mu­sique

Ju­lien Clerc pour­suit une grande tour­née en France, ac­com­pa­gné de 80 per­sonnes, dont 40 mu­si­ciens d’un or­chestre sym­pho­nique, un spec­tacle qu’il vien­dra pré­sen­ter un soir seule­ment à Mon­tréal, ac­com­pa­gné par l’or­chestre sym­pho­nique de Mon­tréal.

Le Journal de Montreal - Weekend - - NEWS - AGNES.GAU­DET@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Mais avant, le chan­teur fran­çais lance au Qué­bec son nou­vel al­bum, Ju­lien Clerc – Fou, peut-être, qui connaît dé­jà le suc­cès en France. Cet al­bum, il l’a concoc­té avec toute une ri­bam­belle de pres­ti­gieux pa­ro­liers, pour la plu­part eux-mêmes des chan­teurs, dont ces pré­cieux col­la­bo­ra­teurs de longue date : Maxime Le Fo­res­tier et Jean-loup Da­ba­die, des au­teurs de re­nom tels que Charles Az­na­vour et des jeunes, comme Phi­lippe Umins­ki, qui a réa­li­sé l’al­bum.

« De­puis que je chante, ex­plique Ju­lien Clerc, je tra­vaille avec des au­teurs dif­fé­rents. Je conserve ceux avec qui je tra­vaille de­puis long­temps et pour chaque nou­vel al­bum j’es­saie de trou­ver de nou­veaux au­teurs. Ça me per­met d’al­ler pui­ser en moi des idées nou­velles pour faire de la mu­sique. »

Pour la star de la chan­son, la langue française et la fa­çon de l’écrire sont des élé­ments pri­mor­diaux. Et quand il re­çoit un texte ins­pi­rant, la mu­sique émerge aus­si­tôt. Ç’a été le cas pour la chan­son titre de son nou­vel al­bum, Fou, peut-être, pa­roles de Maxime Le Fo­res­tier.

Le pa­ro­lier et le chan­teur avaient fait un voyage en­semble. Ju­lien Clerc lui avait com­man­dé une chan­son qui au­rait pour thème la pa­ter­ni­té tar­dive. Voyant son ami Ju­lien na­ger dans la mer, Le Fo­res­tier a écrit des mots su­perbes : « Avant que le jour ne dé­cline. Je nage, je nage. (...) Fou, peut-être, et fier de l’être. Ils sont si doux ces bras de mer, que je m’y love, que je m’y perds (...) »

« Il me voyait faire des ki­lo­mètres sur les côtes turques et tous ces ef­forts pour res­ter en forme, de ra­con­ter le chan­teur. Fi­na­le­ment, le texte ne ré­pon­dait pas tout à fait à mes at­tentes, mais je l’ai trou­vé très beau. Il n’aborde pas le su­jet de la pa­ter­ni­té tar­dive au pre­mier de­gré et c’est mieux ain­si. »

À MON­TRÉAL AVEC L’OSM

Cet al­bum, Ju­lien Clerc l’a en­re­gis­tré en stu­dio, live, en­tou­ré des mu­si­ciens, sur une courte pé­riode. Une idée du réa­li­sa­teur.

« Gé­né­ra­le­ment, quand je choi­sis quel­qu’un pour un al­bum, ex­plique-t-il, c’est que j’aime son tra­vail, donc je lui fais confiance. Du mo­ment que la mu­sique est res­pec­tée, le pro­duc­teur ap­porte sa patte per­son­nelle. »

Cette fa­çon de faire en stu­dio, qui n’était pas étran­gère à Ju­lien Clerc, lui a plu. Elle lui a d’ailleurs rap­pe­lé des sou­ve­nirs. « Ça m’a rap­pe­lé comment on fai­sait avant (rires) dans les an­nées 1970, in­dique le chan­teur de 63 ans. C’est comme ça qu’on en­re­gis­trait.

« Moi, je suis tout ter­rain. Je n’ai pas de pro­blème. Quand il faut chan­ter, je chante. C’est mon mé­tier de chan­ter et j’y prends un grand plai­sir, quelle que soit la si­tua­tion. »

Phi­lippe Umins­ki a réa­li­sé l’al­bum avec grande une va­rié­té de cou­leurs, grands ar­ran­ge­ments pour Hô­tel des caravelles ou Fou, peut-être, pia­no-voix pour L’amour prend tout, no­tam­ment.

Quelques-unes de ses nou­velles – et très belles – chan­sons, Ju­lien Clerc les in­ter­prète sur scène au cours de sa grande tour­née Ju­lien Clerc sym­pho­nique, qu’il vien­dra pré­sen­ter à Mon­tréal le 16 juin dans le cadre des Fran­co­Fo­lies, à Place des Arts, ac­com­pa­gné de l’or­chestre sym­pho­nique de Mon­tréal (OSM). (Phi­lippe Umins­ki se­ra en pre­mière par­tie.)

« Nous al­lons faire très peu de concerts avec un autre or­chestre que notre propre or­chestre de 40 mu­si­ciens, dit-il, avec qui on se ba­lade par­tout. Mon­tréal se­ra le deuxième. »

GROSSE MA­CHINE

Sur les routes de France, l’équipe de Ju­lien Clerc, mu­si­ciens in­clus, compte 80 per­sonnes, « une grosse ma­chine pas­sion­nante à fré­quen­ter », dit-il, mais aus­si à… ré­mu­né­rer.

« Ce spec­tacle me donne beau­coup de plai­sir. Ce n’est pas un spec­tacle où on va faire beau­coup d’ar­gent, d’ajou­ter le chan­teur pince-sans-rire, mais ce n’est pas grave, on en ga­gne­ra un autre jour. »

Pour le chan­teur, l’idée de cette tour­née était de faire son­ner un or­chestre sym­pho­nique comme un or­chestre pop, en res­pec­tant les règles du jeu de l’or­chestre, sans ins­tru­ments élec­triques ajou­tés.

« On a es­sayé de re­créer, au ni­veau de la ryth­mique, le son de la basse et de la bat­te­rie et, ma foi, se ré­jouit-il, à mon grand plai­sir, ça a fonc­tion­né. »

Ju­lien Clerc ar­ri­ve­ra à Mon­tréal la veille du spec­tacle, le temps de ré­pé­ter son show avec L’OSM et d’ajus­ter la so­no­ri­té. Il se­ra ac­com­pa­gné d’un pia­niste et d’un bat­teur qui s’ajou­te­ront aux mu­si­ciens de L’OSM. Outre une de­mi-dou­zaine de nou­velles chan­sons ti­rées de Fou, peut-être, le chan­teur in­ter­pré­te­ra ses grands suc­cès.

Agnès Gau­det

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.