Plon­ger au coeur de la BAIE SAINT-FRANÇOIS

La plon­gée sous­ma­rine gagne en po­pu­la­ri­té à Sa­la­ber­ry-deVal­ley­field de­puis quelques an­nées. La ré­ou­ver­ture d’un site, au coeur de la baie Saint-françois, ar­rive donc à point.

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - De­nis Bour­bon­nais Agence qmi

Mer­cre­di der­nier, l’ins­tal­la­tion d’une bouée de la Garde cô­tière ca­na­dienne au­des­sus du Char­bon­nier, seule épave his­to­rique pro­pice à la plon­gée dans les eaux de la ré­gion du Su­roît, a confir­mé la re­mise en ser­vice du site aban­don­né il y a une ving­taine d’an­nées.

Grâce au tra­vail ef­fec­tué par le Centre Eco Dive, pro­prié­té de Jean-mi­chel La­londe, les plon­geurs peuvent bé­né­fi­cier d’un em­pla­ce­ment idéal pour l’ap­pren­tis­sage de cette dis­ci­pline, tout en dé­cou­vrant des bribes de l’his­toire.

COU­LÉ PAR DES TRA­VAILLEURS

Le Char­bon­nier, un ba­teau qui trans­por­tait du char­bon à l’usine de tex­tile de la Montreal Cot­ton, a été cou­lé au mi­lieu de la baie au dé­but des an­nées 1900. Avec l’avè­ne­ment des voies fer­rées, l’em­bar­ca­tion a per­du son uti­li­té et des tra­vailleurs l’ont rem­pli de roches avant d’y mettre le feu.

De­ve­nu avec le temps un cha­land de bois, le Char­bon­nier étonne par la qua­li­té des ma­té­riaux qui ont ré­sis­té aux an­nées. « Le bois est en­core en bon état et les char­nières de fer sont tou­jours en place », a men­tion­né Jean-mi­chel La­londe au su­jet de l’épave d’une quin­zaine de mètres.

Les plon­geurs avaient ces­sé d’ex­plo­rer le Char­bon­nier no­tam­ment en rai­son des eaux peu pro­fondes (7 à 8 m) dans la baie où re­pose dé­jà une couche d’un mètre de sé­di­ments. Le Centre Eco­dive a pris l’ini­tia­tive de re­lan­cer le site en ins­tal­lant sur des pieux, au lit du plan d’eau, une plate-forme en acier de 3 m par 4,5 m.

« Le Char­bon­nier ser­vi­ra prin­ci­pa­le­ment aux dé­bu­tants et à la cer­ti­fi­ca­tion des plon­geurs, a ex­pli­qué Jean-mi­chel La­londe. Des élèves pour­ront pra­ti­quer des exer­cices sur la plate-forme. » Le Centre Eco­dive s’est char­gé de res­tau­rer le site et en as­su­re­ra la ges­tion en tant que membre du Parc sous-ma­rin du lac Saint-françois.

SEN­SI­BI­LI­SA­TION

Une bouée orange et blanche iden­ti­fie main­te­nant le site de plon­gée en­re­gis­tré sur la car­to­gra­phie ma­rine de la Garde cô­tière. An­crée au fond de la baie, la bouée d’amar­rage se­ra vi­sible d’avril à no­vembre. « Les uti­li­sa­teurs ac­cro­che­ront leur ba­teau à la bouée et vont his­ser leur dra­peau de plon­gée », a in­di­qué Jean-mi­chel La­londe.

L’en­traî­neur es­time d’ailleurs qu’il est im­por­tant de sen­si­bi­li­ser les plai­san­ciers à l’as­pect sé­cu­ri­té en­tou­rant le site de plon­gée. Ain­si, lorsque les plon­geurs ex­hi­be­ront leur dra­peau rouge et blanc, les plai­san­ciers de­vront res­pec­ter un pé­ri­mètre de 30 mètres.

« Nous de­man­dons la col­la­bo­ra­tion des gens, a sou­li­gné Jean-mi­chel La­londe. Les plai­san­ciers doivent faire at­ten­tion afin d’évi­ter de heur­ter des plon­geurs. Il existe un réel dan­ger quand des ba­teaux passent trop près de la bouée d’amar­rage. L’an der­nier, des plon­geurs n’ont pas ap­pré­cié que des mo­to­ma­rines cir­culent au-des­sus de leur tête. »

La bouée a été ins­tal­lée tem­po­rai­re­ment en fin de sai­son l’an­née der­nière et des pas im­por­tants ont été fran­chis quant à la sé­cu­ri­té. « Les gens ont com­men­cé à sai­sir le mes­sage », a no­té le pro­prié­taire du Centre Eco­dive.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.