LES 12 SE­CRETS DE GRU ET DE SES ADO­RABLES MI­NIONS

Qui n’avait pas cra­qué en dé­cou­vrant Gru, su­per mé­chant au grand coeur, et ses mi­nions jaunes, ado­rables créa­tures fo­folles, dans Dé­tes­table moi? Tous ces per­son­nages, de­ve­nus dé­sor­mais par­tie in­té­grante de la cul­ture po­pu­laire, ef­fec­tuent un re­tour fort

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

1 Gru (Steve Ca­rell) n’est plus un mé­chant. Il a dé­ci­dé de se consa­crer à l’édu­ca­tion de ses filles, Mar­go (Mi­ran­da Cos­grove), Edith (Da­na Gaier) et Agnes (El­sie Fi­sher), lais­sant tom­ber sa car­rière de mé­chant pour de­ve­nir un père de fa­mille par­fait. Or, Lu­cy Wilde (Kris­ten Wiig) vient un jour frap­per à sa porte: elle tra­vaille pour une or­ga­ni­sa­tion qui com­bat les su­per mé­chants et a be­soin de l’aide de Gru pour at­tra­per un mys­té­rieux per­son­nage qui a réa­li­sé le coup du siècle.

2 Les scé­na­ristes Ken Dau­rio et Cin­co Paul, créa­teurs de l’uni­vers de Dé­tes­table moi, ont si­gna­lé que ce sont les réa­li­sa­teurs Pierre Cof­fin et Ch­ris Re­naud qui ont dé­ve­lop­pé le concept vi­suel des mi­nions. «Ce sont eux qui ont in­ven­té non seule­ment leur as­pect phy­sique, mais aus­si leur ma­nière de par­ler et les dif­fé­rents gags. Dans Dé­tes­table moi 2, nous avons pris soin de leur don­ner une plus grande place, sans qu’ils de­viennent pour au­tant les per­son­nages prin­ci­paux», ont-ils dit.

3 Le rôle de Lu­cy Wilde a été créé spé­cia­le­ment pour Kris­ten Wiig. L’ac­trice dou­blait le per­son­nage de Miss Hat­tie dans le pre­mier vo­let. 4 «Lu­cy est très éner­gique, c’est le moins qu’on puisse dire. Sa per­son­na­li­té fait aus­si en sorte que Gru est at­ti­ré par elle», a in­di­qué Kris­ten Wiig. Oui! Gru n’est pas in­dif­fé­rent aux charmes de la belle es­pionne!

5 L’équipe des ani­ma­teurs est fran­çaise, d’où l’ajout d’une écharpe au per­son­nage de Gru. Pour les as­pects co­miques, ils se sont ins­pi­rés du tra­vail de Char­lie Cha­plin, Bus­ter Kea­ton, Jacques Ta­ti et Ro­wan At­kin­son (Mr. Bean). 6 «En vi­sion­nant le film, j’ai vu que Lu­cy était quel­qu’un de très phy­sique, qui bouge tout le temps. En en­re­gis­trant les dia­logues, je n’ai pas bou­gé au­tant. Par contre, pour cer­taines scènes, il faut faire les mou­ve­ments qu’on voit à l’écran pour ren­trer dans le per­son­nage», a ex­pli­qué Kris­ten Wiig.

7 L’homme der­rière la voix des mi­nions? Le réa­li­sa­teur Pierre Cof­fin! Et cette fois-ci, il mé­lange al­lè­gre­ment des mots d’an­glais, de fran­çais, d’es­pa­gnol, d’ita­lien… et d’hin­di.

8 La musique oc­cupe une place non né­gli­geable dans Dé­tes­table moi 2. Le com­po­si­teur Phar­rell Williams a in­di­qué: «Avec tout ce qui se passe dans le monde au­jourd’hui, les gens sont bla­sés. En ré­ac­tion, le film est joyeux, et ce­la se trans­pose dans la musique de­man­dée par les réa­li­sa­teurs. C’est d’ailleurs in­di­ca­tif de leur gé­nie que de réa­li­ser que nous avions be­soin de joie et de lé­gè­re­té.» 9 «Nous vou­lions vrai­ment in­té­grer les mi­nions à l’his­toire, plus que dans le pre­mier Dé­tes­table moi. Cette fois, ils dis­pa­raissent» et se trans­forment en mé­chants mi­nions mauves, ont ex­pli­qué les scé­na­ristes.

10 Gru est un pa­pa pas comme les autres. Pour­tant, les au­teurs Ken Dau­rio et Cin­co Paul se sont ins­pi­rés d’anec­dotes fa­mi­liales pour écrire cer­taines scènes. «Ken a trois en­fants et moi aus­si. Le film pré­cé­dent est vrai­ment l’his­toire de nos vies, tant je crois que tous les hommes sont mé­chants jus­qu’à ce qu’ils de­viennent pa­pas», a dit Cin­co Paul. Cette fois, grande nou­veau­té, Mar­go a un pe­tit ami! «C’est di­rec­te­ment ti­ré de mon ex­pé­rience en tant que père. Quand ma fille avait 12 ans, je me sou­viens qu’un gar­çon a com­men­cé à se te­nir de­vant la mai­son après l’école. À l’époque, comme mon bu­reau se trou­vait à l’avant, je ne pou­vais plus écrire ni me concen­trer! Je crois que beau­coup des sen­ti­ments que j’ai éprou­vés à ce mo­ment-là se re­trouvent dans la ré­ac­tion de Gru.»

11 Mi­ran­da Cos­grove (Mar­go) a ap­pré­cié l’évo­lu­tion de son per­son­nage. «Ça m’a rap­pe­lé la pre­mière fois que je suis tom­bée amou­reuse d’un gar­çon et que je ne pou­vais pas ar­ti­cu­ler trois mots de ma­nière co­hé­rente. C’était vrai­ment drôle.»

12 La fille de Steve Ca­rell a 12ans, et il a ti­ré cer­taines le­çons de la ma­nière dont Gru ré­agit. «J’es­père que je ne se­rai pas comme ça [quand elle com­men­ce­ra à s’in­té­res­ser aux gar­çons]. C’est très dé­li­cat; je ne veux pas la sur­pro­té­ger, mais, en même temps, je veux conti­nuer à la pro­té­ger. Je com­prends par­fai­te­ment ce que vit Gru. On ne veut ja­mais, en tant que pa­rent, que nos en­fants aient mal.»

En salle à comp­ter du 3 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.