AC­TION CHAOS ET

Mai­son-Blanche en pé­ril

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Bruce Kirk­land Agence QMI

Film de Ro­land Em­me­rich. Avec Chan­ning Ta­tum, Ja­mie Foxx, James Woods, Mag­gie Gyl­len­haal, Ri­chard Jen­kins, Mi­chael Mur­phy, Ja­son Clarke et Ni­co­las Wright TO­RON­TO | Mai­son-Blanche en pé­ril est une su­per­pro­duc­tion es­ti­vale exu­bé­rante, ri­di­cule et re­belle. Et par ce­la, je veux dire que c’est un film d’ac­tion pé­ta­ra­dant avec un hu­mour tor­du. Si on ne le prend pas au sé­rieux, c’est un film vrai­ment très amu­sant.

Le réa­li­sa­teur ger­ma­no-amé­ri­cain Ro­land Em­me­rich a une lé­gère ob­ses­sion sur la Mai­son-Blanche, le bâ­ti­ment, pas le pré­sident amé­ri­cain ni son ad­mi­nis­tra­tion. Em­me­rich aime jouer avec la ré­si­dence, que les Amé­ri­cains ont eu à re­cons­truire en 1817 après que les Bri­tan­niques l’ont in­cen­diée.

Dans le cas de Ro­land Em­me­rich, il aime prendre pour cible le mo­nu­ment le plus connu de l’his­toire amé­ri­caine. Dans Independence Day (1996), il fai­sait sau­ter la mai­son en 1000 mor­ceaux et ren­dait les ex­tra­ter­restres res­pon­sables du tout.

Dans Mai­son-Blanche en pé­ril, la vé­né­rable mai­son se fait ex­plo­ser, in­cen­dier, et van­da­li­ser! Même des vases de la dy­nas­tie Ming volent en éclats. Cette fois-ci, Ro­land Em­me­rich rend des ter­ro­ristes d’ex­trême droite res­pon­sables. In­croya­ble­ment, plus le film avance, plus la Mai­son-Blanche tient le coup. Reste à sa­voir si elle se­ra tou­jours de­bout après la fin, et ce­la fait par­tie de l’in­trigue com­pli­quée du film.

L’his­toire se dé­roule de nos jours. Ja­mie Foxx in­carne le pré­sident amé­ri­cain et fait un su­per bou­lot, ap­por­tant une touche de gen­tillesse et d’in­tel­li­gence à tout ce chaos. Au mo­ment où il s’ap­prête à réa­li­ser un ac­cord de paix au Proche-Orient, des ter­ro­ristes font sau­ter le Ca­pi­tole. Ça, c’est une di­ver­sion. Leur cible n’est autre, comme le sug­gère le titre du long- mé­trage, que la Mai­son-Blanche. C’est la ca­tas­trophe, le pré­sident étant cap­tu­ré avec de nom­breuses per­son­na­li­tés po­li­tiques et un groupe de tou­ristes.

Par­mi les tou­ristes se trouve un flic de Wa­shing­ton (Chan­ning Ta­tum) dont le rêve est de re­joindre les ser­vices de sé­cu­ri­té du pré­sident. Il a ame­né avec lui sa fille de 11 ans (la char­mante Joey King) faire la vi­site gui­dée de la Mai­son-Blanche. Il se trouve qu’elle est pas­sion­née par l’his­toire de son pays. Tous deux, Chan­ning Ta­tum pour l’ac­tion et Joey King pour la ré­sis­tance, ont une grosse part à jouer dans le dé­noue­ment de l’in­trigue.

Par­mi les autres ac­teurs, ci­tons James Woods, Mag­gie Gyl­len­haal, Ri­chard Jen­kins, Mi­chael Mur­phy, Ja­son Clarke et l’in­croyable Ni­co­las Wright en Don­nie, le guide. Rien ne peut donc mal tour­ner avec une dis­tri­bu­tion pa­reille.

PAS POUR LES EN­FANTS

Mais le scé­na­rio, oeuvre de James Van­der­bilt ( L’in­croyable Spi­derman), est tout sim­ple­ment in­croyable. On as­siste à toutes sortes de tra­hi­sons, de bra­vades et de stu­pi­di­tés alors que le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain est dé­crit comme un re­paire de per­sonnes cor­rom­pues ou idiotes. Évi­dem­ment, Chan­ning Ta­tum sauve la si­tua­tion, Joey King oc­cupe le pôle émo­tif et Ja­mie Foxx, ce­lui plus cé­ré­bral.

Le nombre de morts est im­pres­sion­nant, ce n’est donc pas un film pour en­fants. En fait, je ne suis pas sûr que je lais­se­rais Joey King le re­gar­der! Mais elle et Ja­mie Foxx consti­tuent, d’un point de vue hu­main, les meilleurs élé­ments du long-mé­trage.

En at­ten­dant, si vous vou­lez vous payez de l’ac­tion pen­dant 131 mi­nutes et que Mai­son-Blanche en pé­ril est sur les écrans, alors vous sa­vez ce qui vous reste à faire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.