À BORD

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE -

Lui qui se fait tou­jours un de­voir de com­men­cer cha­cun de ses spec­tacles par un suc­cès (il fait Place des Grands Hommes dans la tour­née ac­tuelle), Pa­trick Bruel est aus­si très heu­reux de voir l’ac­cueil que re­çoivent les nou­velles chan­sons de l’al­bum Le­quel de nous.

«C’est la plus belle nou­velle de cette af­faire. L’ac­cueil sur les nou­velles chan­sons, c’est un vrai éton­ne­ment, dit-il. Je ne sa­vais pas que les fans al­laient chan­ter sur les nou­velles pièces, qu’ils al­laient par­ti­ci­per et les mettre au même ni­veau que les autres mor­ceaux.»

PAR­FAIT POUR MON­TRÉAL

Même si ce n’est que dans cinq mois, le chan­teur at­tend dé­jà avec im­pa­tience son pas­sage au Qué­bec. «Mon nou­veau spec­tacle est par­fait pour Mon­tréal. Pen­dant que j’étais sur la scène du Zé­nith, je me suis mis à pen­ser à ça, pen­dant que je chan­tais. Pu­tain, au Centre Bell, on va dé­ge­ler la pa­ti­noire! J’es­père que le Ca­na­dien n’a pas un match le len­de­main. (rires) En fait, ça tom­be­rait bien parce que s’il n’y a pas de match le len­de­main, je re­fais le spec­tacle. On a une op­tion, étant don­né qu’on est dé­jà com­plet le pre­mier soir. Ce se­rait dom­mage de ne pas en faire un deuxième.»

Pa­trick Bruel a été bien sur­pris de voir que les billets de son spec­tacle mon­tréa­lais s’étaient ven­dus si ra­pi­de­ment. «Il n’y a pas un fran­co­phone sen­sé qui peut s’at­tendre à rem­plir le Centre Bell, à part Cé­line Dion ou Ma­rieMai, dit-il. Si­non, ce sont plu­tôt des ar­tistes in­ter­na­tio­naux qui le font. Quand on m’a dit qu’on avait ven­du qua­si­ment 6000 billets en une soi­rée et que quelques se­maines plus tard, c’était plein... J’ai aus­si hâte d’al­ler jouer à Qué­bec. J’adore cette ville. C’est très jo­li.»

TOUR­NÉE AMÉ­RI­CAINE

Le pas­sage de l’ar­tiste par­mi nous se­ra de courte du­rée, quelques jours à peine. Mais dé­jà, il pré­voit re­ve­nir faire une vé­ri­table tour­née qué­bé­coise, qui de­vrait s’in­té­grer à une tour­née amé­ri­caine. «Il y a trois ans, j’avais dé­jà joué aux États-Unis, dans quelques villes. Au dé­part, je m’at­ten­dais à avoir 90 % de Fran­çais. Fi­na­le­ment, c’était du 70-30, ce qui est su­per. Quand j’ai joué à Las Ve­gas, ce sont les Qué­bé­cois qui ont sau­vé mon spec­tacle. Il de­vait y en avoir 700, dans un théâtre de 1500 places.»

Pa­trick Bruel se­ra en spec­tacle à Qué­bec (1er no­vembre, Co­li­sée Pep­si) et Mon­tréal (2 no­vembre, Centre Bell).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.