PA­TRICE SAU­VÉ PRIS D’UN GRAND VER­TIGE

Après six ans d’ab­sence en créa­tion té­lé, Pa­trice Sau­vé a été pris d’un grand Ver­tige, une sé­rie de six épi­sodes qu’il a tour­née pour Sé­rie + et qui vous tien­dra en ha­leine jus­qu’au bout. Pour y par­ve­nir, le réa­li­sa­teur s’est ins­pi­ré des vieux films de Cl

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Agnès Gau­det AGNES.GAU­DET@JOUR­NALMTL.COM

La sé­rie Ver­tige se­ra pré­sen­tée à Sé­rie + dès le 15 mars. Dès le pre­mier épi­sode Fan­ny Mal­lette dans la peau de Daph­née Rous­sel, tombe du chic bal­con de son ap­par­te­ment et at­ter­rit sur le toit d’une voi­ture. Alors qu’elle se re­trouve dans un pro­fond co­ma, l’uni­vers de ses proches bas­cule. Cha­cun veut sa­voir si Daph­née s’est sui­ci­dée ou si quel­qu’un l’a pous­sée dans le vide, si on doit la dé­bran­cher ou non, au risque de perdre une al­lé­chante tran­sac­tion d’af­faires. Jus­qu’à la fin, Pa­trice Sau­vé, s’est ar­ran­gé pour cap­ti­ver les té­lé­spec­ta­teurs.

« J’es­père gar­der les gens en ha­leine jus­qu’au der­nier épi­sode, c’est cer­tain, confirme-t-il. C’est ce que la té­lé offre de plus le fun ; l’at­tente d’une se­maine à l’autre pour dé­cou­vrir l’in­trigue et les ques­tion­ne­ments entre les pauses pu­bli­ci­taires. »

Pour in­tri­guer les té­lé­spec­ta­teurs sans brouiller in­uti­le­ment les pistes, Pa­trice Sau­vé a fait ses de­voirs.

« J’ai pris bien soin de re­gar­der des vieux po­lars fran­çais de Cha­brol et Miller des an­nées 70 et 80, dit-il, de com­prendre leur ryth­mique sou­te­nue mais pas vite, leur ten­sion per­pé­tuelle.

« Tant qu’à m’ins­pi­rer, j’ai choi­si les meilleurs, pour­suit-il. J’ai vou­lu sa­voir comment ces ci­néastes te­naient les fi­celles, jouaient de l’am­bi­guï­té au ni­veau du jeu des per­son­nages pour ré­vé­ler des brides d’in­trigues et avan­cer dans la construc­tion dra­ma­tique. »

SE­CRETS DE FA­MILLE

Après Grande Ours et La vie, la vie, Pa­trice Sau­vé a tra­vaillé en pu­bli­ci­té et sur la troi­sième sai­son de Les Pa­rent. Mais en créa­tion pure, Ver­tige est sa pre­mière sé­rie de­puis 2006.

« Ça fait du bien, vous n’avez pas d’idée à quel point ça fait du bien, avoue-t-il. Mon mé­tier est de ra­con­ter des his­toires. Je fe­rais ça tous les jours. »

Ver­tige tom­bait bien et tout plai­sait au réa­li­sa­teur, dans cette his­toire de fa­mille créée par Mi­chelle Al­len ( Des­ti­nées).

« J’adore les in­trigues et les se­crets de fa­mille, avoue-t-il. J’adore em­me­ner le spec­ta­teur sur les che­mins d’une en­quête. Et puis, le texte est d’une ef­fi­ca­ci­té nar­ra­tive in­croyable. À chaque fois qu’une pause ar­rive, on se de­mande ce qui va se pas­ser au re­tour.

« En même temps, j’adore par­ler des êtres hu­mains un peu tout croches qui es­saient de faire de leur pos­sible, comme dans La vie, la vie. J’aime en­trer dans la vie de per­son­nages qui ont des choses à ca­cher, sans être né­ces­sai­re­ment ma­chia­vé­liques. »

ABAN­DON ET INS­TINCT

Pa­trice Sau­vé a tour­né Ver­tige au prin­temps der­nier, avec un bud­get de 500 000 dol­lars par épi­sode. Pour faire vivre son per­son­nage prin­ci­pal, Daph­née, qui dès le dé­but est dans le co­ma, pour la rendre lu­mi­neuse, il a beau­coup uti­li­sé le fla­sh­back qui nous en­traîne ai-

sé­ment du pas­sé au présent.

Le réa­li­sa­teur s’est en­tou­ré d’an­ciens et nou­veaux amis co­mé­diens : Nor­mand Da­neau qu’il connaît de­puis l’aven­ture de La vie, la vie, en 1999, Fan­ny Mal­lette qui jouait dans Grande Ourse et Maude Lau­ren­deau dans L’hé­ri­tière de Grande

Ourse.

Il s’est aus­si en­tou­ré d’une « pe­tite dé­cou­verte », Ma­ri­lyn Cas­ton­guay qu’il a connue à l’école de théâtre et de co­mé­diens avec qui il vou­lait tra­vailler de­puis long­temps, Pa­trick Hi­von, Noé­mie Go­din-vi­gneault, Mo­nique Spa­zia­ni et sur­tout « le tou­jours très bon » Ger­main Houde qu’on vient de voir mou­rir dans La Pro­messe.

Tous les co­mé­diens ont fait confiance à Pa­trice Sau­vé, ont fait acte de foi.

« Ça prend quel­qu’un qui mène le ba­teau et dans ce cas-ci c’était moi, dé­clare le réa­li­sa­teur. J’avais de l’as­su­rance et je crois que les co­mé­diens l’ont sen­ti. Ils ont em­bar­qué. Ils se sont aban­don­nés et moi j’ai fait confiance à mon ins­tinct, comme ja­mais au­pa­ra­vant. »

Ver­tige se­ra pré­sen­té dès le 15 mars à 20 h à Sé­ries+.

Daph­née (Fan­ny Mal­lette) sur son lit d’hô­pi­tal et Jen­ni­fer, sa meilleure amie (Noé­mie Go­din-vi­gneault).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.