LA CHINE DÉ­LIE LES COR­DONS DE LA BOURSE

Re­cons­ti­tu­tion his­to­rique fi­dèle, dé­cors à cou­per le souffle, cos­tumes somp­tueux et 100 mil­lions de bud­get font de The Flo­wers of War le film chi­nois le plus am­bi­tieux de l’his­toire. Le plus ren­table à ce jour aus­si.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Le réa­li­sa­teur Zhang Yi­mou est bien connu en Amé­rique du Nord. C’est lui qui avait si­gné le très beau Hé­ros avec Jet Li ou en­core Le se­cret des poi­gnards volants. C’est lui éga­le­ment qui avait di­ri­gé la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture des Jeux olym­piques de Pékin, en 2008.

Cette fois, il a dé­ci­dé de se pen­cher sur un épi­sode de l’his­toire de son pays : le mas­sacre per­pé­tré par les Ja­po­nais dans la ville chi­noise de Nan­kin, en 1937.

Pour te­nir le rôle de John Miller, un croque-mort amé­ri­cain qui en­dosse les vê­te­ments d’un prêtre et tente de sau­ver des en­fants et des pros­ti­tuées de la mort et du viol, Zhang Yi­mou a choi­si Ch­ris­tian Bale, ac­teur os­ca­ri­sé l’an der­nier pour son rôle dans Le coup de grâce.

Et, si c’est la pre­mière fois en 100 ans d’his­toire de ci­né­ma chi­nois qu’une ve­dette amé­ri­caine ob­tient un rôle prin­ci­pal, The Flo­wers of War est une es­pèce de re­tour aux sources pour Ch­ris­tian Bale, dont la car­rière avait dé­bu­té par L’em­pire du so­leil, de Ste­ven Spiel­berg, quand il avait à peine 13 ans.

« Je sa­vais que le tour­nage de The Flo­wers of War se­rait une ex­pé­rience in­té­res­sante, a dit l’ac­teur. Le su­jet du film ré­sonne chez beau­coup de gens. De plus, je n’al­lais pas lais­ser pas­ser l’oc­ca­sion de tour­ner dans une pro­duc­tion chi­noise ! »

Adap­ta­tion du ro­man de Ge­ling Yan, The Flo­wers of War est aus­si l’his­toire d’un homme qui se mé­ta­mor­phose en rai­son des évé­ne­ments. « John Miller est ba­sé sur quelques vrais Amé­ri­cains, mais c’est aus­si un per­son­nage fic­tif. Il est lit­té­ra­le­ment ba­layé par les évé­ne­ments au­tour de lui et ce­la le trans­forme. Quand il ar­rive à Nan­kin, il ne se sou­cie de rien ni de per­sonne. Au fur et à me­sure de ces jour­nées de conflit, il se trans­forme en quel­qu’un de plus grand, de pro­fon­dé­ment sou­cieux du sort de ceux qui l’en­tourent. »

ADAP­TA­TION EX­TRÊME...

« Pou­vez-vous ima­gi­ner le fait d’ar­ri­ver à Nan­kin, dans un pays étran­ger et d’être en­tou­ré de cen­taines de per­sonnes qui ne parlent que chi­nois », s’est rap­pe­lé Zhang Yi­mou, dé­cri­vant la ma­nière dont Ch­ris­tian Bale s’est in­té­gré ra­pi­de­ment à l’équipe.

Comme le confiait le co­mé­dien, il n’y avait pas de tra­duc­teur sur le pla­teau ! « Mal­gré nos dif­fé­rences, nous avons par­fai­te­ment com­mu­ni­qué. J’ai été ex­trê­me­ment sur­pris de dé­cou­vrir que seuls quelques mots sont né­ces­saires pour vrai­ment com­prendre quel­qu’un, le connaître et l’ap­pré­cier. »

Autre fait in­usi­té : le ci­néaste a choi­si des gens qui ne sont pas des ac­teurs pro­fes­sion­nels. Ch­ris­tian Bale a d’ailleurs eu peur que cer­taines scènes par­ti­cu­liè­re­ment vio­lentes soient pé­nibles pour les éco­lières ado­les­centes.

« Le plus dur a été de voir ces filles de 12 ou 13 ans en train de pleu­rer les pre­miers jours. Mais quand Xi­nyi [Zhang Xi­nyi in­carne l’étu­diante prin­ci­pale] m’a re­gar­dé après une sé­quence plu­tôt rude en me fai­sant un clin d’oeil, j’ai réa­li­sé qu’elle était ca­pable de s’ex­traire du tour­nage. »

Pour l’ac­teur amé­ri­cain, le tour­nage – qui a du­ré six mois – a été une aven­ture en­ri­chis­sante, dont il se sou­vien­dra long­temps. « Quand on oeuvre avec des gens qui sont dé­diés à ce point-là, c’est con­ta­gieux. Nous avons tra­vaillé sept jours par se­maine sur d’im­menses pla­teaux... C’était beau­coup de tra­vail, mais l’am­biance était dé­ten­due. »

Sou­li­gnons que, en 17 jours, The Flo­wers of War a amas­sé 83 mil­lions au box-of­fice chi­nois, ce qui en fait dé­jà le film le plus ren­table de l’an­née là-bas. The Flo­wers of War a pris l’af­fiche hier au Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.