tels, de même ca­té­go­rie ou in­fé­rieure, le temps d’une jour­née et goû­ter ain­si aux joies des ser­vices et struc­tures of­fertes. Une belle oc­ca­sion de pro­fi­ter du cadre pri­vi­lé­gié des hô­tels Me­lia, plon­gés dans une na­ture luxu­riante où bos­quets fleu­ris se mêlent har­mo­nieu­se­ment aux pal­miers, au sable et aux bas­sins d’eau par­se­mée de né­nu­phars.

JOYAU AUX MILLE AC­TI­VI­TÉS

Cayo Guiller­mo est l’en­droit idéal pour se cou­per du monde ex­té­rieur, un cock­tail à la main et se pré­las­ser au so­leil, lu­nettes sur le bout du nez, en os­cil­lant se­lon l’en­vie entre le bord de la pis­cine et la plage de sable fin. En en­tre­cou­pant cette ac­ti­vi­té dé­tente par des re­pas dont les gour­mands ne peuvent qu’être com­blés. C’est que l’hô­tel Me­lia Cayo Guiller­mo, en plus de son buf­fet dé­jà bien va­rié et gar­ni, pro­pose trois res­tau­rants : ita­lien, in­ter­na­tio­nal et El Ran­chon, dont les friands de fruits de mer et crus­ta­cés ne peuvent se pas­ser. Mais que ceux qu’une jour­née pas­sée à bron­zer confor­ta­ble­ment sur un tran­sat re­bute se ras­surent, il est tout sim­ple­ment im­pos­sible de s’y en­nuyer une se­conde. Une mul­ti­tude d’ac­ti­vi­tés sont dis­po­nibles : salle et cours de sport, mas­sage, sa­lon de coif­fure, billard, volley-ball, ten­nis, ma­ga­si­nage dans les bou­tiques et mar­chés ar­ti­sa­naux, pro­me­nade à che­val, plon­gée sous­ma­rine avec bou­teilles ou en apnée, catamaran, pé­da­lo, ki­te­surf… les jour­nées n’au­ront ja­mais pa­ru si courtes ! Heu­reu­se­ment, les soi­rées sont éga­le­ment bien rem­plies puisque, chaque soir, les ar­tistes de l’hô­tel Me­lia Cayo Guiller­mo or­ga­nisent un spec­tacle dif­fé­rent de danse, chant, théâtre ou ma­gie. Un mo­ment unique aux­quels grands et pe­tits ne manquent pas d’as­sis­ter, voire de par­ti­ci­per ! Chaque soir, les plus mo­ti­vés re­joi- gnent en­suite la dis­co­thèque de l’hô­tel, pour une deuxième par­tie de soi­rée fes­tive, à dan­ser jus­qu’à épui­se­ment. Une oc­ca­sion unique de par­faire ses pas de sal­sa, à l’ins­tar d’élise, l’une des lau­réates du concours, qui en vé­ri­table sal­se­ra échauf­fait la piste de danse, sui­vie par l’équipe et les autres lau­réates. Avant d’al­ler se lo­ver dans les ca­na­pés ex­té­rieurs pour pa­po­ter au clair de lune, en gri­gno­tant un pe­tit en-cas gen­ti­ment pré­pa­ré par le bar­man du lob­by, et se lais­sant ca­res­ser par la brise lé­gère.

CHIC ET CHARME

Les ama­teurs de calme et va­cances pai­sibles pri­vi­lé­gie­ront le cadre char­mant et luxueux du Me­lia Cayo Co­co, ré­ser­vé aux 18 ans et plus. Ré­so­lu­ment haut de gamme et chic, l’hô­tel, dans le­quel nous avons eu la chance de shoo­ter un reportage mode, pro­pose no­tam­ment des suites dé­co­rées avec soin et confort, sur­éle­vées sur pi­lo­tis. Un so­la­rium et des bal­cons pri­vés per­mettent aux plus dis­crets de se re­tran­cher à l’abri des re­gards pour un re­pos en toute tran­quilli­té en ad­mi­rant l’eau pai­sible de la la­gune. Les autres pré­fé­re­ront se lais­ser glis­ser sur l’eau de la su­perbe pis­cine, confor­ta­ble­ment al­lon­gés sur des ma­te­las, en ad­mi­rant les fleurs, pal­miers et bam­bous dont re­gorgent les jar­dins de l’hô­tel Me­lia Cayo Co­co. Ou pro­fi­ter des plai­sirs of­ferts par la longue plage de sable blanc, qui s’étend à seule­ment quelques mètres de là, et se trem­per avec bon­heur dans l’eau tur­quoise. Le Me­lia Cayo Co­co offre tous les ser­vices d’un hô­tel de pres­tige, bar élé­gant, es­paces de dé­tente et soins, salle de sport avec saunas et plu­sieurs res­tau­rants des­ti­nés à ra­vir tous les pa­lais exi­geants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.