Le parc de la Ga­ti­neau, la grande na­ture tout près d’ot­ta­wa

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

J’y étais dé­jà al­lé mar­cher en au­tomne avec une amie, mais je ne sa­vais pas pour au­tant quel sec­teur choi­sir pour mon ex­cur­sion. Il y a tel­le­ment de sen­tiers et d’at­traits qu’on pour­rait fa­ci­le­ment y pas­ser une se­maine sans faire la même chose.

Mi-scep­tique, mi-confiant, je suis d’abord pas­sé par le Centre des vi­si­teurs à Chel­sea. Dans des bu­reaux d’in­for­ma­tion tou­ris­tique, il m’est arrivé à plu­sieurs re­prises de tom­ber sur des pré­po­sées qui connais­saient plus ou moins les alen­tours. Ce ne fut pas le cas. En seule­ment quelques mi­nutes de dis­cus­sion, j’ai pu me tra­cer un cir­cuit sur la carte du parc.

PA­NO­RA­MAS

Con­trai­re­ment à la ma­jo­ri­té des sites na­tu­rels, les plus beaux points de vue, dans le parc de la Ga­ti­neau, sont aus­si les plus ac­ces­sibles. Une pe­tite route im­pec­cable, fré­quen­tée par des cy­clistes, mène au bel­vé­dère Cham­plain. C’est le point de vue le plus spec­ta­cu­laire du parc et, sans sur­prise, le plus po­pu­laire. Il y a un sta­tion­ne­ment à quelques pas et même un ac­co­te­ment des­ti­né aux au­to­bus de vi­si­teurs.

Du haut de l’es­car­pe­ment Eard­ley, à 335 m d’al­ti­tude, on voit les basses terres du SaintLaurent s’éten­dant au pied du Bou­clier ca­na­dien jus­qu’à la ri­vière des Ou­taouais. On a une belle illus­tra­tion de l’em­place- ment de la mer de Cham­plain il y a 11 000 ans, for­mée suite à la fonte des gla­ciers.

Un peu plus à l’est sur la Pro­me­nade Cham­plain, d’autres points de vue s’offrent à nous, à par­tir des bel­vé­dères Étien­neB­rû­lé et Hu­ron.

SEN­TIER LAURIAULT

Par la suite, je suis al­lé em­prun­ter le sen­tier Lauriault, une boucle de trois ki­lo­mètres à par­tir de la Pro­me­nade Cham­plain. Si­nueux et pas trop à pic, le tra­jet passe par le sen­tier de la Chute. J’y ai fait une pause en re­gar­dant les eaux vives ser­pen­ter sur une fa­laise. La boucle se ter­mine au lac Mul­vi­hill, au bord du­quel se trouve un beau site de pique-nique sous les pins.

Au re­tour, j’ai eu un peu de dif­fi­cul­té à me re­trou­ver sur la route, mal­gré la carte et mon té­lé­phone GPS. Aux in­ter­sec­tions, il faut être très vi­gi­lant, car il manque de si­gna­li­sa­tion. Si ce n’était cette la­cune, le parc de la Ga­ti­neau se­rait par­fait.

Le point de vue de­puis le bel­vé­dère Cham­plain.

La ca­verne Lusk.

La chute ac­ces­sible par le sen­tier Lauriault.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.