La FIN DU MONDE Se­lon Seth Ro­gen

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Liz Braun Agence QMI

Les ac­teurs ne sont pas fous. Ils savent très bien ce que leurs ad­mi­ra­teurs pensent d’eux. Dans C’est la fin, la nou­velle co­mé­die aux al­lures d’apo­ca­lypse, Seth Ro­gen, James Fran­co, Jay Ba­ru­chel, Jonah Hill, Dan­ny McB­ride et Craig Ro­bert­son ar­rivent à pa­ro­dier ce qu’ils sont dans la vie de tous les jours. C’est tout sim­ple­ment hi­la­rant.

«Nous ne vi­vons pas dans une bulle. Nous re­gar­dons les mêmes émis­sions que Mon­sieur et Ma­dame Tout le Monde. À l’épi­ce­rie, ma femme achète les ma­ga­zines à po­tins. Alors, nous sa­vons très bien ce que les gens ra­content sur nous. James Fran­co, qui est consi­dé­ré comme un po­seur ef­fé­mi­né, le sait mieux que qui­conque puisque c’est lui qui s’est don­né cette image. Par­fois, les gens viennent me voir pour me rap­pe­ler que je tiens des rôles de dro­gué au ci­né­ma et pour me de­man­der si Fran­co est gai», ra­conte Seth Ro­gen, en riant.

Dé­jà consi­dé­ré comme étant la meilleure co­mé­die de l’été (de cet été 2013 et de bien d’autres), C’est la fin ra­conte comment des amis ar­rivent à com­po­ser avec une ca­tas­trophe pla­né­taire: la fin du monde. Ro­gen est l’hôte de son ami l’acteur et scé­na­riste Jay Ba­ru­chel en vi­site à Los An­geles. Les deux ac­teurs d’ori­gine ca­na­dienne se rendent à une fête or­ga­ni­sée par James Fran­co pour pendre la cré­maillère dans sa nou­velle mai­son.

En plus de Hill, McB­ride et Ro­bert­son, Ri­han­na, Em­ma Wat­son, Min­dy Ka­ling et Mi­chael Ce­ra sont de la par­tie. Mal­heu­reu­se­ment, un dé­sastre aux pro­por­tions bi­bliques mar­qué par des scènes de vio­lence tout à fait gro­tesques (on va même jus­qu’à se lan­cer de la nour­ri­ture) vien­dra stop­per cette fête. À la fin de la nuit, les convives mon­tre­ront leur vrai vi­sage, et on sau­ra de quel bois ils se chauffent!

DER­RIÈRE LA CA­MÉ­RA

Ré­cem­ment, Ro­gen et son vieux com­plice Evan Gold­berg étaient de pas­sage à To­ron­to pour faire la pro­mo­tion du film. En plus de si­gner le scé­na­rio de

C’est la fin, les deux amis d’en­fance, à qui l’on doit des films comme Su­perG­ra

ve, Dé­lire express et Le Fre­lon vert, ont réa­li­sé cette co­mé­die, une ex­pé­rience qu’ils ont ado­rée.

«On a tou­jours été ja­loux de Judd Apa­tow, Greg Mot­to­la et Da­vid Gor­don Green, parce qu’ils avaient le droit de crier sur le pla­teau. On leur don­nait le scé­na­rio en es­pé­rant qu’ils le res­pectent. Main­te­nant, c’est nous qui crions sur le pla­teau et per­sonne ne peut nous ar­rê­ter», ra­conte un Gold­berg pin­ce­sans-rire.

Ro­gen et Gold­berg, qui sont tous les deux âgés de 31 ans, ont gran­di à Van­cou­ver et se sont ren­con­trés alors qu’ils se pré­pa­raient à faire leur bar-mits­vah. Même si Ro­gen n’a ja­mais ob­te­nu son di­plôme, ils ont fré­quen­té l’école se­con­daire de Point Grey. Ils étaient en­core ado­les­cents lors­qu’ils ont com­men­cé le scé­na­rio de Su­perG­rave.

À 13 ans, Ro­gen pré­sen­tait des nu­mé­ros de stand-up, et à 16 ans, il a dé­mé­na­gé à Los An­geles pour te­nir un rôle dans Freaks and Geeks.

Pen­dant ce temps, Gold­berg a pour­sui- vi ses études à l’Uni­ver­si­té McGill.

Les deux hommes ont re­noué alors qu’ils ont été em­bau­chés comme scé­na­ristes pour le Da Ali G Show. Ro­gen est de­ve­nu une star grâce à

En cloque, mode d’em­ploi, un film de Judd Apa­tow qui a éga­le­ment réa­li­sé Su­perG­rave et Dé­lire Ex

press. Gold­berg et Ro­gen ont si­gné un épi­sode des Simp­sons et le scé­na­rio de Le Fre­lon vert.

Re­con­nu pour ses rôles dans des co­mé­dies, Ro­gen en a sur­pris plus d’un alors qu’il a par­ti­ci­pé au tour­nage de Une his­toire d’amour, un film réa­li­sé par Sa­rah Polley, qui porte sur le ma­riage, la ten­ta­tion et l’in­fi­dé­li­té.

«Je n’en re­ve­nais tout sim­ple­ment pas qu’on m’offre un tel rôle. C’est tout à fait en de­hors de mon re­gistre. J’étais vrai­ment heu­reux qu’une réa­li­sa­trice que j’adore ait en­vie de tra­vailler avec moi. La plu­part du temps, les deux seuls réa­li­sa­teurs qui ont le goût de tra­vailler avec moi sont Judd (Apa­tow) et moi-même!»

AMIS POUR LA VIE

Seth Ro­gen et Evan Gold­berg sont amis de­puis 20 ans. Ils se sont connus à Van­cou­ver et ont réus­si à faire car­rière en­semble dans le mi­lieu du ci­né­ma. Ils se connaissent tel­le­ment bien qu’ils ar­rivent à ter­mi­ner leurs phrases.

Ro­gen se rap­pelle que du­rant le tour­na- ge de C’est la fin à La Nou­velle-Or­léans, «il ar­ri­vait sou­vent que l’on sorte en­semble et c’est amu­sant de voir que…» «Tout le monde a pré­fé­ré La ma­chine à

dé­mon­ter le temps à tous les films que nous avons faits», de com­plé­ter Gold­berg.

Gold­berg consi­dère que c’était tout à fait ex­cep­tion­nel d’avoir écrit un scé­na­rio à 13 ans. «On a écrit le scé­na­rio de

Su­perG­rave sur un pro­gramme Mi­cro­soft que les pa­rents de Seth nous avaient ache­té pour 200$. Ils nous ont tou­jours sou­te­nus. En­suite, on a fait En cloque, mode d’em­ploi, Dé­lire express…

C’est seule­ment quand on a tour­né Le

Fre­lon vert qu’ils ont com­men­cé à com­prendre que j’avais peut-être de l’ave­nir dans le mi­lieu du ci­né­ma!»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.