JACQUES BREL VU PAR...

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

MA­RIE-ÉLAINE THI­BERT Que re­pré­sente Jacques Brel pour vous?

Un au­teur-com­po­si­teur qui sa­vait mettre en mots puis­sants les émo­tions hu­maines, qui tou­chait les gens et les touche en­core. La preuve: on le chante en­core, y com­pris moi qui suis d'une tout autre gé­né­ra­tion.

Qu'est-ce qu'il a ap­por­té d'im­por­tant à la chan­son fran­co­phone?

De grands textes, de grandes mé­lo­dies. Il est une ins­pi­ra­tion pour bien de jeunes ar­tistes à écrire, à com­po­ser et à in­ter­pré­ter.

Quel sou­ve­nir de­vrait-on gar­der de lui?

Il était un acteur et un in­ter­prète in­croyable de ses chan­sons. Il se don­nait tou­jours à fond, sans de­mi-me­sure ja­mais. Il en suait et on suait avec lui.

DA­NIELLE OD­DE­RA Que re­pré­sente Jacques Brel pour vous ?

Je pour­rais vous dire un «mo­nu­ment de la chan­son fran­co­phone», mais il n’ai­me­rait pas ça. Un maître, mais sur­tout un ami, un ami fi­dèle. Je lui dois mes dé­buts sur une grande scène. Je ne connais­sais alors que les boîtes à chan­sons et il m’a don­né la chance, en 1965, de faire par­tie de son spec­tacle à la Co­mé­die Ca­na­dienne, qui est au­jourd’hui le TNM, et en tour­née à tra­vers la pro­vince. Il ai­mait ve­nir au Qué­bec et échan­ger avec les ar­tistes qu’il ren­con­trait. J’ai tel­le­ment ap­pris en l’écou­tant, en le re­gar­dant en­trer sur scène, prêt à tout don­ner. Quelle école!

Qu’est ce qu’il a ap­por­té d’im­por­tant à la chan­son fran­co­phone?

Il a ap­por­té une vé­ri­té, le droit d’ap­pe­ler un chat un chat. Il a par­lé de lui tout en par­lant de nous. Il nous a fait com- prendre que ce qu’il y a de plus im­por­tant dans la vie, c’est la vie et tout ce qu’elle peut nous ap­por­ter de beau mal­gré ses aléas : l’amour, l’ami­tié, la ten­dresse. Car comme il di­sait si bien «tout part du coeur pour al­ler au coeur.»

Quel sou­ve­nir de­vrait-on gar­der de lui ?

Voi­là 35 ans cette an­née qu’il nous a quit­tés, le 9 oc­tobre. Et par­tout à tra­vers le monde, dans toutes les langues, ses chan­sons conti­nuent de vivre. Les jeunes le dé­couvrent et le font re­vivre. À Bruxelles la Fon­da­tion Jacques Brel per­pé­tue sa mé­moire et son oeuvre. Ici au Qué­bec on ne l’ou­blie pas. Au­tant que je me sou­vienne, j’ai par­ti­ci­pé au 15e, puis au 25e et cette an­née au 35e an­ni­ver­saire de son dé­part. Chaque fois, les Fran­co­fo­lies se sou­viennent, car ses chan­sons res­tent au­jourd’hui plus vi­vantes que ja­mais.

DIANE TELL Que re­pré­sente Jacques Brel pour vous?

Jacques Brel l’au­teur, le com­po­si­teur, l’in­ter­prète. Trois im­menses ta­lents en un seul homme. Ça donne un ar­tiste tel­le­ment grand qu’on en a le ver­tige.

Qu'est-ce qu'il a ap­por­té d'im­por­tant à la chan­son fran­co­phone?

Il a don­né sa vie à la chan­son, du «grand Jacques» de ses dé­buts jus­qu’à son der­nier souffle Les mar­quises, sans ja­mais cé­der à la bas­sesse.

Quel sou­ve­nir de­vrait-on gar­der de lui?

Le sou­ve­nir d’un homme dont on au­rait ai­mé croi­ser le des­tin le temps d’une valse à trois, à dix ou à mille temps pour en gar­der à ja­mais le goût de l’ivresse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.