MA­GIE ETFANTAISIE ÀLAX

La com­pa­gnie mont­réa­laise Mo­ment Fac­to­ry est en train de mettre un point fi­nal au pro­jet le plus am­bi­tieux de sa car­rière. Man­da­tée par l’aé­ro­port de Los An­geles de faire le de­si­gn d’ins­tal­la­tions mul­ti­mé­dias dans le ter­mi­nal Tom Brad­ley, Mo­ment Fac­to­ry a

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Éli­za­beth Mé­nard Le Jour­nal de Mon­tréal

Après Ar­cade Fire, le Su­per­bowl, Ma­don­na et main­te­nant l’aé­ro­port de Los An­geles, le nom de Mo­ment Fac­to­ry est sur toutes les lèvres.

La com­pa­gnie mont­réa­laise a gran­di bien vite de­puis sa créa­tion en 2001. Du­rant la der­nière an­née, Mo­ment Fac­to­ry a tra­vaillé en col­la­bo­ra­tion avec Mar­ce­la Sar­di, de Sar­di De­si­gn, et Mike Ru­bin, de MRA In­ter­na­tio­nal, pour créer sept ins­tal­la­tions mul­ti­mé­dias em­blé­ma­tiques dans le nou­veau ter­mi­nal in­ter­na­tio­nal de l’aé­ro­port. Ré­sul­tat: le plus grand sys­tème mul­ti­mé­dia im­mer­sif de tous les aé­ro­ports d’Amé­rique. À titre de pro­duc­teur exé­cu­tif au conte­nu mul­ti­mé­dia, la com­pa­gnie mont­réa­laise a créé quatre heures de conte­nu vidéo ori­gi­nal et une qua­ran­taine de cap­sules in­ter­ac­tives, tour­nées un peu par­tout à tra­vers le monde, de Rio à Mon­tréal.

MA­GIQUE ET RO­MAN­TIQUE

L’idée der­rière ces ins­tal­la­tions mul­ti­mé­dias est de ra­me­ner la ma­gie et le ro­man­tisme du voyage. «Avant, les gens par­taient pour al­ler à l’aven­ture. Au­jourd’hui, il y a beau­coup de voyages d’af­faires, il y a tout le cô­té lo­gis­tique et sé­cu­ri­té. On veut ra­me­ner la fan­tai­sie de s’ima­gi­ner ailleurs», ex­plique le co­fon­da­teur de Mo­ment Fac­to­ry, Sak­chin Bes­sette.

L’idée était aus­si de ras­sem­bler les gens. «Les aé­ro­ports sont des es­paces pu­blics. Au­jourd’hui, tout le monde a un cel­lu­laire, un iPad, un lap­top, les gens sont der­rière leurs écrans per­son­nels et n’ont plus be­soin de sor­tir en pu­blic, dé­plore-t-il. On vou­lait créer des rai­sons pour in­ci­ter les gens à se réunir.»

Pour créer les vi­déos, la réa­li­sa­trice Ma­rie Bel­zil s’est ins­pi­rée de l’ico­no­gra­phie de Los An­geles et des villes des­ser­vies par le ter­mi­nal. «Un ter­mi­nal in­ter­na­tio­nal est lié à l’image d’une ville, c’est le pre­mier vi­sage que les gens voient quand ils ar­rivent», ex­plique-t-elle.

LES SEPT INS­TAL­LA­TIONS

LA TOUR DE L’HOR­LOGE: Il s’agit d’une im­mense tour de 72 pieds de haut re­cou­verte d’écrans ani­més, par­fois par une jungle et par­fois par un hom­mage au ci­né­ma muet. «Il y a une scène d’un film des an­nées 1920, où l’on voit Ha­rold Lloyd qui ac­cro­ché à une hor­loge de Los An­geles (NDLR: Monte là-des­sus! 1923). On a construit un grand dé­cor de 40 pieds de haut et on a fil­mé des co­mé­diens qui grimpent et font tout un nu­mé­ro, ra­conte Ma­rie Bel­zil. Cette tour au mi­lieu du ter­mi­nal a vrai­ment l’air d’un buil­ding», dit-elle. LES POR­TAILS DES HALLS NORD ET SUD: 10 écrans de 30 pieds de haut qui pro­duisent des ef­fets vi­suels syn­chro­ni­sés avec les dé­parts et sen­sibles au mou­ve­ment des gens qui cir­culent de­vant.

LE MUR BON VOYAGE: Une ins­tal­la­tion conçue pour dire au re­voir aux gens qui quittent Los An­geles. «On vou­lait que ce soit re­laxant parce que c’est ce que les gens voient quand ils sortent de la sé­cu­ri­té et qu’ils doivent rem­bal­ler leurs af­faires», in­dique la réa­li­sa­trice. Celle-ci s’est ins­pi­rée de la sé­rie Jum­po­lo­gy du pho­to­graphe Phi­lippe Hals­man. «Il pho­to­gra­phiait des gens en train de sau­ter et s’est ren­du compte que, comme la per­sonne pense à son saut, elle n’a pas le temps de pen­ser à son vi­sage et doit donc pré­sen­ter un vi­sage au­then­tique», ex­plique-t-elle. Ces images ont été tour­nées avec une ca­mé­ra à très haute vi­tesse qui per­met de faire des ra­len­tis ex­trêmes. «On a qua­si­ment l’im­pres­sion qu’ils flottent dans les airs», dit-elle.

LE MUR DE BIEN­VE­NUE: Cette ins­tal­la­tion ac­cueille les pas­sa­gers à leur ar­ri­vée à Los An­geles. Il s’agit d’un grand mur de 80 pieds de haut par 20 pieds de large, qui est tra­ver­sé par un pont. «On y voit des gens qui sautent dans les airs, au-des­sus du pont, et qui se re­trouvent sous l’eau, donc sous le pont», in­dique Sak­chin Bes­sette.

LE STO­RY BOARD: Plu­sieurs écrans à DEL forment un pa­no­ra­ma de 140 pieds de large re­pré­sen­tant le cô­té ci­né­ma de Los An­geles. «Nous sommes en terre hol­ly­woo­dienne, c’est la ville du ci­né­ma», ex­plique la réa­li­sa­trice. Cer­taines cap­sules qui se­ront pré­sen­tées sur cette ins­tal­la­tion ont été tour­nées ailleurs dans le monde, dont une à Rio de Ja­nei­ro. Elle pré­sente un gar­çon qui se pro­mène dans les rues de la ville avec des bal­lons à la main. «C’est beau comme un vrai film!» s’ex­clame Ma­rie Bel­zil.

LE MUR DES DES­TI­NA­TIONS: En­fin, le mur des des­ti­na­tions est une vidéo gé­né­ra­tive «en nuage» qui af­fiche des ren­sei­gne­ments sur les vols et des don­nées vi­suelles sur les villes des­ser­vies. Le ter­mi­nal Tom Brad­ley ou­vri­ra ses portes en août.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.