DES PRO­JETS PLEIN LA TÊTE

Le rêve de Paul Da­raîche se pour­suit. Après 45 ans de car­rière, l’ar­tiste qui a ven­du 125 000 co­pies de son al­bum de duos Mes amours, mes amis se­ra pour la pre­mière fois en tête d’af­fiche d’un concert pré­sen­té dans le cadre des Fran­co­Fo­lies de Mon­tréal. A

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond VA­NES­SA.GUI­MOND@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

«Nous avons dé­jà amor­cé la tour­née et les choses se dé­roulent su­per bien. Il y a un noyau dur de col­la­bo­ra­teurs qui me suivent sur la route, mais je compte ac­cueillir un plus grand nombre d’in­vi­tés lors du concert pré­sen­té dans le cadre des Fran­co­Fo­lies.»

Lau­rence Jal­bert, Pa­trick Nor­man, Ma­rio Pel­chat, Cin­dy Da­niel, Yves Lam­bert, Maxime Lan­dry et Marc Her­vieux comptent par­mi les ar­tistes ayant contri­bué à l’al­bum de duos Mes amours, mes amis qui se­ront de la par­tie, le 21 juin pro­chain, au Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts.

«Nous al­lons pré­sen­ter tout l’al­bum sur scène, mais nous al­lons aus­si in­ter­pré­ter d’autres de mes grands suc­cès, a af­fir­mé l’ar­tiste qui pour­sui­vra éga­le­ment, au cours des pro­chains mois, la tour­née qu’il pré­sente aux cô­tés des membres de sa fa­mille. Ces chan­sons-là se re­trouve- ront pro­ba­ble­ment sur mon deuxième al­bum de duos, qui de­vrait être lan­cé l’an­née pro­chaine.»

Le mu­si­cien, qui a connu une car­rière fruc­tueuse avant d’être ap­pro­ché par Ma­rio Pel­chat, pro­duc­teur de Mes Mes

amours, amours, mes mes amis, amis, n’a pas l’in­ten­tion de s’as­seoir sur son ré­cent suc­cès.

«Il y a des chan­teurs qui ont dé­jà ac­cep­té l’in­vi­ta­tion à par­ti­ci­per au deuxième tome, dont Steve Veilleux et Da­ny Bé­dard, a-t-il pré­ci­sé. Je dois dire que j’ai­me­rais bien chan­ter avec Ca­brel. Ce se­rait un grand pri­vi­lège, pour moi.»

Comme si ce­la n’était pas suf­fi­sant, l’ar­tiste se lan­ce­ra sous peu dans la créa­tion d’un al­bum de Noël aux cô­tés de son com­plice Éloi Pain­chaud, réa­li­sa­teur avec qui il a tra­vaillé sur son plus ré­cent disque.

«Ce n’était pas pré­vu, mais nous vou­lons que l’al­bum sorte en no­vembre 2013. Nous al­lons tra­vailler fort, mais je n’ai au­cun pro­blème avec ça. Il faut dire que j’ai écrit plu­sieurs chan­sons ori­gi­nales de Noël, au fil des ans. Je vais en com­po­ser des nou­velles, c’est cer­tain, et je vais aus­si ré­ser­ver quelques sur­prises

au pu­blic.»

UNE PRE­MIÈRE AUX FRAN­COS

S’il af­firme ne pas avoir eu le temps de s’ar­rê­ter afin de ré­flé­chir à sa «re­nais­sance pro­fes­sion­nelle», Paul Da­raîche se dit conscient des portes qui se sont ou­vertes à lui grâce au suc­cès rem­por­té par son der­nier al­bum.

L’un des exemples les plus frap­pants de ce chan­ge­ment est cer­tai­ne­ment le fait que le concert du 21 juin se­ra son pre­mier à titre de tête d’af­fiche dans le cadre des Fran­co­Fo­lies.

«Au cours de ma car­rière, j’ai eu la chance d’y par­ti­ci­per à quelques re­prises, mais c’était parce que d’autres ar­tistes, comme Isa­belle Bou­lay, par exemple, m’in­vi­taient à faire par­tie de leur spec­tacle, a-t-il ex­pli­qué. Ça me rend vrai­ment fier, c’est cer­tain. D’être la tête d’af­fiche d’un concert aux Fran­co­Fo­lies, c’est juste ma­lade. Ça me fait vrai­ment plai­sir.»

En plus de ses pro­jets d’al­bums, des spec­tacles aux cô­tés des membres de sa fa­mille et de sa tour­née Mes amours,

mes amis, l’ar­tiste com­po­se­ra le pro- chain disque du chan­teur fran­çais Dick Ri­vers.

«Je suis quand même ha­bi­tué au suc­cès, mais là, ça at­teint un autre ni­veau. Je suis très sol­li­ci­té. Pour être bien franc, nous sommes tous sur le cul. Les membres de mon équipe n’en re­viennent tout sim­ple­ment pas. Nous n’ar­ri­vons pas à croire que nous avons ven­du au­tant d’al­bums et que ça puisse conti­nuer. C’est com­plè­te­ment fou.»

L’ar­tiste de 63 ans, qui sou­tient qu’il se­rait par­ti sur une «rum­ba ter­rible» s’il avait connu un tel suc­cès à l’âge de 45 ans, se dit heu­reux de la tour­nure des évé­ne­ments.

«Ce que ça a chan­gé, c’est que j’ai une équipe au­tour de moi. Je me pro­duis dans de meilleures condi­tions. En plus, je n’ai plus be­soin de tout gé­rer par rap­port à ma car­rière. Je peux main­te­nant mon­ter sur scène et pro­fi­ter des mo­ments pas­sés en com­pa­gnie du pu­blic.»

Paul Da­raîche, dont le ca­len­drier af­fiche com­plet jus­qu’au prin­temps 2014, se per­met même de rê­ver du Centre Bell... À suivre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.