Chi­ca­go SANS ÂGE NI FRON­TIÈRE

Le groupe culte Chi­ca­go, qui cé­lé­bre­ra dans quatre ans ses 50 an­nées d’exis­tence, se­ra de pas­sage au Mon­dial Lo­to-Qué­bec de La­val le 6 juillet pro­chain. L’un des membres fon­da­teurs du groupe, le tromboniste James Pan­kow, af­firme vivre en­core chaque concer

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Va­lé­rie Pa­try Le Jour­nal de Mon­tréal

Chi­ca­go a ven­du plus de 100 mil­lions d’al­bums en 46 ans de car­rière. Une fiche qui im­pres­sionne, mais pas au­tant que lors­qu’on ap­prend que le groupe a pas­sé ses 46 ans d’exis­tence sur la route!

«Nous n’avons ja­mais pris une an­née de congé! Et c’est meilleur de concert en concert. En fait, ça n’a ja­mais été aus­si plai­sant sur la route qu’au­jourd’hui! On monte sur cette scène chaque soir et, même après toutes ces an­nées, on conti­nue de vivre ça comme si c’était le pre­mier soir. La musique, elle, ne vieilli­ra ja­mais!», af­firme James Pan­kow en en­tre­vue té­lé­pho­nique.

Mal­gré le fait qu’il ne reste que quatre des membres ori­gi­naux du groupe, in­cluant James Pan­kow, Chi­ca­go n’a ja­mais été aus­si vi­vant. Le groupe conti­nue de ras­sem­bler les foules et de com­po­ser de nou­velles chan­sons.

«Tout est à pro­pos de la musique. Nous sa­vons, quand nous écri­vons ces chan­sons au tra­vers des an­nées, qu’elles fe­ront par­tie de la vie des gens, glo­ba­le­ment. Et pas seule­ment aux États-Unis, mais à tra­vers le monde. Nous avons voya­gé par­tout au fil des an­nées et nous avons fait l’ex­pé­rience de cette même com­mu­nion avec le pu­blic, peu im­porte où nous jouons. Cette musique que nous fai­sons, elle touche les gens. Nous sommes tou­jours im­pres­sion­nés de consta­ter cette connexion entre notre musique

et le pu­blic de par- tout à tra­vers le monde. Et c’est ce qui fait que nous sommes en­core là au­jourd’hui.»

Même si la ma­jeure par­tie du pu­blic de Chi­ca­go est com­po­sée de la gé­né­ra­tion des ba­by-boo­mers, il n’en de­meure pas moins que le groupe a réus­si, au fil du temps, à tou­cher les gens, peu im­porte l’époque à la­quelle ils sont nés. «Je ne sais pas comment ça a pu ar­ri­ver, mais cette musique parle à toutes les gé­né­ra­tions. À nos con­certs, nous avons des per­sonnes al­lant de 10 à 70 ans dans notre pu­blic. Et ils viennent tous pour faire l’ex­pé­rience de cette connexion si spéciale que pro­pose notre musique.»

LA LI­BER­TÉ DE L’AIRE NU­MÉ­RIQUE

En 46 ans de car­rière, Chi­ca­go est bien pla­cé pour par­ler de l’évo­lu­tion de l’in­dus­trie mu­si­cale. Mais con­trai­re­ment à ce qu’on pour­rait croire, James Pan­kow est d’avis que rien n’au­rait pu ar­ri­ver de meilleur que le nu­mé­rique et l’In­ter­net.

«L’in­dus­trie de la musique telle que nous avons connu est ter­mi­née. Les com­pa­gnies de disques sont presque toutes éteintes et main­te­nant, les ar­tistes pos­sèdent leur propre mai­son de disque. Nous avons cette tech­no­lo­gie, et nous fai­sons des af­faires sur In­ter­net. Et c’est mer­veilleux parce que nous pou­vons connec­ter di­rec­te­ment avec notre pu­blic. Avec la tech­no­lo­gie et notre site web, nous pou­vons écrire et en­re­gis­trer de nou­velles chan­sons, comme nous le fai­sons en ce mo­ment. Elles se­ront mises en ligne cette an­née et l’an­née pro­chaine, di­rec­te­ment à nos fans. On peut faire ce qu’on veut, sans cen

sure… et c’est telle- ment co­ol! Notre ex­pres­sion est dé­sor­mais illi­mi­tée.»

UN RE­TOUR AU QUÉ­BEC AT­TEN­DU

Ceux qui se­ront en concert sur la scène de l’Es­pace Mont­mo­ren­cy à La­val sa­me­di pro­chain ont hâte de re­trou­ver leur pu­blic du Qué­bec, spé­cia­le­ment lors d’un grand concert ex­té­rieur.

«Lorsque nous jouons de­hors lors d’une ma­gni­fique soi­rée d’été, ça ajoute un peu de ma­gie à la per­for­mance. Les gens viennent au concert et ap­pré­cient la belle soi­rée, sim­ple­ment. L’as­pect mu­si­cal ne fait qu’ajou­ter à l’évé­ne­ment! Par­fois, je de­viens ja­loux, car je re­garde toutes ces fa­milles qui font un pique-nique sur leur cou­ver­ture, se ré­galent d’un bon vin et d’un peu de fro­mages lors d’une belle soi­rée d’été, et moi… je trans­pire sur une scène!», lance James Pan­kow.

Que peut-on s’at­tendre d’une soi­rée pas­sée en com­pa­gnie de l’un des groupes rock amé­ri­cains les plus lé­gen­daires? «Les gens vont voir un concert très puis­sant, éner- gique, et nous al­lons leur faire pas­ser une soi­rée in­croyable. De plus, ça fait très long­temps que nous ne sommes pas ve­nus dans les en­vi­rons de Mon­tréal, alors nous sommes très ex­ci­tés par ce re­tour!»

CHI­CA­GO ET CCR SUR UNE MÊME SCÈNE

Le 6 juillet, Cree­dence Clear­wa­ter Re­vi­si­ted se­ra éga­le­ment de la fête au Mon­dial Lo­to-Qué­bec de La­val. Ce se­ra une pre­mière ren­contre entre les deux groupes. «Ce se­ra plai­sant de se joindre à eux lors de la soi­rée. C’est tou­jours agréable de ren­con­trer des groupes comme ça, car on par­tage des idées, de la musique, on passe du temps en­semble… Ça ap­porte une autre pers­pec­tive aus­si!» Le concert de Chi­ca­go et CCR dé­bu­te­ra à 18h45 le sa­me­di 6 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.