EN BREF

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

YOEL DIAZ ∂∂∂∂

Ori­gen, Ar­tic/se­lect

Présent tous les lun­di soirs au Dièze Onze (4115 A St-de­nis), lors des soi­rées cu­baines, le jeune pia­niste Yoel Diaz, fine poin­ture à l’aise dans tous les cou­rants de jazz re­monte à la source. La mu­sique cu­baine, pas la « tra­fi­quée », qui fait le bon­heur des pla­gistes, est com­plexe, em­preinte de moult sub­ti­li­tés qui re­montent à une époque aus­si loin­taine que la contre­danse, de­ve­nue con­tradan­za. Les quelques pas­sion­nées qui ont pu en­tendre lors du Fes­ti­val de jazz l’im­mense Chu­cho Val­dès ou le vé­té­ran Ru­ben Gon­za­lez hé­las ont été à même de me­su­rer les dif­fi­cul­tés d’in­ter­pré­ta­tion. Dans ce pia­no so­lo au nom prédestiné d’ori­gen, Yoel Diaz, sans vou­loir re­mettre les pen­dules à l’heure, nous en­traine donc vers ce jazz cu­bain pour le moins « tri­pa­tif ». Sur le mode de quinze plages bien tas­sées qui vont de la com­po­si­tion per­son­nelle ( Es­pa­no­la, Fan­ta­sia Guai­ja, Oleg’s Dan­zon), aux clas­siques ( Si­bo­ney, An­da­lu­cia ou Man­din­ga), il nous in­vite à un feu d’ar­ti­fice qui re­quiert une exi­gence de tous les ins­tants. Ser­vi par une prise de son très aé­rée, le pia­niste fait en quelque sorte le tour de la ques­tion. Une nou­veau­té cap­ti­vante.

AN­DY JAFFE ∂∂∂∂Σ

Man­hat­tan Pro­jec­tions, Big Round/ Naxos Professeur dans de mul­tiples uni­ver­si­tés, pia­niste et com­po­si­teur, An­dy Jaffe res­sort des ti­roirs ses vi­sons de Man­hat­tan avec des étu­diants (Ber­ke­ley), aus­si pres­ti­gieux que Wal­lace Ro­ney, Brand­ford Mar­sa­lis, Mar­vin « Smit­ty » Smith et Bill Lowe. De­vant un tel ali­gne­ment qui a os­ten­si­ble­ment contri­bué aux avan­cées du jazz, point de dé­cep­tion. Dans un es­prit tout à fait Jazz Mes­sen­gers, An­dy Jaffe ne s’en cache pas, l’al­liage par­ti­cu­liè­re­ment réus­si tient de la haute te­nue comme du tra­vail cons­tant entre mu­si­ciens. Une cer­taine idée de Man­hat­tan qui donne en­vie de s’y pro­me­ner.

FRANK SI­NA­TRA ∂∂∂∂

Ring-a-ding ding, Concord/uni­ver­sal En 1961, le chan­teur Frank Si­na­tra lan­çait sa propre éti­quette Re­prise qui lui ser­vi­ra aus­si de rampe de lan­ce­ment. En pleine gloire avec son Rat Pack (non présent), il confiait les rênes de l’or­chestre ain­si que des ar­ran­ge­ments au très suave John­ny Man­del qui rem­plis­sait, la com­mande à mer­veille. Du Si­na­tra « pur jus », une for­ma­tion im­pec­cable et cer­tains clas­siques : A Fog­gy Day, Let’s Face The Mu­sic And Dance, Let’s Fall In Love, l’in­can­des­cent In The Still Of The Night, etc. Un grand cru.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.