AMI­RAL ALA­DEEN

LE FRANC- PAR­LER DU GÉ­NÉ­RAL

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Marie-joëlle Pa­rent MJ. PA­RENT@ SUN­ME­DIA. CA

NEW YORK | « Bon­jour, dé­mons des mé­dias sio­nistes et mort à l’ouest ». Fraî­che­ment dé­bar­qué de la Ré­pu­blique de Wa­diya, le gé­né­ral ami­ral Ala­deen, alias Sa­cha Ba­ron Co­hen, s'est adres­sé pour la pre­mière fois à un par­terre de jour­na­listes pour la pro­mo­tion du film Le dic­ta­teur, qui pren­dra l’af­fiche le 16 mai.

Le ton était don­né. Ha­billé dans un cos­tume rap­pe­lant ceux du dé­funt Mouammar Kadhafi et en­tou­ré de 25 vierges ar­mées, il a trans­for­mé le ba­nal ri­tuel d'une confé­rence de presse en vé­ri­table spec­tacle, ponc­tué de nom­breux ma­laises.

Ala­deen est arrivé dans la salle de confé­rence de l'hô­tel Wal­dorf-as­to­ria de New York en­tou­ré de par­ti­sans de son ré­gime bran­dis­sant des af­fiches « No to De­mo­cra­cy » (« Non à la dé­mo­cra­tie ») et « Give Per­se­cu­tion a Chance » (« Don­nez une chance à la per­sé­cu­tion »). On avait dé­co­ré la salle d'un ta­pis aux mo­tifs « Ka­ma­sou­tra » et ac­cro­ché des pein­tures ro­co­co du dic­ta­teur, en­tou­ré de tro­phées et de tigres.

« Dans les der­nières an­nées, des ty­rans des quatre coins du monde sont tom­bés les uns après les autres. Sad­dam, Kim Jong-il, Kadhafi et Oprah, a dit le gé­né­ral ami­ral Ala­deen dans son dis­cours d'ou­ver­ture. Des sanc­tions nous af­fligent. Mah­moud Ah­ma­di­ne­jad ne peut même pas se per­mettre une cra­vate et il n’a plus de pa­pier hy­gié­nique en rai­son des em­bar­gos. La se­maine der­nière, il a dû avoir re­cours à son propre gi­let. Son fa­vo­ri, ce­lui por­tant le slo­gan “Je dé­teste New York”. »

« Heu­reu­se­ment, les dictateurs ont en­core des par­ti­sans. Au nom de mon cher ami et par­te­naire de double au ten­nis, le pré­sident de la Syrie, je veux re­mer­cier les ÉtatsU­nis pour leur brave in­ac­tion… Treize mois et tou­jours pas de ré­so­lu­tion du Conseil de sé­cu­ri­té. Vous êtes in­croyables. Vous n’avez rien fait pour le peuple sy­rien, mais rap­pe­lez-vous que vous pou­vez tou­jours en faire moins », a dit le dic­ta­teur de 30 ans, qui règne de­puis l'âge de sept ans sur la Ré­pu­blique fic­tive de Wa­diya, pays d’afrique du Nord.

INS­PI­RÉ DE SAD­DAM HUS­SEIN

Le dic­ta­teur ra­conte l'his­toire d'un dic­ta­teur hé­roïque qui risque sa vie pour s'as­su­rer que la dé­mo­cra­tie ne s'ins­talle ja­mais dans son pays. Sa­cha Ba­ron Co­hen ( Bo­rat,

Brü­no, Hu­go) s'est ins­pi­ré du ro­man Za­bi­bah and The King écrit par l'an­cien dic­ta­teur ira­kien Sad­dam Hus­sein pour com­po­ser ce per­son­nage.

Ala­deen s'est plaint du prin­temps arabe, qua­li­fiant les ré­voltes d’« une des plus grandes tra­gé­dies de notre époque ». Il a ré­pon­du aux ques­tions pré­sé­lec­tion­nées de la presse in­ter­na­tio­nale, se mo­quant des jour­na­listes juifs (Ba­ron Co­hen est lui-même juif) et se dé­so­lant de l'ab­sence de la presse nord-co­réenne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.