RI­CHARD PE­TIT chante pour la vie

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Ca­mille Des­ro­siers Col­la­bo­ra­tion spéciale

Les Vi­kings pour la vie, c’est plus que le spec­tacle mu­si­cal The Wall de Pink Floyd re­vi­si­té, c’est un évé­ne­ment qui pour­rait ai­der la vie de plu­sieurs jeunes adultes souf­frant du can­cer. Ri­chard Pe­tit porte l’évé­ne­ment sur ses épaules et dans son coeur.

J’ai ren­con­tré Ri­chard Pe­tit au pa­villon du CHUM sur la rue Sher­brooke. Dès que nous sommes en­trés dans l’éta­blis­se­ment, on se se­rait cru dans la mai­son du chan­teur tel­le­ment il sa­luait tout un cha­cun, connais­sait au­tant les mé­de­cins que les in­fir­mières. Pour l’ins­tant, la lutte contre le can­cer est ter­mi­née pour Ri­chard Pe­tit, mais cette par­tie de sa vie l’au­ra mar­quée à ja­mais. L’homme a dé­ci­dé de re­don­ner à ceux qui souffrent du can­cer et plus par­ti­cu­liè­re­ment aux jeunes adultes qui n’ont pas les res­sources fi­nan­cières leur per­met­tant de com­battre la ma­lade sans in­quié­tude.

Se­lon Ri­chard Pe­tit, il est im­por­tant de mettre en lu­mières le Fonds Ja­son qui aide tant de jeunes adultes at­teints du can­cer. Le spec­tacle per­met­tra, à son avis, au­tant de faire par­ler de la cause que d’amas­ser des fonds : « c’est pri­mor­dial de faire cir­cu­ler le nom du Fonds Ja­son pour que les gens pensent à don­ner tout au long de l’an­née. »

UNE VOIX POUR LA CAUSE

Bien que Ri­chard Pe­tit n’ait pas bé­né­fi­cié du fond, il croit que la vie l’a pous­sé vers cette cause. « Je suis en­trée à l’hô­pi­tal en 2006 le jour même de la mort du jeune Ja­son qui a don­né son nom au fond. Nous sommes connec­tés. De plus, le doc­teur Sou­lières qui m’a soi­gné s’oc­cupe de ce fonds. Avec les nom­breux trai­te­ments et les an­nées, nous avons dé­ve­lop­pé une re­la­tion d’ami­tié et c’est tout na­tu­rel que je m’im­plique. En fait, je fe­rai tout en mon pou­voir pour que cette cause trouve une oreille at­ten­tive au­près des Qué­bé­cois ».

Le doc­teur Sou­lières res­semble aux mé­de­cins que nous nous ima­gi­nons grâce aux films et aux té­lé­sé­ries : sou­riant, en forme et près de ses pa­tients. Ce der­nier cri­tique le manque de sou­tien du sys­tème pour les pa­tients at­teints de can­cer, mais au lieu de res­ter les bras croisés, il a dé­ci­dé d’agir en tra­vaillant à la sueur de son front pour que le Fonds Ja­son puisse ai­der plu­sieurs ma­lades chaque an­née.

L’HIS­TOIRE DE NI­CHO­LAS

Ni­cho­las Ber­ge­ron a bé­né­fi­cié du Fonds Ja­son. Lorsque la nou­velle de sa ma­la­die est tom­bée, il était tra­vailleur au­to­nome. « Je me suis sou­dai­ne­ment re­trou­vé sans res­sources. Le Fonds Ja­son m’a per­mis de ca­na­li­ser mes éner­gies pour gué­rir en m’of­frant de l’aide concrète. Le pro­prié­taire de mon lo­ge­ment re­ce­vait des chèques du Fonds Ja­son et je pou­vais ain­si gar­der un toit. C’est de l’aide di­recte à la qua­li­té de vie du pa­tient ».

Au­jourd’hui, Ni­cho­las n’a plus be­soin de l’aide du Fonds et est de re­tour aux études. Il se­ra présent le 28 fé­vrier pro­chain au spec­tacle des Vi­kings. « J’ai payé mon billet. D’autres ont main­te­nant be­soin d’aide et c’est à mon tour de re­don­ner ce que j’ai re­çu ».

LE SPEC­TACLE-BÉ­NÉ­FICE THE WALL

Le 17 mai 2011, les Vi­kings pour la vie, le pro­jet mu­si­cal lan­cé par Ri­chard Pe­tit, le gui­ta­riste-réa­li­sa­teur Mi­chel Bru­no et l’ar­tiste mul­ti­dis­ci­pli­naire Bla­cky pré­sen­tait pour la pre­mière fois son spec­tacle The Wall, une re­prise sous forme d’évé­ne­ment-spec­tacle du cé­lèbre al­bum de Pink Floyd. Si vous avez man­qué les trois re­pré­sen­ta­tions de l’an­née der­nière, pas de pa­nique ! Le spec­tacle se­ra de re­tour le 28 fé­vrier pro­chain à 20 h au Na­tio­nal.

Dans une mise en scène de Ri­chard Pe­tit, c’est tout un groupe d’ar­tistes et de mu­si­ciens qui plon­ge­ra le pu­blic dans l’uni­vers de The Wall dans son in­té­gra­li­té. Tou­te­fois, ce qu’il faut sa­voir à propos de cet évé­ne­ment-spec­tacle est que son but ul­time est de re­cueillir des fonds qui se­ront uti­li­sés pour la lutte contre le can­cer, une cause qui tient par­ti­cu­liè­re­ment à coeur au groupe, puisque Ri­chard Pe­tit a lui-même été at- teint par cette ma­la­die et en est ac­tuel­le­ment à sa sixième an­née de ré­mis­sion. L’an der­nier, à la pre­mière édi­tion de The Wall, en­vi­ron 10 000 $ ont été re­mis au Fonds Ja­son.

LES VI­KINGS EN TOUR­NÉE

Les Vi­kings pré­sentent deux autres spec­tacles : Jukebox, une re­vue du rock des an­nées 70 à au­jourd’hui et 100 % Qué­bec, dans le­quel on cé­lèbre la chan­son qué­bé­coise. Vous trou­ve­rez plus d’in­for­ma­tion sur ces deux spec­tacles ain­si que les dates des re­pré­sen­ta­tions sur le site web : http://www.les­vi­kings.ca/

Pour l’achat de billets : http://www.ad­mis­sion.com/event/les-vi­kings-pour­la-vie-the-wall-billets/wal0228

Ni­cho­las Ber­ge­ron, Ri­chard Pe­tit, Ja­nique Boudreau et

Dr De­nis Sou­lières

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.