CHASSE AU MÉ­CHANT

∫ Chas­seurs de têtes ∂∂∂∂∂

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Avec Ak­sel Hen­nie, Synnøve Ma­co­dy Lund. Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Ce film est une as­sez bonne adap­ta­tion de Chas­seurs de têtes, ro­man po­li­cier de Jo Nes­bo.

Le chas­seur de têtes en ques­tion c’est Ro­ger Brown (Ak­sel Hen­nie), un pe­tit homme va­ni­teux.

Ma­rié à la sculp­tu­rale Diane (Synnøve Ma­co­dy Lund), Ro­ger a un « side-line » pour pou­voir la cou­vrir de ca­deaux. Comme il connaît tout de la vie d’hommes d’af­faires qu’il re­crute, il vole leurs ta­bleaux, les re­vend et em­poche des sommes qui lui per­mettent presque d’as­su­rer un train de vie lar­ge­ment au-des­sus de ses moyens.

Or, quand on pé­nètre dans la vie de Ro­ger, on dé­couvre un homme aux abois. Ses ac­ti­vi­tés pa­ral­lèles ne sont pas suf­fi­santes, car Diane est en train d’ou­vrir une ga­le­rie d’art et a be­soin de fonds.

Le ha­sard fai­sant bien les choses, notre vo­leur à la pe­tite se­maine fait la connais­sance de Clas Greve (Ni­ko­laj Cos­ter-wal­dau). Un riche cadre su­pé­rieur, spé­cia­li­sé dans la sur­veillance et la sé­cu­ri­té, an­cien mer­ce­naire re­con­ver­ti dans les af­faires.

Mais ce n’est pas tout. Clas vient d’hé­ri­ter d’un Ru­bens au dé­cès de sa grand-mère. Le ta­bleau, qui vaut des di­zaines de mil­liers de cou­ronnes nor­vé­giennes, at­tise la convoi­tise de Ro­ger qui voit là la so­lu­tion à tous ses pro­blèmes.

Mais c’est sans connaître Clas, qui se ré­vèle être un ad­ver­saire au­tre­ment plus re­dou­table que les autres vic­times de Ro­ger.

Dans la plus pure tra­di­tion de l’ar­ro­seur ar­ro­sé, Ro­ger se trouve donc main­te­nant être une cible.

Si les grandes lignes du ro­man de Jo Nes­bo ont été res­pec­tées, il manque, dans ce long mé­trage, ce qui en fai­sait l’in­té­rêt.

PSY­CHO­LO­GIE MAN­QUANTE

Rien ou presque de la psy­cho­lo­gie des per­son­nages n’est ex­plo­ré. Je com­prends par­fai­te­ment la dif­fi­cul­té de rendre, en images et en dia­logues, des des­crip­tions de ca­rac­tère, mais Ro­ger y perd. Alors que, dans le po­lar, on haïs­sait cet homme pré­ten­tieux, le long mé­trage en fait quel­qu’un de presque or­di­naire, qua­si­ment une vic­time.

De la même ma­nière, Clas Greve a été un peu « asep­ti­sé », sans doute pour ne pas tom­ber dans l’ou­tran­cier im­pos­sible. Car, ce qui peut pas­ser à l’écrit n’est pas for­cé­ment ef­fi­cace à l’écran.

Que reste-t-il donc d’un sus­pense li­vresque ha­le­tant ? Une course-pour­suite qui gé­nère un in­té­rêt de cu­rio­si­té de­vant une his­toire ty­pi­que­ment « nor­dique ». C’est éga­le­ment un peu froid, mais bien moins tor­du que le ro­man.

Du coup, si vous n’avez pas lu Chas­seurs de têtes, vous ris­quez de ne pas trop être dé­çu. Par contre, si vous connais­sez, at­ten­dez la sor­tie en DVD du film, vous n’au­rez pas l’im­pres­sion de vous être fait avoir. Ban­dean­nonce

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.