DU JEU AU FILM

Après les G.I Joe et les Trans­for­mers, c’est au tour du jeu Has­bro Ba­taille na­vale d’être por­té au grand écran.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

C’est sous la hou­lette du réa­li­sa­teur Pe­ter Berg que le pro­jet a été dé­ve­lop­pé par les stu­dios Uni­ver­sal puisque la ma­rine amé­ri­caine est l’un de ses centres d’in­té­rêt de­puis des an­nées.

« En­fant, j’ai pas­sé tel­le­ment de temps sur des ba­teaux en écou­tant les his­toires que ra­con­tait mon père sur la Se­conde Guerre mon­diale. Pour Ba­taille na­vale, nous avons bé­né­fi­cié de la col­la­bo­ra­tion de la ma­rine amé­ri­caine. C’est un pri­vi­lège, car ils ont pu nous ini­tier à leur lan­gage par­ti­cu­lier et à leurs ha­bi­tudes de tra­vail, que nous avons ain­si pu trans­crire au grand écran », a dit le ci­néaste lors de la pré­sen­ta­tion du film aux mé­dias amé­ri­cains.

Le jeu Has­bro est donc de­ve­nu une his­toire à plu­sieurs per­son­nages qui doivent se battre contre une force ex­tra­ter­restre. Nous trou­vons Alex Hop­per (Tay­lor Kitsch), son frère aî­né Stone (Alexan­der Skars­gard), le se­cond maître Co­ra Raikes (Ri­han­na), Sam Shane (Brook­lyn De­cker), la fian­cée de Hop­per ain­si que le ca­pi­taine Yu­gi Na­ga­ta (Ta­da­no­bu Asa­no) et l’ami­ral Shane (Liam Nee­son), com­man-

dant de la flotte du Pa­ci­fique Sud.

LA MA­RINE À LA RES­COUSSE...

Ba­taille na­vale met l’ac­cent sur les des­troyers, et non sur des por­tea­vions comme c’est l’ha­bi­tude à Hol­ly­wood. Et cet as­pect du long mé­trage a tel­le­ment sé­duit la ma­rine amé­ri­caine que ses membres n’ont pas hé­si­té à s’im­pli­quer sur le tour­nage.

« Tous les ac­teurs ont pu bé­né­fi­cier des conseils de mi­li­taires qui leur ont ex­pli­qué la vie à bord des vais­seaux et qui les ont gui­dés en leur ex­pli­quant leurs gestes quo­ti­diens. »

De plus, l’équipe a tour­né à bord du Mis­sou­ri, un des ba­teaux de la flotte de la ba­taille de Pearl Har­bor... sur les lieux mêmes — en mer — de la ré­édi­tion des Ja­po­nais.

« Ma mâ­choire est tom­bée par terre quand j’ai vu le vais­seau pour la pre­mière fois, s’est sou­ve­nu Liam Nee­son. De pen­ser que les Ja­po­nais se sont ren­dus à l’ar­mée amé­ri­caine sur le Mis­sou­ri... C’est très in­tense comme sen­ti­ment. En tant qu’ac­teur, on n’a donc pas à uti­li­ser son ima­gi­na­tion. Tout est là, en vrai ! »

La même pré­oc­cu­pa­tion de réa­lisme a été au coeur de ce qui concerne les ex­tra­ter­restres, qui ar­rivent sur Terre en mis­sion de re­con­nais­sance et sur qui l’ar­mée ouvre le feu. « Ils viennent d’une pla­nète si­mi­laire à la nôtre et ont donc be­soin des mêmes choses que nous pour sur­vivre », a dit Pe­ter Berg.

IDEN­TI­FI­CA­TION

« C’était im­por­tant que les ex­tra­ter­restres aient l’air vrais. Ils peuvent donc, plus ou moins, res­pi­rer notre air et nous res­semblent un peu. Ils pos­sèdent des émo­tions, rai­sonnent... ce qui per­met au pu­blic de com­prendre leurs ac­tions. »

C’est le réa­li­sa­teur qui a te­nu à ce que les êtres ve­nus des confins de l’es­pace ne soient pas des bes­tioles aux­quelles le pu­blic ne pour­rait pas s’iden­ti­fier.

« Nous avons mis énor­mé­ment de temps pour que les ex­tra­ter­restres res­semblent aux hu­mains. Pe­ter te­nait ab­so­lu­ment à ce qu’ils pos­sèdent des per­son­na­li­tés dif­fé­rentes », ont dit Grady Co­fer et Pa­blo Hel­man, res­pon­sables des ef­fets vi­suels chez In­dus­trial Light & Ma­gic (ILM).

Et, pour as­su­rer des scènes char­gées en adré­na­line et en ef­fets spé­ciaux, Pe­ter Berg a ima­gi­né qu’une gi­gan­tesque dé­chi­que­teuse cir­cu­laire se­rait l’arme ab­so­lue des ex­tra­ter­restres. « C’est du ja­mais vu au grand écran », de s’ex­cla­mer, tou­jours en­thou­siaste, le ci­néaste. Ba­taille na­vale part à l’abor­dage des cinémas le 18 mai. Ban­dean­nonce

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.